LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :

Rechercher dans :

Dissertations
Commentaires
Citations
Oeuvres complètes

Mode de recherche :

ET OU

Résultats de la recherche

1124 résultat(s) trouvé(s)
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

La vie à Paris - CHATEAUBRIAND, René, ( 1802 )

La vie à Paris, qui m'avait d'abord enchanté, ne tarda pas à me devenir insupportable. Je me fatiguai de la répétition des mêmes scènes et des mêmes idées. Je me mis à sonder mon coeur, à me demander ce que je désirais. Je ne le savais pas, mais je crus tout à coup que les bois me seraient délicieux. Me voilà soudain résolu d'achever, dans un exil champêtre, une carrière à peine commencée, et dans...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Gustave FLAUBERT , Madame Bovary, 1857

( Charles Bovary, officier de santé, rentre souvent tard le soir. Il trouve sa femme et sa fille endormies. ) Quand il rentrait au milieu de la nuit, il n'osait pas la réveiller. La veilleuse de porcelaine arrondissait au plafond une clarté tremblante et les rideaux fermés du petit berceau faisaient comme une hutte blanche qui se bombait dans l'ombre, au bord du lit. Charles les regardait. Il croyait entendre l'haleine légère de son enfant. Elle...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Stendhal, Le Rouge et le Noir

( Fabrice, un jeune homme, participe à une bataille pour la première fois. ) Nous avouerons que notre héros était si fort peu héros en ce moment. Toutefois, la peur ne venait chez lui qu'en seconde ligne ; il était surtout scandalisé de ce bruit qui lui faisait mal aux oreilles. L'escorte (1) prit le galop ; on traversait une grande pièce de terre labourée, et ce champ était jonché de cadavres. Fabrice remarqua que beaucoup...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

DE JULIE - J.J. ROUSSEAU , La Nouvelle Héloïse

De Julie, Je l'avais trop prévu ; le temps du bonheur est passé comme un éclair ; celui des disgrâces commence, sans que rien m'aide à juger quand il finira. Tout m'alarme et me décourage ; une langueur mortelle s'empare de mon âme ; sans sujet bien précis de pleurer, des pleurs...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jean-Jacques ROUSSEAU , La Nouvelle Héloïse

( Saint-Preux va embarquer sur un navire. Il adresse une lettre à sa cousine Claire) Je pars, chère et charmante cousine, pour faire le tour du globe ; je vais chercher dans un autre hémisphère la paix dont je n'ai pu jouir dans celui-ci. Insensé que je suis ! je vais errer dans l'univers sans trouver un lieu pour y reposer mon cœur ; je vais chercher un asile où je puisse être loin de vous...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

STENDHAL, Le Rouge et le Noir

Ce fut en vain qu'il appela Julien deux ou trois fois. L'attention que le jeune homme donnait à son livre, bien plus que le bruit de la scie, l'empêcha d'entendre la terrible voix de son père. Enfin, malgré son âge, celui-ci sauta lestement sur l'arbre soumis à l'action de la scie, et de là sur la poutre qui soutenait le toit. Un coup violent fit voler dans le ruisseau le livre que tenait Julien ;...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jean-Jacques ROUSSEAU, La Nouvelle Héloïse, I, 25

( Julie écrit une lettre à Saint-Preux ) De Julie, Je l'avais trop prévu ; le temps du bonheur est passé comme un éclair ; celui des disgrâces commence, sans que rien m'aide à juger quand il finira. Tout m'alarme et me décourage ; une langueur mortelle s'empare de mon âme ; sans sujet bien précis de pleurer, des pleurs involontaires s'échappent de mes yeux ; je ne lis pas dans l'avenir des maux inévitables ; mais...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Guy de Maupassant, Bel-Ami, I, 3.

Guy de Maupassant, Bel-Ami, I, 3. Le domestique vint lui ouvrir. Il avait un tablier bleu et tenait un balai dans ses mains. "Monsieur est sorti", dit-il, sans attendre la question. Duroy insista: "Demandez à Mme Forestier si elle peut me recevoir, et prévenez-la que je viens de la part de son mari, que j'ai rencontré dans la rue." Puis il attendit. L'homme revint, ouvrit une porte à droite, et annonça: "Madame attend monsieur." Elle était assise sur un fauteuil de bureau,...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Racine, Britannicus, acte IV, scène 3.

Racine, Britannicus, acte IV, scène 3. Néron, Burrhus BURRHUS Que cette paix, Seigneur, et ces embrassements Vont offrir à mes yeux des spectacles charmants ! Vous savez si jamais ma voix lui fut contraire, Si de son amitié j'ai voulu vous distraire, Et si j'ai mérité cet injuste courroux. NERON Je ne vous flatte point, je me plaignais de vous, Burrhus : je vous ai crus tous deux d'intelligence ; Mais son inimitié vous rend ma confiance. Elle se hâte trop, Burrhus, de triompher : J'embrasse mon rival,...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

La Bruyère, les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74.

La Bruyère, les Caractères, De la société et de la conversation, 73 et 74. 73 (I) "Lucain a dit une jolie chose... Il y a un beau mot de Claudien... Il y a cet endroit de Sénèque": et là-dessus une longue suite de latin, que l'on cite souvent devant des gens qui ne l'entendent pas, et qui feignent de l'entendre. Le secret serait d'avoir un grand sens et bien de l'esprit; car ou l'on se passerait des...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Gustave Flaubert, Madame Bovary, Partie I, 9.

Gustave Flaubert, Madame Bovary, Partie I, 9. Paris, plus vague que l'Océan, miroitait donc aux yeux d'Emma dans une atmosphère vermeille. La vie nombreuse qui s'agitait en ce tumulte y était cependant divisée par parties, classée en tableaux distincts. Emma n'en apercevait que deux ou trois qui lui cachaient tous les autres, et représentaient à eux seuls l'humanité complète. Le monde des ambassadeurs marchait sur des parquets luisants, dans des salons lambrissés de miroirs, autour de...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné.

Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné. Il est dix heures. Ô ma pauvre petite fille ! encore six heures, et je serai mort ! Je serai quelque chose d'immonde qui traînera sur la table froide des amphithéâtres ; une tête qu'on moulera d'un côté, un tronc qu'on disséquera de l'autre ; puis de ce qui restera, on en mettra plein une bière, et le tout ira à Clamart. ...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné.

Hugo, Le Dernier Jour d'un condamné. Elle est fraîche, elle est rose, elle a de grands yeux, elle est belle ! On lui a mis une petite robe qui lui va bien. Je l'ai prise, je l'ai enlevée dans mes bras, je l'ai assise sur mes genoux, je l'ai baisée sur ses cheveux. Pourquoi pas avec sa mère ? – Sa...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Flaubert, Madame Bovary, II, 12 - La lune, toute ronde et couleur de pourpre...

Flaubert, Madame Bovary, II, 12 - La lune, toute ronde et couleur de pourpre... La lune, toute ronde et couleur de pourpre, se levait à ras de terre, au fond de la prairie. Elle montait vite entre les branches des peupliers, qui la cachaient de place en place, comme un rideau noir, troué. Puis elle parut, éclatante de blancheur, dans le ciel vide qu'elle éclairait ; et alors, se ralentissant, elle laissa tomber sur la rivière...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Émile Zola, L'Assommoir, chapitre VII.

Émile Zola, L'Assommoir, chapitre VII. Partout, l'oie était découpée. Le sergent de ville, après avoir laissé la société admirer le bonnet d'évêque pendant quelques minutes, venait d'abattre les morceaux et de les ranger autour du plat. On pouvait se servir. Mais les dames, qui dégrafaient leur robe, se plaignaient de la chaleur. Coupeau cria qu'on était chez soi, qu'il emmiellait les voisins et il ouvrit toute grande la porte de la rue, la noce continua au...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Flaubert, Madame Bovary, I, 8 - L'air du bal était lourd...

Flaubert, Madame Bovary, I, 8 - L'air du bal était lourd... L'air du bal était lourd ; les lampes pâlissaient. On refluait dans la salle de billard. Un domestique monta sur une chaise et cassa deux vitres ; au bruit des éclats de verre, Mme Bovary tourna la tête et aperçut dans le jardin, contre les carreaux, des faces de paysans qui regardaient. Alors le souvenir des Bertaux lui arriva. Elle revit la ferme, la mare...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Jules Vallès, l'Enfant, chapitre 5.

Jules Vallès, l'Enfant, chapitre 5. La distribution des prix est dans trois jours. Mon père, qui est dans le secret des dieux, sait que j'aurai des prix, qu'on appellera son fils sur l'estrade, qu'on lui mettra sur la tête une couronne trop grande, qu'il ne pourra ôter qu'en s'écorchant, et qu'il sera embrassé sur les deux joues par quelque autorité. Madame Vingtras est avertie, et elle songe… Comment habillera-t-elle son fruit, son enfant, son Jacques ? Il faut qu'il...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Molière, L'École des femmes : acte II, scène 5 - Quiproquos

Molière, L'École des femmes : acte II, scène 5 - Quiproquos ARNOLPHE Oui, c'est un grand plaisir que toutes ces tendresses, Ces propos si gentils, et ces douces caresses; Mais il faut le goûter en toute honnêteté, Et qu'en se mariant le calme en soit ôté. AGNES N'est-ce plus un péché lorsque l'on se marie? ARNOLPHE Non. AGNES Mariez-moi donc promptement, je vous prie. ARNOLPHE Si vous le souhaitez, je le souhaite aussi; Et pour vous marier on me revoit ici. AGNES Est-ll possible? ARNOLPHE Oui. AGNES Que vous me...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Abbé Prévost, Manon Lescaut – « Je demeurai plus de vingt-quatre heures... »

Abbé Prévost, Manon Lescaut – « Je demeurai plus de vingt-quatre heures... » Je demeurai plus de vingt-quatre heures la bouche attachée sur le visage et sur les mains de ma chère Manon. Mon dessein était d'y mourir; mais je fis réflexion, au commencement du second jour, que son corps serait exposé, après mon trépas, à devenir la pâture des bêtes sauvages. Je formai la résolution de l'enterrer et d'attendre la mort sur sa fosse. J'étais...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Montesquieu, Les Lettres persanes, lettre XII :

Montesquieu, Les Lettres persanes, lettre XII : Usbek au même, à Ispahan. Tu as vu, mon cher Mirza, comment les Troglodytes périrent par leur méchanceté même, et furent les Victimes de leurs propres injustices. De tant de familles, il n'en resta que deux qui échappèrent aux malheurs de la Nation. Il y avait dans ce pays deux hommes bien singuliers: ils avaient de l'humanité; ils connaissaient la justice; ils aimaient la vertu. Autant liés par la...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Corneille, Cinna, acte I, scène 1.

Corneille, Cinna, acte I, scène 1. EMILIE Impatients désirs d'une illustre vengeance Dont la mort de mon père a formé la naissance, Enfants impétueux de mon ressentiment, Que ma douleur séduite embrasse aveuglément, Vous prenez sur mon âme un trop puissant empire ; Durant quelques moments souffrez que je respire, Et que je considère, en l'état où je suis, Et ce que je hasarde, et ce que je poursuis. Quand je regarde Auguste au milieu de sa gloire, Et que vous reprochez à ma triste mémoire Que...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Molière, Dom Juan, acte II, scène 2

Molière, Dom Juan, acte II, scène 2 DOM JUAN apercevant CHARLOTTE. -Ah ! ah ! d'où sort cette autre paysanne, Sganarelle? As-tu rien vu de plus joli? et ne trouves-tu pas, dis moi,que celle-ci vaut bien l'autre. SGANARELLE.- Assurément. Autre pice nouvelle. DOM JUAN.- D'ou me vient,la belle, une rencontre si agréable? Quoi ? dans ces lieux champêtres, parmivces arbres et ces rochers on trouve des personnes faites comme vous êtes ? CHARLOTTE.- Vous-voyez, Monsieur DOM JUAN.- Êtes-vous de ce...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Rousseau, Les Confessions, II - Portrait de Mme de Warens

Rousseau, Les Confessions, II - Portrait de Mme de Warens Il y avait six ans qu'elle y était quand j'y vins, et elle en avait alors vingt-huit, étant née avec le siècle. Elle avait de ces beautés qui se conservent, parce qu'elles sont plus dans la physionomie que dans les traits; aussi la sienne était-elle encore dans tout son premier éclat. Elle avait un air caressant et tendre, un regard très doux, un sourire angélique, une...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Delly, Comme un conte de fées.

Delly, Comme un conte de fées. Sous le pseudonyme de Delly furent composés de très nombreux romans sentimentaux qui connurent un succès populaire considérable. Dans Comme un conte de fées, Gwennola de Pendennek vit heureuse avec ses parents dans le château familial. Un jour, au village voisin, arrive un certain Monsieur Wolf. Ils s'éprennent l'un de l'autre. Un soir, dans « la clarté rose du couchant », elle descend dans la roseraie cueillir une corbeille de...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤

Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, chapitre 1.

Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, chapitre 1. Quand les manœuvres furent terminées, l'officier d'ordonnance accourut à bride abattue, et s'arrêta devant l'empereur pour en attendre les ordres. En ce moment, il était à vingt pas de Julie, en face du groupe impérial, dans une attitude assez semblable à celle que Gérard a donnée au général Rapp dans le tableau de la Bataille d'Austerlitz. Il fut permis alors à la jeune fille d'admirer son...

» Accédez au corrigé

1,80 ¤
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 > >>

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :