Devoir de Philosophie

AFRIQUE DU SUD (le théâtre en)

Publié le 27/10/2022

Extrait du document

afrique

« AFRIQUE DU SUD (le théâtre en).

Le théâtre sud-africain doit à ses divisions en plusieurs langues et en deux eth.mes qui ne se recoupent pas une large.

part de sa yi~ité et de sa diversité: comédies musicales, improvisations, adaptations libres.

Ce théâtre est le plus souvent engagé socialement et politiquement. l Un théâtre établi t En 1950, le théâtre en Afrique du Sud est déjà bien établi: les théâtres commerciaux montent surtout les derniers succès de Londres et de New York et le théâtre national subventionné se concentre_ sur les !pièces afrikaans, les classiques anglais et les traductions (Molièref, entre autres).

Le théâtre de langue afrikaans, phénomène le plus intéressant de la première moitié du siècle,.

s'était développé malgré, ou plutôt à cause~ de l'effort des Anglais pour imposer leur langue au pays à la suite de la guerre des Boers. Plusieurs auteurs se font remarquer dans les années cinquante -: W.A.

De p; Klerk, D.J.

Opperman, N.PJ Van Wyk Lauw et Uys Krige.

Les auteurs de langue anglaise doivent faire concurrence aux auteurs de Broadway et du West End, mais ve!:s la fin de la décennie plusieurs d'entre eux percent avec des ~~vres fondées su; ~es questions sociales du pays: Lewis Sowden, H.W.

Manson, Basil.Wamer, Antony Delius et Athol Fugard*.

· , • a ~ r •,. ~ Les débuts du,...

théâtre noir Le plus représentatif de ces auteurs, Athol Fugard, sentant la; nécessité de travailler avec des Noirs et devant un public mixte, se lie avec une troupe d'amateurs noirs. Auteur, metteur en scène et acteur, Fugard crée avec cette troupe No-Good Friday (Vendredi peu saint), dont l'action a lieu à Sophiatown, quartier noir de Johannesburg.

,Dans les shebeens ou bars de Sophiatown s'était développée une musique mi-africaine miaméricaine, accompagnée de danses : le marabi.

Certains groupes de musiciens y ajoutaient des sketches satiriques, genre pratiqué par les travailleurs des mines .depuis les années vingt.

Un syndicat établi en 1953, l'Union of South African Artists, permet aux différents artistes de travailler ensemble en présentant des spectacles de variétés dans ses loçaux, Dorkay House. Point de repère important ;,.

en 1959, on crée à Dorkay House, avec la collaboration de scénaristes et d'un ffietteur en scène blancs, une comédie musicale, King Kong (le Boxeur King-Kong) : elle remporte un succès énoi'J.Il~ qui révèle le grand potentiel du théâtre noir. "' ., e:, w~ .,. • \ - Un théâtre blanc épanoui - Remplaçant en 1963 l'ancien théâtre national, quatre conseils provinciaux du -spectacle s'occupent du théâtre subventionné.

C'est dans leurs salles d'essai que se développe ~1e; travail le plus intéressant.

Le .théâtre afrikaans connaît un essor sous· l'influence des théâtres existentialiste et absurde* d'Europe et rconunenc~ à traiter des sujets à controverse, cornr11erle racisme. Des auteurs les plus importants des années soixante sont Bartho Smit, Chris Barnard et André Brink.

Smit continue à écrire dans les années soixante-dix où d'autres •,auteurs, ~comme P.G.

·du Plessis et Pieter Faurie, se font connaître. , t.

.. -~ "Depuis 1963, l'Afrique du ·Sud étant devenue une république et la.; politique d' apartheid du gouvernement s'intensifiant, les dramaturges anglais et:américains refusent aux ,.

théâtres ,pratiquant la ségrégation le îdroit de monter leurs œuvres.- Avec la promulgation du Group Areas Act en 1965 (loi imposant la ségrégation aux théâtres), cette interdiction devient générale.

Pendant une vingtaine d'années, l'Afrique du Sud sera .privée d' œuvres importées.

Les auteurs sudafricains,1.

bien que coupés d'une source d'inspiration importante, vont bénéficier: du manque"' de textes modernes: les théâtres subventjonnés et privés acceptent; plus volontiers les textes d'auteurs indigènes. • 1 t ' •• _.; - - J .. Le ?évèloppèment du théâtre noir 1 ..

A la suite du succès de King Kong, un théâtre commercial bâti sur la comédie musicale se développe dans les > noir~, loin de l'influence des Blancs. Les auteurs ~les plus connus, -~_responsables aussi cfe Ia musique et de la mise en scène, -s'appellent Sam Mhangwane et Gibson I(ente.

Ils-écrivent en anglais (la langue fran..que des intellectuels), avec certaines répliques dans · des langues africaines.: La >, qui rappelle le théâtre de divertissement dans d'autres pays africains comme la Côte-d'Ivoire ou le Ghana, est d'habitude moralisatrice ·etf mélodramatique avec d~s personnages stéréotypés et une action fondée.... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles