Devoir de Philosophie

Voltaire, Zadig.

Extrait du document

Voltaire, Zadig. A ces cris, Zadig courut se jeter entre elle et ce barbare. Il avait quelque connaissance de la langue égyptienne. Il lui dit en cette langue : Si vous avez quelque humanité, je vous conjure de respecter la beauté et la faiblesse. Pouvez-vous outrager ainsi un chef-d'oeuvre de la nature, qui est à vos pieds, et qui n'a pour sa défense que des larmes ? Ah ! ah ! lui dit cet emporté, tu l'aimes donc aussi ! et c'est de toi qu'il faut que je me venge. En disant ces paroles, il laisse la dame, qu'il tenait d'une main par les cheveux, et, prenant sa lance, il veut en percer l'étranger. Celui-ci, qui était de sang-froid, évita aisément le coup d'un furieux. Il se saisit de la lance près du fer dont elle est armée. L'un veut la retirer, l'autre l'arracher. Elle se brise entre leurs mains. L'Égyptien tire son épée ; Zadig s'arme de la sienne. Ils s'attaquent l'un l'autre. Celui-là porte cent coups précipités ; celui-ci les pare avec adresse. La dame, assise sur un gazon, rajuste sa coiffure, et les regarde. L'Egyptien était plus robuste que son adversaire, Zadig était plus adroit. Celui-ci se battait en homme dont la tête conduisait le bras, et celui-là comme un emporté dont une colère aveugle guidait les mouvements au hasard. Zadig passe à lui, et le désarme ; et tandis que l'Egyptien, devenu plus furieux, veut se jeter sur lui, il le saisit, le presse, le fait tomber en lui tenant l'épée sur la poitrine ; il lui offre de lui donner la vie. L'Egyptien hors de lui tire son poignard ; il en blesse Zadig dans le temps même que le vainqueur lui pardonnait. Zadig indigné lui plonge son épée dans le sein. L'Egyptien jette un cri horrible, et meurt en se débattant.

« Zadig (1747) VOLTAIRE CONTE PHILOSOPHIQUE xv111• siècle (1694-1778) RÉSUMÉ Durant l'Anticjuité, à Babylone, le jeune Zadig, savant et bon, crciit être facilement heureux. Déçu par l'amour, il est condamné en justice pour sa science, et persécuté par des.juges, un envieux et des prêtres. Toutefois, sauvé par un perroquet, il devient le ministre du roi Moabdar. Mais son amour pour la reine Astarté provoque la colère du monarque. Vendu comme esclave au marchand Sétoc, il devient son ami, puis conseille le roi Nabussan sur l'ile de Serendib. Après de nouvelles mésaventures, il retrouve Astarté en Arabie. Toujours éprise de lui, elle raconte ses propres malheurs après la mort de Moabdar. Ils rentrent triomphants dans la capitale, mais Zadig doit de nouveau s'enfuir. Il rencontre un vieillard au comportement étrange, qui se transforme ensuite en l'.ange Jesrad et lui explique que la Providence guide les destinées. De retour à Babylone, Zadig épouse Astarté et règne pacifiquement. Remarque : Les deux chapitres qui se déroulent dans l'île de Serendib auprès de Nabussan («La Danse», «Les Yeux bleus») n'ont jamais été publiés par Voltaire. Ils ne portent donc pas de numéro. PERSONNAGES PRINCIPAUX Zadig : héros parfait, emporté dans une suite incohérente de malheurs et de bonheurs. Astarté : reine de Babylone, amoureuse de Zadig. L'ange Jesrad : il explique, à la fin du conte, qu'il n'y a pas de hasard : la Providence préside aux destinées de chaque homme. Cador : ami fidèle, toujours prêt à aider Zadig. THÈMES 1. Recherche du bonheur et réflexion sur la Providence. 2. L'art de gouverner et les risques du pouvoir. 3. L'amour. AXES DE LECTURE 1. La conception.du monde: la Providence donne un sens à l'absurdité apparente de la vie. 2. Le conte philosophique : une leçon de sagesse. 3. La satire de la société et des vices humains. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles