LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :

Rechercher dans :

Dissertations
Commentaires
Citations
Oeuvres complètes

Mode de recherche :

ET OU

Résultats de la recherche

1730 résultat(s) trouvé(s)
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2.

Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2. Une rue. - Le point du jour. - Plusieurs masques sortent d'une maison illuminée.Un marchand de soieries et un orfèvre ouvrent leurs boutiques. LE MARCHAND DE SOIERIES — Hé, hé, père Mondella, voilà bien du vent pour mes étoffes. (Il étale ses pièces de soie.) L'ORFEVRE, bâillant — C'est à se casser la tête ! Au diable leur noce ! Je n'ai pas fermé l'œil de la nuit. LE MARCHAND — Ni ma...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 6.

Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 6. Le bord de l'Arno. Marie soderini, Catherine. CATHERINE — Le soleil commence à baisser. De larges bandes de pourpre traversent le feuillage, et la grenouille l'ait sonner sous les roseaux sa petite cloche de cristal.C'est une singulière chose que toutes les harmonies du soir, avec le bruit lointain de cette ville. MARIE — Il est temps de rentrer ; noue ton voile autour de ton cou. CATHERINE — Pas encore, à moins que vous...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Musset, Lorenzaccio, Acte III, scène 7.

Musset, Lorenzaccio, Acte III, scène 7. PHILIPPE — Il est temps que cela finisse, voyez-vous ; On nous tuerait nos enfants et on déshonorerait nos filles. Il est temps que Florence apprenne à ces bâtards ce que c'est que le droit de vie et de mort. Les Huit n'ont pas le droit de condamner mes enfants; et moi, je n'y survivrais pas, voyez-vous. LES CONVIVES — N'aie pas peur, Philippe, nous sommes là. PHILIPPE — Je suis le...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre LXXXI

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre LXXXI La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont Paris, 20 septembre 17**. Que vos craintes me causent de pitié! Combien elles me prouvent ma supériorité sur vous! et vous voulez m'enseigner, me conduire! Ah! mon pauvre Valmont, quelle distance il y a encore de vous à moi! Non, tout l'orgueil de votre sexe ne suffirait pas pour remplir l'intervalle qui nous sépare. Parce que vous ne pourriez exécuter mes projets, vous les...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Balzac, La Femme de trente ans.

Balzac, La Femme de trente ans. a) Relevez les différentes étapes de ce portrait. b) Relevez les expressions qui montrent que Julie constitue un type c) Comment voit-on que le narrateur essaie d'être objective, voir même scientifique (relevez tout les indices). La marquise, alors âgée de trente ans, était belle quoique frêle de formes et d'une excessive délicatesse. Son plus grand charme venait d'une physionomie dont le calme trahissait une étonnante profondeur dans l'âme. Son oeil plein d'éclat,...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Molière, Dom Juan, acte II, scène 2

Molière, Dom Juan, acte II, scène 2 Don Juan est-il un personnage comique ? DOM JUAN.- Êtes-vous de ce village? CHARLOTTE.- Oui, Monsieur. DOM JUAN.- Et vous y demeurez? CHARLOTTE.- Oui, Monsieur. DOM JUAN.- Vous vous appelez? CHARLOTTE.- Charlotte, pour vous servir. DOM JUAN.- Ah! la belle personne, et que ses yeux sont pénétrants? CHARLOTTE.- Monsieur, vous me rendez toute honteuse. DOM JUAN.- Ah, n'ayez point de honte d'entendre dire vos vérités. Sganarelle, qu'en dis-tu? Peut-on rien voir de plus agréable? Tournez-vous un peu,...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jean Racine, Britannicus, II, 2.

Jean Racine, Britannicus, II, 2. Excité d'un désir curieux, Cette nuit je l'ai vue arriver en ces lieux, Qui brillaient au travers des flambeaux et des armes, Belle, sans ornements, dans le simple appareil D'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil.(v 390) Que veux-tu ? je ne sais si cette négligence, Les ombres, les flambeaux, les cris et le silence, Et le farouche aspect de ces fiers ravisseurs Relevaient de ses yeux les timides douceurs. Quoi qu'il en soit, ravi d'une si belle vue,(v395) J'ai voulu...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Maupassant, Bel Ami, les retrouvailles de Bel-Ami avec ses parents.

