LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :

Rechercher dans :

Dissertations
Commentaires
Citations
Oeuvres complètes

Mode de recherche :

ET OU

Résultats de la recherche

954 résultat(s) trouvé(s)
<< < 1 2 3 4 5 6 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

Ionesco écrit dans Notes et contre-notes : « Le comique n'est comique que s'il est un peu effrayant. » En vous appuyant sur votre expérience théâtrale et cinématographique, mais aussi sur les comiques dont vous connaissez les sketches, vous direz si cette affirmation correspond à l'idée que vous vous faites du comique ?

• D'autres oeuvres, en revanche, tentent d'éliminer l'angoisse en s'en nourrissant. Ainsi, toute une veine cinématographique en Italie dans les années 70 a-t-elle exploité l'ambiguïté d'un rire fondé sur les angoisses de la vie moderne (Pain et chocolat, La Terrasse, Nous nous sommes tant aimés...). Aux États-Unis, dans un autre registre, Woody Allen fait rire aux dépens de...

2 pages - 1,80 ¤

Quels interets presente la forme de l'apologue dans le combat d'une idée ou la critique d'une société ?

Cette ironie impose donc un décalage constant entre ce qui est clairement énoncé et ce qui doit être compris, décalage que seul le lecteur avisé peut déceler. Concernant le pouvoir critique de l'ironie dans l'apologue on peut prendre l'exemple des contes philosophiques de Voltaire, notamment Candide, où l'ironie est perceptible dès l'incipit qui dénonce une catégorie sociale, la...

2 pages - 1,80 ¤

Un grand nombre d'oeuvres romanesques et théâtrales prennent pour sujet l'amour malheureux, l'échec sous des formes diverses, la mort, et quelquefois des calamités telles que la peste ou la guerre. Quel intérêt et quel plaisir vous prenez à l'évocation de sujets qui, dans le monde réel, vous paraissent pénibles ?

-F. Céline, le personnage de Ferdinand Bardamu s'interroge et nous interroge sur le sens de la guerre destructrice et ignoble dans laquelle il est plongé malgré lui. • Le spectacle de la souffrance et de la mort engendrées par une épidémie ou par la guerre conduit parfois à une véritable révolte, un refus de l'absurdité. Ex. : Candide fuyant le champ...

3 pages - 1,80 ¤

Vigny écrit dans le Journal d'un poète : « J'aime peu la comédie, qui tient toujours plus ou moins de la charge et de la bouffonnerie.» Il précise plus loin sa pensée en disant: «Je sais apprécier la charge dans la comédie, mais elle me répugne parce que, dans tous les arts, elle enlaidit et appauvrit l'espèce humaine et, comme homme, elle m'humilie. » ?

» Mais en même temps, il peignit la nature humaine et, dans tous ses héros, nous retrouvons quelques traits de notre personnalité. N'y a-t-il pas, de nos jours encore, des avares qui sacrifient leurs enfants à leur fortune, des hypocrites coureurs de dot qui flattent les lubies de bourgeois insensés pour s'approprier leur argent, des bourgeois parvenus, des...

2 pages - 1,80 ¤

POURQUOI AIMONS-NOUS LA FONTAINE ? Après avoir étudié l'oeuvre de La Fontaine, un critique contemporain conclut : « Il n'y a pas de note humaine qui ne s'y fasse entendre, l'ironie, l'émotion, la pitié, le courage, le goût du plaisir et de la retraite, l'acceptation de la vie et le besoin du rêve. On voudrait faire sentir pourquoi on l'aime ; mais on n'ose forcer la voix quand on parle du plus discret des poètes. » Vous direz si vous retrouvez dans ces quelques lignes l'impression que vous a laissée la lecture de la Fontaine.

Et il y a parfois des actes courageux dans l'oeuvre de La Fontaine. Le moucheron n'est-il pas téméraire en s'attaquant au lion ? Voilà pour les actes extérieurs, les sentiments, les émotions ; on peut dire que La Fontaine sentit comme nous sentons tous pour la plupart, aima non point passionnément mais spontanément, naturellement, sans déchaînements, sans idéalisation...

3 pages - 1,80 ¤

« Car la poésie est dans la vie ». Pensez vous comme Eluard que la poésie s'accommode (...) des chevelures décoiffées, des mains rugueuses, des victimes puantes, des héros misérables (...), toutes sortes de chiens, des balais, des fleurs dans l'herbe, des fleurs sur les tombes ?

On note une importance du rythme et de la rime dans la tradition poétique. La poésie est marquée par l'oralité et la musique de ses origines puisque la recherche de rythmes particuliers, comme l'utilisation des vers, et d'effets sonores, comme les rimes, avait une fonction mnémotechnique pour la transmission orale primitive. La poésie est placée à la fois...

3 pages - 1,80 ¤

Photographier, c'est conférer de l'importance, écrit Susan Sontag dans sur la Photographie (1983). Susan Sontag a-t-elle raison aujourd'hui ?

L'album de photos devient une solution de substitution, qui remplace l'expérience du monde par sa représentation informative. À tel point que la photographie est trafiquée à des fins politiques : rien n'empêche que l'on fasse disparaître d'un cliché tel ou tel personnage dont l'Histoire veut se débarrasser. Pensons à certains sinistres trucages des dictatures. L'on peut y ajouter...

3 pages - 1,80 ¤

En quoi la reprise d'une figure mythique dans une oeuvre peut-elle nous intéresser ?

Pour toute figure mythique, il est possible de dresser un tableau généalogique : le Docteur Jekyll du roman de Stevenson naît ainsi d'un croisement dieu latin Janus et du motif de l'élixir magique. Par la suite, le docteur Jekyll inspire lui-même la bande dessinée américaine à travers le personnage de l'incroyable Hulk. En ce sens, il n'existe pas à...

2 pages - 1,80 ¤

A propos des personnages du théâtre de Corneille, un cri¬tique écrit : « Ils ne seraient pas des héros s'ils ne devaient à chaque instant lutter contre eux-mêmes... Dans toutes les circonstances critiques, ils laissent percer leur sensibilité. » Vous vous attacherez à mettre en valeur cette sensibilité des héros et des héroïnes des grandes tragédies cornéliennes ?

Faites votre devoir et laissez faire aux Dieux. C'est avec émotion qu'il salue le retour de son fils vainqueur. Et lorsqu'il s'agit de défendre devant le Roi ce fils meurtrier de sa soeur, c'est dans son coeur de père plus encore que dans son coeur de patriote qu'il trouvera les accents capables d'arracher la clémence royale. Curiace révèle devant...

2 pages - 1,80 ¤

Commentez les propos de Proust sur le Beau en littérature : Si l'on cherche ce qui fait la beauté absolue de certaines choses, on voit que ce n'est pas la profondeur, ou telle ou telle autre vertu qui semble éminente. Non, c'est une espèce de fondu, d'unité transparente où les choses, perdant leur premier aspect de choses sont venues se ranger les unes à côté des autres dans une espèce d'ordre, pénétrées de la même lumière. Je suppose que c'est ce qu'on appelle le vernis des peintres ?

  Notons que Proust parle ici de la « beauté absolue » c'est-à-dire non seulement de la beauté totale, parfaite d'une oeuvre, mais aussi de la beauté en tant qu'elle permet l'atteinte d'un absolu.   Problématique : La beauté d'une oeuvre littéraire tient-elle davantage à la forme et au style particulier de l'écrivain, qu'au thème traité ?   Ce sujet met finalement en jeu une définition de...

3 pages - 1,80 ¤

Un écrivain contemporain écrit : Le poète a un pied dans la boue, un oeil sur les étoiles et un poignard dans la main . Cette vision du poète vous paraît-elle pouvoir s'appliquer à Hugo dans les poèmes de Châtiments que vous avez étudiés ?

Note : 5.1/10

Exemple : Souvenir de la nuit du 4 : L'enfant avait reçu deux balles dans la tête. Le logis était propre, humble, paisible, honnête; Le début même est très habilement construit : il choque très fortement le lecteur, par le contraste entre "enfant" et "balles" et la précision "dans la tête" qui ajoute à l'horreur. Le retour au vers...

2 pages - 1,80 ¤

Montesquieu confie dans ses Cahiers : « l'étude a été pour moi le souverain remède contre les dégoûts, n'ayant jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture ne m'ait ôté ». qu'en pensez-vous ? Quel rôle assignez-vous vous-même à la lecture dans votre vie d'adolescent d'aujourd'hui (divertissement, enrichissement moral, intellectuel...) ?

mais des chagrins, ennuis, lassitude, tristesses sans cause... tout ce qui est le pain quotidien de la vie et qu'amènent soit notre propre humeur, soit la monotonie ou l'inutilité des choses, la méchanceté, l'ingratitude ou la sottise des hommes.... C'est bien cela que Montesquieu appelle les dégoûts de la vie, et la lecture qui nous console n'est pas...

1 page - 1,80 ¤
<< < 1 2 3 4 5 6 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :