Devoir de Philosophie

Au théâtre, si l'on veut créer l'illusion (du réel), pensez-vous d'une part que la mise en abyme suffise, d'autre part que le rapport frontal scène-public soit efficace ?

Extrait du document

 » C'est même un passage que tu devrais creuser. »   - Le rapport frontal scène-public peut aussi désamorcer l'illusion scénique en devenant non plus un rapport d'immédiateté et de participation, mais un rapport d'affrontement et de rupture ( ce que peut souligner le terme « frontal »). Cette rupture est marquée de façon symbolique par la ligne imaginaire séparant la salle de la scène. Même lorsque cette rupture est désamorcée, par des répliques adressées au public notamment, l'illusion scénique est rompue puisque le personnage montre ainsi au public son véritable statut de simple spectateur et non de voyeur. C'est là la conséquence et le paradoxe de l'aparté qui, tout en voulant abolir la frontière entre scène et salle révèle au spectateur son véritable statut et fait qu'il n'y croit plus.             Ex : La tirade finale d'Irma dans Le Balcon de Jean Genet, tirade adressée aux spectateurs leur révélant leur véritable fonction et désamorçant tout processus d'illusion scénique     III)               ...Les spectateurs, comme les dramaturges cherchant à n'être pas dupes de cette illusion   - L'illusion n'est qu'un mythe fondé sur une convention. Le théâtre repose sur tout un système de conventions. Le spectateur sait bien qu'il ne se passe rien de réel  sur la scène. Mais il feint de croire que le spectacle auquel il assiste est vrai. ( cf.

Liens utiles