Maupassant, Bel Ami, les retrouvailles de Bel-Ami avec ses parents. Mais quand il se remit en marche, Duroy aperçut soudain, à quelques centaines de mètres, deux vieilles gens qui s'en venaient, et il sauta de la voiture, en criant : " Les voilà. Je les reconnais. " C'étaient deux paysans, l'homme et la femme, qui marchaient d'un pas régulier, en se balançant et se heurtant parfois de l'épaule. L'homme était petit, trapu, rouge et un...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

LA MORT D'ISEUT - THOMAS ET BEROUL, Tristan et Iseut, entre 1150 et 1200.

LA MORT D'ISEUT Blessé, Tristan ne veut pas mourir sans revoir Iseut, la femme du roi Marc de Cornouaille, qu'il aime d'un amour impossible. Son beau-frère Kaherdin part la chercher : si la voile du navire, au retour, est blanche, c'est qu'il ramène Iseut; sinon, elle sera noire. Iseut n'hésite pas un instant à prendre la mer pour répondre à l'appel de Tristan. Mais, en mer, c'est le calme plat et le navire, alors qu'il allait...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

CLEOPATRE, REINE D'EGYPTE - PLUTARQUE, (50 à 120 après J.C.) , (Texte traduit du grec)

CLEOPATRE, REINE D'EGYPTE Longtemps après sa mort (en 30 av. J. C.), Cléopâtre continue à inspirer les écrivains et les poètes. La réalité et la légende se mêlent dans les récits qui évoquent sa vie, son règne, ses amours et son destin tragique. Sa rencontre avec Antoine, le général romain, est restée célèbre. Aussi, malgré la fréquence des invitations qu'elle recevait d'Antoine lui-même et de ses amis, elle le méprisa et se moqua de lui à tel...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

LES TOURMENTS DE L'AMOUR - Benjamin CONSTANT, Adolphe, 1816

LES TOURMENTS DE L'AMOUR Adolphe, jeune homme timide et solitaire veut conquérir une femme dont il croit être épris : la belle Ellénore de dix ans son aînée. "Ellénore, lui écrivais- je un jour, vous ne savez pas tout ce que je souffre. Près de vous, loin de vous, je suis également malheureux. Pendant les heures qui nous séparent, j'erre au hasard, courbé sous le fardeau d'une existence que je ne sais comment supporter. La société m'importune,...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jean-Jacques Rousseau , Emile ou De L'Education, 1762

Supposons que, tandis que j'étudie avec mon élève le cours du soleil et la manière de s'orienter, tout à coup il m'interrompe pour me demander à quoi sert tout cela. Quel beau discours je vais lui faire ! de combien de choses je saisis l'occasion de l'instruire en répondant à sa question, surtout si nous avons des témoins de notre entretien. Je lui parlerai de l'utilité des voyages, des avantages du commerce, des productions particulières...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

George SAND

( Dix ans après avoir écrit «Indiana», George Sand s'explique sur les raisons qui l'ont poussée à écrire ce roman.) Lorsque j'écrivis le roman d 'Indiana, j'obéissais à des sentiments pleins de force et de sincérité qui débordèrent de là dans une série de romans basés à peu près tous sur la même donnée : le rapport mal établi entre l'homme et la femme par le fait de la société. Ainsi, je le répète, j'ai écrit ce...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

JEAN-JACQUES ROUSSEAU, Les Confession

( Jean-Jacques Rousseau, qui a passé sa jeunesse en Suisse, découvre Paris à l'âge de 19 ans. ) Combien l'abord de Paris démentit l'idée que j'en avais ! La décoration extérieure que j'ai vue à Turin, la beauté des rues, la symétrie et l'alignement des maisons, me faisaient chercher à Paris autre chose encore. Je m'étais figuré une ville aussi belle que grande, de l'aspect le plus imposant, où l'on ne voyait que de superbes rues,...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Laclos, les Liaisons dangereuses, lettre LXXXI.

Laclos, les Liaisons dangereuses, lettre LXXXI. La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont Paris, 20 septembre 17**. Que vos craintes me causent de pitié! Combien elles me prouvent ma supériorité sur vous! et vous voulez m'enseigner, me conduire! Ah! mon pauvre Valmont, quelle distance il y a encore de vous à moi! Non, tout l'orgueil de votre sexe ne suffirait pas pour remplir l'intervalle qui nous sépare. Parce que vous ne pourriez exécuter mes projets, vous les...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Pierre Corneille, Le Cid, acte IV, scène 3 (1637)

Pierre Corneille, Le Cid, acte IV, scène 3 (1637) Don Rodrigue, dit le Cid, grand seigneur à la cour d'Espagne, a repoussé victorieusement une attaque des Mores. Il raconte au roi la bataille: DON RODRIGUE L'onde s'enfle dessous, et d'un commun effort Sous moi donc cette troupe s'avance, Et porte sur le front une mâle assurance Nous...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné.

Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné. Elle est fraîche, elle est rose, elle a de grands yeux, elle est belle ! On lui a mis une petite robe qui lui va bien. Je l'ai prise, je l'ai enlevée dans mes bras, je l'ai assise sur mes genoux, je l'ai baisée sur ses cheveux. Pourquoi pas avec sa mère ? – Sa...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jarry, Ubu roi, acte V, scène 4.

Jarry, Ubu roi, acte V, scène 4. Le pont d'un navire courant au plus près sur la Baltique. Sur le pont le PERE UBU et toute sa bande. LE COMMANDANT Ah! quelle belle brise. PERE UBU Il est de fait que nous filons avec une rapidité qui tient du prodige. Nous devons faire au moins un million de noeuds à l'heure, et ces noeuds ont ceci de bon qu'une fois faits ils ne se défont pas. Il est vrai que...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Musset, Lorenzaccio, acte II, scène 3

Musset, Lorenzaccio, acte II, scène 3 LE CARDINAL, seul — Oui, je suivrai tes ordres, Farnèse !Que ton commissaire apostolique s'enferme avec sa probité dans le cercle étroit de son office, je remuerai d'une main ferme la terre glissante sur laquelle il n'ose marcher. Tu attends cela de moi ; je t'ai compris, et j'agirai sans parler, comme tu as commandé. Tu as deviné qui j'étais lorsque tu m'as placé auprès d'Alexandre, sans me revêtir d'aucun...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Raymond Queneau : L'art poétique

Raymond Queneau : L'art poétique Ce soir, Si j'écrivais un poème pour la postérité? fichtre la belle idée je me sens sûr de moi j'y vas et à la postérité j'y dis merde et remerde et reremerde drôlement feintée la postérité qui attendait son poème ah mais. ...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jules Vallès, l'Enfant, chapitre 5.

Jules Vallès, l'Enfant, chapitre 5. La distribution des prix est dans trois jours. Mon père, qui est dans le secret des dieux, sait que j'aurai des prix, qu'on appellera son fils sur l'estrade, qu'on lui mettra sur la tête une couronne trop grande, qu'il ne pourra ôter qu'en s'écorchant, et qu'il sera embrassé sur les deux joues par quelque autorité. Madame Vingtras est avertie, et elle songe… Comment habillera-t-elle son fruit, son enfant, son Jacques ? Il faut qu'il...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves (1678) Incipit.

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves (1678) Incipit. La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. Ce prince était galant, bien fait et amoureux ; Quoique sa passion pour Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, eût commencé il y avait plus de vingt ans, elle n'en était pas moins violente, et il n'en donnait pas des témoignages moins éclatants. ...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre 1 (incipit).

Stendhal, Le Rouge et le Noir, chapitre 1 (incipit). Chapitre I : Une petite ville Put thousands together Less bad. But the cage less gay. HOBBES. La petite ville de Verrières peut passer pour l'une des plus jolies de la Franche-Comté. Ses maisons blanches avec leurs toits pointus de tuiles rouges, s'étendent sur la pente d'une colline, dont des touffes de vigoureux châtaigniers marquent les moindres sinuosités. Le Doubs coule à quelques centaines de pieds au-dessous de ses fortifications bâties jadis...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Molière, Dom Juan, acte II, scène 2

Molière, Dom Juan, acte II, scène 2 DOM JUAN apercevant CHARLOTTE. -Ah ! ah ! d'où sort cette autre paysanne, Sganarelle? As-tu rien vu de plus joli? et ne trouves-tu pas, dis moi,que celle-ci vaut bien l'autre. SGANARELLE.- Assurément. Autre pice nouvelle. DOM JUAN.- D'ou me vient,la belle, une rencontre si agréable? Quoi ? dans ces lieux champêtres, parmivces arbres et ces rochers on trouve des personnes faites comme vous êtes ? CHARLOTTE.- Vous-voyez, Monsieur DOM JUAN.- Êtes-vous de ce...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Rousseau, Les Confessions, II - Portrait de Mme de Warens

Rousseau, Les Confessions, II - Portrait de Mme de Warens Il y avait six ans qu'elle y était quand j'y vins, et elle en avait alors vingt-huit, étant née avec le siècle. Elle avait de ces beautés qui se conservent, parce qu'elles sont plus dans la physionomie que dans les traits; aussi la sienne était-elle encore dans tout son premier éclat. Elle avait un air caressant et tendre, un regard très doux, un sourire angélique, une...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :