LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :

Rechercher dans :

Dissertations
Commentaires
Citations
Oeuvres complètes

Mode de recherche :

ET OU

Résultats de la recherche

187 résultat(s) trouvé(s)
<< < 1 2 4 5 6 7 8 > >>

« Le comique étant intuition de l'absurde, il me semble plus désespérant que le tragique. Le comique n'offre pas d'issue. » Commentez et discutez ces propos d'Eugène Ionesco in Notes et contre-notes, 1966 ?

Les Fourberies de Scapin. Le comique libère ici des pensées souvent refoulées et agit comme un exutoire.   - Existence d'une catharsis comique : le mécanisme de la catharsis comique est à certains égards le contraire de la catharsis tragique: au lieu de souffrir avec le protagoniste qui malgré son rang nous ressemble, ici on s'en désassocie, toute notre réaction est...

3 pages - 1,80 ¤

Commentez, en vous appuyant sur le texte des « Pensées », cette réflexion de Chateaubriand : « Les sentiments de Pascal sont remarquables surtout par la profondeur de leur tristesse et par je ne sais quelle immensité. » ?

Pris entre l'infiniment grand et l'infiniment petit, l'homme ne saurait en appréhender qu'une part infime, et son attitude, selon Pascal, sera modifiée par cette idée : « Je crois que sa curiosité se changeant en admiration, il sera plus disposé à les contempler en silence qu'à les rechercher avec présomption ». Voilà donc qu'une nouvelle issue se ferme...

3 pages - 1,80 ¤

Madame Basile écrit à son amie intime : elle rapporte et commente la scène telle qu'elle l'a vécue ?

Je ne supportais plus les sottes paroles du commis et je me retirai dans ma chambre. Je me mis à broder près de la fenêtre, ayant en face le côté de la chambre opposé à la porte. J'étais plongée dans mon travail et dans mes pensées. Je t'avouerais, mais cela uniquement à toi, que j'avais un peu plus...

1 page - 1,80 ¤

Commentez cette définition de l'intellectuel que donne André Malraux dans « Les Noyers de l'Altenbourg » : « Un intellectuel n'est pas seulement celui à qui les livres sont nécessaires, mais tout homme dont une idée, si élémentaire soit-elle, engage et ordonne la vie ».

On peut ordonner sa vie sans se référer nécessairement à des théories. Il n'est pas essentiel d'avoir lu tout Kant pour agir rationnellement, ni de s'absorber chaque soir dans une étude de Theilhard de Chardin pour adapter son existence à un idéal chrétien. Certaines circonstances particulières peuvent apporter aux intellectuels des motifs d'action impérieux. Dans l'Europe de 1943 tous...

2 pages - 1,80 ¤

Un critique écrit : « Ne confondons pas versification et poésie. Le versificateur n'est qu'un technicien ; la qualité d'un poète au contraire réside dans la puissance de suggestion qu'il emprunte aux sonorités, aux rythmes, aux images en accord étroit avec le sentiment. » En illustrant votre exposé d'exemples précis, vous commenterez ce jugement. ?

Là encore, en dépit de la forme versifiée, il ne saurait être question de poésie. Bien plus, quand la maîtrise de la technique s'étale dans un exercice de pure virtuosité, c'est le versificateur qui entre seul en jeu. Le couplet de Chantecler, où Rostand accumule une cascade de sonorités qui suggère étonnamment le chant du coq, s'impose comme un...

2 pages - 1,80 ¤

André Maurois écrit : Qu'est ce qu'un roman ? Très simplement un récit d'événements fictifs ». Commentez.

C'est pourquoi il est impossible de nier la présence de faits réels dans le roman, même si la norme consiste à définir le roman sous le terme de fiction. Le réel apparaît comme une source de création, un moyen pour l'esprit du lecteur de situer un ou plusieurs personnages au sein d'un contexte familier, dans une histoire fictive....

2 pages - 1,80 ¤

Commentez cette phrase de Théophile Gautier : « Chateaubriand a restauré la cathédrale gothique, rouvert la grande nature fermée et inventé la mélancolie moderne. » ?

mais Chateaubriand le premier, en la peignant sous des aspects vastes et solennels, nous fait sentir en quelque sorte en elle la présence de l'infini ; et il a inventé une nouvelle forme de mélancolie, car: a. avant lui la mélancolie s'entend seulement d'un état de rêverie vague, doux et triste, auquel l'âme s'abandonne sans en chercher les raisons...

1 page - 1,80 ¤

Le tort de Camille et Perdican, c'est qu'ils préfèrent jouer la vie, plutôt que vivre. Commenter ce jugement ?

Toute la scène a été préparée d'avance par Perdican qui a organisé une petite mise en scène afin de rendre Camille jalouse. On a ici une double- énonciation, caractéristique du discours théâtral, puisque les propos de Perdican sont autant sinon davantage adressés à Camille qu'à Rosette. à analyser l'habileté rhétorique de Camille et Perdican dans la scène 5 de...

3 pages - 1,80 ¤

« Je ne connais rien de plus délectable, a dit Sainte-Beuve, ni de plus profitable pour la connaissance des oeuvres littéraires qu'une biographie bien faite ». Commentez cette opinion.

Je suis bien de mon pays .b) L'influence du milieu familial et de l'éducation peut être décisive. (Ex. : Corneille est l'élève des Jésuites et Racine celui des Jansénistes. Balzac prétend qu'il doit à sa mère son imagination).c) Comment nier l'influence des voyages sur Montaigne et sur son scepticisme. Voltaire revient d'Angleterre plus mordant, plus optimiste et de...

1 page - 1,80 ¤

Commenter cette opinion d'un critique : «Si Ronsard a imposé à la langue et à la versification des réformes aussi profondes, ce n'était en définitive que pour fournir à de nouveaux thèmes d'inspiration des moyens d'expression et des cadres dignes d'eux. » ?

.. et autres épiceries » - par leurs règles trop strictes (la même rime revenant sans cesse, tel vers ou telle portion de vers ramenés obligatoirement en refrain à une place stricte), il emprunte aux Grecs et aux Latins l'épigramme (Martial), l'élégie (Tibulle), l'églogue (Virgile et Théocrite), l'épopée (Homère), l'ode (Pindare), l'odelette propre aux sujets galants. Aux Italiens,...

2 pages - 1,80 ¤

Commentez, au moyen des pièces de Corneille que vous connaissez, ce mot de La Bruyère sur notre grand tragique : « Il peint les Romains. Ils sont plus grands et plus romains dans ses vers que dans leur histoire. » ?

II. Ils sont plus grands que dans leur histoire Cette évocation presque complète n'est pas à tout prendre une évocation fidèle. Sévère, il est vrai, représente assez exactement le Romain cultivé de l'Empire sur son déclin, mais Nicomède ne fut pas dans la réalité cet adversaire loyal qui lors même qu'il combat les Romains sait faire grand cas, de...

1 page - 1,80 ¤

Vous commenterez ce jugement d'un critique contemporain sur Pascal : « Ce puissant génie nous confond par la diversité de ses dons. Comme savant il est l'égal des plus illustres. Ses pensées nous le révèlent comme un grand moraliste. Son style est celui d'un homme de science et d'un poète. » ?

A vingt-cinq ans il renouvelle la célèbre expérience de Toricelli sur la pesanteur de l'air : par la manière dont il conduit et interprète ses recherches il s'affirme comme le fondateur de la méthode expérimentale ; par les conclusions qu'il en tire et notamment par son traité sur L'Équilibre des liqueurs il donne naissance à la science hydrostatique....

2 pages - 1,80 ¤

Commentez les propos de Proust sur le Beau en littérature : Si l'on cherche ce qui fait la beauté absolue de certaines choses, on voit que ce n'est pas la profondeur, ou telle ou telle autre vertu qui semble éminente. Non, c'est une espèce de fondu, d'unité transparente où les choses, perdant leur premier aspect de choses sont venues se ranger les unes à côté des autres dans une espèce d'ordre, pénétrées de la même lumière. Je suppose que c'est ce qu'on appelle le vernis des peintres ?

  Notons que Proust parle ici de la « beauté absolue » c'est-à-dire non seulement de la beauté totale, parfaite d'une oeuvre, mais aussi de la beauté en tant qu'elle permet l'atteinte d'un absolu.   Problématique : La beauté d'une oeuvre littéraire tient-elle davantage à la forme et au style particulier de l'écrivain, qu'au thème traité ?   Ce sujet met finalement en jeu une définition de...

3 pages - 1,80 ¤
<< < 1 2 4 5 6 7 8 > >>

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :