Devoir de Philosophie

Que la comédie fasse rire, tout le monde, s'accorde à le dire toutefois, ce rire peut ne pas être gratuit et revêtir différentes fonctions et enjeux : elle peut par exemple châtier les moeurs en riant ?

Extrait du document

Ex : ·                           Critique des inégalités sociales à travers la problématique du rapport entre maîtres et valets dans le Mariage de Figaro de Beaumarchais. ·                           Molière et la critique de l'hypocrisie des dévots ( Tartuffe), satire des précieuses ( Les Précieuses ridicules)... ·                           Critique de « caractère » dans Don Juan de Molière. Du coureur de jupons au « plus grands des scélérats que la terre ait jamais connu » selon son valet Sganarelle, Dom Juan cumule les fautes. L'auteur dénonce ici les moeurs « libertines » de son époque, mais surtout l'hypocrisie, la manipulation, la tromperie qui sont des défauts inhérents à certains hommes.   2)      Une critique politique   Le comique peut aussi servir une critique politique qui va souvent de paire avec la critique sociale. Le rire permet à la fois de dédramatiser la critique et d'échapper à la censure et de la rendre d'autant plus sarcastique et convaincante. Ex : L'île des Esclaves de Marivaux où la dénonciation politique est d'autant plus évidente qu'elle est le moteur de la pièce, les rôles entre maîtres et esclaves sont inversés, cependant, non pas dans un but de vengeance, mais dans un but de compréhension mutuelle des différents parties pour améliorer le quotidien de chacun, comme le dit si bien Trivelin : "Vous avez été leurs maîtres, et vous avez mal agi ; ils sont devenus les vôtres et ils vous pardonnent ; faîtes vos réflexions là-dessus. La différence des conditions n'est qu'une épreuve que les dieux font sur nous". La dénonciation est ici mise en avant grâce en particulier au personnage d'Arlequin, récurrent dans la Commedia Dell'Arte et utilisé ici pour montrer, peut-être, que les serviteurs sont meilleurs que leurs maîtres et qu'une réforme politique est nécessaire pour améliorer cette réalité sociale.   3)      La catharsis comique   Le mécanisme de la catharsis comique est à certains égards le contraire de la catharsis tragique: au lieu de souffrir avec le protagoniste qui malgré son rang nous ressemble, ici on s'en désassocie, toute notre réaction est d'éviter de lui ressembler.

« Que la comédie fasse rire, tout le monde, s'accorde à le dire toutefois, ce rire peut ne pas être gratuit et revêtir différentes fonctions et enjeux : elle peut par exemple châtier les mœurs en riant.

Dans quelles mesures y parvient-elle ? Serait-ce sa seule fonction ? Analyse du sujet et problématisation : Le sujet part du postulat que la comédie fait rire et demande une explicitation des enjeux et des fonctions de ce rire.

Le rire dans la comédie est essentiellement transmis par le Le sujet donne une première piste qu'il faudra développer et dont il faudra montrer les limites (cf.

« dans quelles mesures y parvient-elle ? ») : la comédie châtie les mœurs en riant. Problématique : Quelles sont les fonctions et les enjeux du comique dans la comédie ? A quoi sertil ? I) La fonction divertissante de la comédie à travers le comique Le comique a pour fonction première de divertir, d'amuser les spectateurs dans la comédie.

Molière affirmait qu'une comédie était bonne lorsqu'elle faisait rire les honnêtes gens.

Quels sont les moyens utilisés par les dramaturges comiques pour divertir ? 1) Le comique de situation Le comique peut résider dans la situation incongrue ou paradoxale d'un personnage dans l'histoire racontée.

Il repose sur des quiproquos, des malentendus ou des conjonctions d'événements.

Toutes les comédies du XVIIe et XVIIIe siècle ainsi que les vaudevilles jouent du comique de situation pour divertir les spectateurs. Ex : · Le mariage de Figaro de Beaumarchais : la scène de reconnaissance où Figaro découvre que Marceline et Bartholo sont ses parents fait émerger un comique de situation, Figaro ne comprenant pas tout de suite ces révélations. · Les jeux de l'amour et du hasard de Marivaux : le comique de situation correspond ici à l'intrigue même de la pièce : Une suivante et sa maîtresse, une jeune fille de bonne famille, échangent leurs vêtements pour que cette dernière puisse observer son prétendant sans être reconnue par lui.

Malheureusement pour elle, il a eu la même idée.

Le spectateur qui assiste à cette scène ne peut pas s'empêcher de s'en amuser. 2) Le comique de gestes Le comique réside dans les coups, les chutes, les grimaces, les mimiques du personnage.

Comique de geste est sûrement la première forme de comique ; il connaît ses heures de gloire au XVIe siècle, avec la Commedia Dell'Arte : c'est un théâtre populaire originaire d'Italie, qui apporte du renouveau (ou peut-être pas, les grecs utilisant des masques pour jouer dans l'antiquité) en jouant avec des masques.

Les comédiens improvisaient leurs textes à partir d'un canevas.

On y retrouve des personnages récurrents dans les comédies, comme l'arlequin, personnage joyeux, bon vivant, que l'on retrouve dans L'île des Esclaves de Marivaux, ou bien le Sganarelle, repris souvent par Molière qui s'est beaucoup inspiré de ce théâtre. Ex : Les fourberies de Scapin, farce de Molière : présence du comique de geste dans la scène où Scapin donne des coup de bâtons à son maître. 3) Le comique de mots La comédie met la langue française dans tous ses états, déformations, jargons en tous genres, prononciations qui sentent le villageois ou la précieuse; les façons de parler outrées font toujours rire.

Parfois c'est la communication elle-même qui ne se fait plus.

Le comique réside ici dans le jeu de mot, les défauts de prononciation, mais aussi dans les images amusantes, les double sens. Ex : Molière, Les femmes savantes, acte II, scène 6 : Bélise (à la bonne).

— Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire? Martine.— Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père? àLes deux mots de prononciation presque identique créent un malentendu qui ridiculise les prétentions pédagogiques de Bélise. II) Châtier les mœurs en riant : une des fonctions essentielles du comique Cf.

le fameux adage : « castigat ridendo mores ».

La comédie exerce, à travers le comique une fonction critique très puissante : quels types de critique véhicule-t-elle ? 1) Une critique sociale. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles