LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :

Rechercher dans :

Dissertations
Commentaires
Citations
Oeuvres complètes

Mode de recherche :

ET OU

Résultats de la recherche

617 résultat(s) trouvé(s)
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

Jean-François de SAINT-LAMBERT (1716-1803) - La bourrasque d'été

Jean-François de SAINT-LAMBERT (1716-1803) - La bourrasque d'été

Les cris de la corneille ont annoncé l'orage ;
Le bélier effrayé veut rentrer au hameau :
Une sombre fureur anime le taureau
Qui respire avec force, et, relevant la tête,
Par ses mugissements appelle la tempête.

On voit à l'horizon des deux points opposés
Des nuages monter dans les airs embrasés ;
On les voit s'épaissir, s'élever et...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Charles SAINTE-BEUVE (1804-1869) (Recueil : Poésies diverses) - J'étais un arbre en fleur où chantait ma Jeunesse

Charles SAINTE-BEUVE (1804-1869) (Recueil : Poésies diverses) - J'étais un arbre en fleur où chantait ma Jeunesse

J'étais un arbre en fleur où chantait ma Jeunesse,
Jeunesse, oiseau charmant, mais trop vite envolé,
Et même, avant de fuir du bel arbre effeuillé,
Il avait tant chanté qu'il se plaignait sans cesse.

Mais sa plainte était douce, et telle en sa tristesse
Qu'à défaut de témoins et de...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Charles SAINTE-BEUVE (1804-1869) (Recueil : Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme) - Les rayons jaunes

Charles SAINTE-BEUVE (1804-1869) (Recueil : Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme) - Les rayons jaunes

Les dimanches d'été, le soir, vers les six heures,
Quand le peuple empressé déserte ses demeures
Et va s'ébattre aux champs,
Ma persienne fermée, assis à ma fenêtre,
Je regarde d'en haut passer et disparaître
Joyeux bourgeois, marchands,

Ouvriers en habits de fête, au coeur plein d'aise ;
Un livre est...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Chanson d'été

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Chanson d'été

Le soleil brûlant
Les fleurs qu'en allant
Tu cueilles,
Viens fuir son ardeur
Sous la profondeur
Des feuilles.

Cherchons les sentiers
A demi frayés
Où flotte,
Comme dans la mer,
Un demi-jour vert
De grotte.

Des halliers touffus
Un soupir confus
S'éléve
Si doux qu'on dirait
Que c'est la forêt

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Chanson violette

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Chanson violette

Et ce soir-là, je ne sais,
Ma douce, à quoi tu pensais,
Toute triste,
Et voilée en ta pâleur,
Au bord de l'étang couleur
D'améthyste.

Tes yeux ne me voyaient point ;
Ils étaient enfuis loin, loin
De la terre ;
Et je sentais, malgré toi,
Que tu marchais près de moi,
Solitaire.

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Symphonie héroïque) - Forêts

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Symphonie héroïque) - Forêts

Vastes Forêts, Forêts magnifiques et fortes,
Quel infaillible instinct nous ramène toujours
Vers vos vieux troncs drapés de mousses de velours
Et vos étroits sentiers feutrés de feuilles mortes ?

Le murmure éternel de vos larges rameaux
Réveille encore en nous, comme une voix profonde,
L'émoi divin de l'homme aux premiers jours du monde,
Dans l'ivresse du ciel, de la terre, et...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Hiver

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Hiver

Le ciel pleure ses larmes blanches
Sur les jours roses trépassés ;
Et les amours nus et gercés
Avec leurs ailerons cassés
Se sauvent, frileux, sous les branches.

Ils sont finis les soirs tombants,
Rêvés au bord des cascatelles.
Les Angéliques, où sont-elles !
Et leurs âmes de bagatelles,
Et leurs coeurs...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Le chariot d'or) - L'agréable leçon

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Le chariot d'or) - L'agréable leçon

Dans la brise ailée et sonore
S'éveillent les dieux bocagers ;
Et le chalumeau des bergers
Brode de ses accords légers
Le voile rose de l'aurore.

Tircis aux pieds d'Églé dit son âme amoureuse.
L'air est bleu ; la rosée étincelle aux buissons ;
Le ruisseau d'argent clair brille dans les cressons,
Et le chien noir a l'oeil sur la...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Larmes

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Au jardin de l'infante) - Larmes

Larmes aux fleurs suspendues,
Larmes de sources perdues
Aux mousses des rochers creux ;

Larmes d'automne épandues,
Larmes de cors entendues
Dans les grands bois douloureux ;

Larmes des cloches latines,
Carmélites, Feuillantines...
Voix des beffrois en ferveur ;

Larmes, chansons argentines
Dans les vasques florentines
Au fond du jardin...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Le chariot d'or) - Paysages

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Le chariot d'or) - Paysages

L'air est trois fois léger. Sous le ciel trois fois pur,
Le vieux bourg qui s'effrite en ses noires murailles
Ce clair matin d'hiver sourit sous ses pierrailles
À ses monts familiers qui rêvent dans l'azur...

Une dalle encastrée, en son latin obscur,
Parle après deux mille ans d'antiques funérailles.
César passait ici pour gagner ses batailles,
Un oiseau du printemps...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Le chariot d'or) - Soir

Albert SAMAIN (1858-1900) (Recueil : Le chariot d'or) - Soir

L'angélique échanson des couchants violets
Penchant l'urne du rêve emplit l'or vieux des coupes.
Des blancheurs d'ailes vers le ciel volent par troupes
Le noir des jardins s'ouvre aux mystères seulets.

La nuit vient. Des pêcheurs chargés de lourds filets
Passent ; de jeunes voix vont s'éloignant, en groupes,
Et l'étang de saphyr, où dorment les chaloupes,
Met son manteau de...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Cécile SAUVAGE (1883-1927) (Recueil : Fumées) - Musique

Cécile SAUVAGE (1883-1927) (Recueil : Fumées) - Musique

Une lente voix murmure
Dans la verte feuillaison ;
Est-ce un rêve ou la nature
Qui réveille sa chanson ?
Cette voix dolente et pure
Glisse le long des rameaux :
Si fondue est la mesure
Qu'elle se perd dans les mots,
Si douces sont les paroles
Qu'elles meurent dans le son
Et font sous les feuilles molles...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Cent quatre vers

Paul SCARRON (1610-1660) - Cent quatre vers

Contre ceux qui font passer leurs
libelles diffamatoires sous
le nom d'autruy.


Beaux Esprits du Pont-neuf, Insectes de Parnasse,
Dont les productions, aussi froides que glace,
Font naistre la tristesse au lieu de divertir,
Vous verray-je toûjours à mes dépens mentir ?
Et mon nom, supposé dans vos oeuvres de bale,
Me sera-t'il toûjours matiere de scandale ?
Trop...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Beauté, seringue à brazier...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Beauté, seringue à brazier...

Beauté, seringue à brazier,
Coeur d'acier
Tu m'as mis le flanc
A feu et à sang.
Helas ! l'amour m'a pris
Comme le chat fait la souris....

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : C'estoit assés de vos yeux...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : C'estoit assés de vos yeux...

C'estoit assés de vos yeux pleins de charmes
Pour vaincre ma raison ;
Mais vous chantez encor ! ô quelle trahison !
Doit-on blesser ceux qui rendent les armes ?
Je voy bien que ma mort est tout vostre desir ;
He bien ! je meurs ; mais je meurs de plaisir.

Vous eussiez eu d'une mort plus cruelle

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Hé bien ! je consens de mourir...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Hé bien ! je consens de mourir...

Hé bien ! je consens de mourir.
Aussi bien l'espoir de guerir
Me flateroit en vain des douceurs de la vie.
Je n'ay plus qu'un moment à desplaire à vos yeux ;
Vous allez voir, belle Silvie,
Quand je ne seray plus, si vous en serez mieux....

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Helas ! elle s'en va...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Helas ! elle s'en va...

Helas ! elle s'en va : je ne la verray plus ;
A ma juste douleur il faut bien que je cede.
Que les regrets sont superflus
Dans les maux dont la mort est l'unique remede !
Apres un tel mal-heur
Si j'aymois encore la vie,
Que diroit mon amour ? que diroit ma douleur ?
Et que diroit Silvie ?

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Ingratte, je n'ayme que toy...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Ingratte, je n'ayme que toy...

Ingratte, je n'ayme que toy
Et tu feins de m'aymer, ingratte :
Tandis que ta bouche me flatte,
Ton ame me manque de foy.
Ingratte, je n'ayme que toy
Et tu feins de m'aymer, ingratte.

Ta bouche l'a cent fois juré,
Et cent fois a menty ta bouche,
Que mon amour discret...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Je vous aymois...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Je vous aymois...

Je vous aymois : vous me l'aviez permis ;
J'esperois d'estre aymé : vous me l'aviez promis.
Mais, helas ! belle Iris, je voy bien le contraire ;
Je n'ose en murmurer
De peur de vous deplaire ;
Mais il m'est permis d'expirer,
S'il m'est ordonné de me taire.

Dedans vos fers, charmé de vos...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Ma raison me l'a dit aussi bien...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Ma raison me l'a dit aussi bien...

Ma raison me l'a dit aussi bien que mes yeux,
Que vous estiez toute charmante et belle ;
Mais elle eust fait bien mieux
De m'advertir que vous estiez cruelle....

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Mes yeux, vous avez veu Cloris...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Mes yeux, vous avez veu Cloris...

Mes yeux, vous avez veu Cloris ;
Mon coeur, vous songez à ses charmes,
Vous l'entendez chanter : helas ! vous estes pris ;
Rendez, rendez les armes,
Ô mon coeur, ô mes yeux ! c'estoit trop hazarder
Que de l'entendre et de la regarder.

Helas ! vous sçavez le danger
Qui suit un amour temeraire,

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Nous nous estions promis...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Nous nous estions promis...

Nous nous estions promis
Une Amour eternelle.
Quel crime ay-je commis
Pour vous rendre infidelle ?

Je voy bien que ma mort
Est toute vostre envie,
Et qu'un dernier effort
Vous doit bien-tost, Silvie,
Deslivrer d'une vie
Qui vous desplaist si fort....

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Philis me traitte avec rigueur...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Philis me traitte avec rigueur...

Philis me traitte avec rigueur ;
Mon coeur, jour et nuit, en soûpire.
Ne vous affligez pas, mon coeur :
Ce n'est pas un trop grand malheur ;
Il ne faut que luy dire.

Bien souvent, ce qui nous fait peur,
Un moment apres nous fait rire ;
Phillis pourra changer d'humeur :

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Philis, vous vous plaignez...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Philis, vous vous plaignez...

Philis, vous vous plaignez que je n'ay point d'esprit
A vous parler de mon martyre.
Helas ! ignorez-vous qu'un mal que l'on peut dire
N'est jamais si grand que l'on dit ?

Un Amant dit assez quand il est interdit,
Quand il languit, quand il souspire ;
Mais aprenez, Philis, qu'un mal que l'on peut dire
N'est jamais si grand...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Quand je vous dis que vos yeux...

Paul SCARRON (1610-1660) - Chanson : Quand je vous dis que vos yeux...

Quand je vous dis que vos yeux m'ont bruslé,
Vous faites l'offencée ;
Quand je vous cache ma pensée,
Vous m'appellez dissimulé !
Helas ! que dois-je faire ?
Si je parle, vous vous faschez,
Et si je me veux taire,
Vous me le reprochez.

Si vous traittez d'une esgale rigueur
Ma plainte...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :