Devoir de Philosophie

VINCENT VOITURE: vie et oeuvre

Extrait du document

D'origine roturière, mais n'ayant jamais rougi de sa roture, VINCENT VOITURE sut si bien se pousser dans la haute société qu'en 1625 il fut introduit à l'Hôtel de Rambouillet. Il en fut pendant plus de vingt ans le principal animateur. Il dut s'en éloigner en 1632, pour suivre Gaston d'Orléans, au service duquel il était attaché. Il ne revint à Paris qu'en 1634, après avoir parcouru l'Espagne. Bien vu de Richelieu, nanti de charges lucratives, il disposait de revenus importants, qu'il dilapidait au jeu. A partir de 1640, une rivalité d'influence à l'intérieur de l'Hôtel de Rambouillet opposa Voiture et Chapelain. Ce petit homme malingre (on l'appelait « el rey chiquito », le petit roi) avait toujours quelque amour en tête. A cinquante ans, il se battit en duel pour les beaux yeux d'Angélique, l'une des filles de la marquise de Rambouillet. Voiture ne publia rien de son vivant. En 1649, deux volumes de lettres et poésies de Voiture furent édités par son neveu. En 1654, Costar fit imprimer sa correspondance avec Voiture sous ce titre : Entretiens de M. Voiture et de M. Costar.

« VINCENT VOITURE D'origine roturière, mais n'ayant jamais rougi de sa roture, VINCENT VOITURE sut si bien se pousser dans la haute société qu'en 1625 il fut introduit à l'Hôtel de Rambouillet.

Il en fut pendant plus de vingt ans le principal animateur. Il dut s'en éloigner en 1632, pour suivre Gaston d'Orléans, au service duquel il était attaché.

Il ne revint à Paris qu'en 1634, après avoir parcouru l'Espagne.

Bien vu de Richelieu, nanti de charges lucratives, il disposait de revenus importants, qu'il dilapidait au jeu.

A partir de 1640, une rivalité d'influence à l'intérieur de l'Hôtel de Rambouillet opposa Voiture et Chapelain.

Ce petit homme malingre (on l'appelait « el rey chiquito », le petit roi) avait toujours quelque amour en tête.

A cinquante ans, il se battit en duel pour les beaux yeux d'Angélique, l'une des filles de la marquise de Rambouillet. Voiture ne publia rien de son vivant.

En 1649, deux volumes de lettres et poésies de Voiture furent édités par son neveu.

En 1654, Costar fit imprimer sa correspondance avec Voiture sous ce titre : Entretiens de M.

Voiture et de M.

Costar. INFLUENCE DE VOITURE Il n'a produit qu'une oeuvre assez ténue : lettres agréablement tournées, où l'esprit ne va pas sans quelque recherche, poèmes galants parfois un peu lestes (sonnets, chansons, rondeaux, épîtres, impromptus).

Il s'inspire volontiers de modèles espagnols.

Il les préférait aux Italiens. Cet écrivain frivole a libéré la poésie sentimentale des contraintes de la rhétorique et des complications du pétrarquisme.

Au style guindé, il substitue le badinage aimable.

Il incarne la littérature mondaine, l'opposition au pédantisme.

Son influence déborde le cadre de son oeuvre.

En face des doctes, il représente le parti de ceux qu'on appellera bientôt « les honnêtes gens ».

Les classiques de la grande époque lui ont rendu hommage Madame de Sévigné l'admire et La Fontaine reconnaît en lui l'un de ses maîtres préférés.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles