Devoir de Philosophie

Pour présenter un recueil des plus beaux poèmes français, le critique littéraire Robert Kanters écrit : « Ce n'est pas un livre comme un autre dont vous venez de tourner les premières pages. C'est un jardin qui vous accueille, si vous le voulez, peuplé d'amis connus et inconnus. » Quel est le meilleur des « amis » que vous reconnaîtriez dans ce «jardin » des poètes ? Faites-nous comprendre et partager votre amitié. ?

Extrait du document

Introduction Au jardin des poètes, le meilleur ami peut être chaque jour différent ; ce n'est pas inconstance mais besoin d'enrichissement et de renouvellement. Pourtant, Apollinaire est sans doute celui que j'aime à rencontrer le plus souvent (1). I. - Pour sa personnalité complexe. 1° Explicable par son ascendance slave et italienne, et la diversité des lieux qui l'ont marqué : la Méditerranée, l'Ardenne et le Rhin, Paris. 2° Nourrie de sa curiosité et de son appétit de nouveauté (diversité de ses lectures et de ses fréquentations). 3° Trouvant sa réalisation dans sa joie de vivre : - malgré de nombreuses difficultés ; en dépit de ses déceptions sentimentales (mal-aimé et mal-aimant) ; grâce à son sens de l'amitié et à cette force de poésie qui lui permet de trouver dans sa souffrance une source d'inspiration. II. - Pour la richesse et la diversité de son oeuvre. 1° Dans la structure même d'un recueil comme Alcools (longs poèmes, poésies élégiaques ou plus hermétiques et novatrices) ; 2° Dans le détail des oeuvres : exemple des pièces intitulées Rhénanes qui vont de la fascination nocturne du surnaturel et du récit légendaire au tableau de moeurs et à la scène de la vie quotidienne ; 3° Diversité qui s'explique moins par le fait qu'un tel recueil s'étend sur quinze ans que par l'être même du poète qui recherche la surprise, la coexistence de plusieurs réalités différentes.

« Introduction Au jardin des poètes, le meilleur ami peut être chaque jour différent ; ce n'est pas inconstance mais besoin d'enrichissement et de renouvellement.

Pourtant, Apollinaire est sans doute celui que j'aime à rencontrer le plus souvent (1). I.

— Pour sa personnalité complexe. 1° Explicable par son ascendance slave et italienne, et la diversité des lieux qui l'ont marqué : la Méditerranée, l'Ardenne et le Rhin, Paris. 2° Nourrie de sa curiosité et de son appétit de nouveauté (diversité de ses lectures et de ses fréquentations). 3° Trouvant sa réalisation dans sa joie de vivre : — malgré de nombreuses difficultés ; en dépit de ses déceptions sentimentales (mal-aimé et mal-aimant) ; grâce à son sens de l'amitié et à cette force de poésie qui lui permet de trouver dans sa souffrance une source d'inspiration. II.

— Pour la richesse et la diversité de son œuvre. 1° Dans la structure même d'un recueil comme Alcools (longs poèmes, poésies élégiaques ou plus hermétiques et novatrices) ; 2° Dans le détail des œuvres : exemple des pièces intitulées Rhénanes qui vont de la fascination nocturne du surnaturel et du récit légendaire au tableau de mœurs et à la scène de la vie quotidienne ; 3° Diversité qui s'explique moins par le fait qu'un tel recueil s'étend sur quinze ans que par l'être même du poète qui recherche la surprise, la coexistence de plusieurs réalités différentes. 4° Diversité qui ne compromet pas l'unité de l'ensemble, grâce à cette « voix » qui fuit l'éloquence, la mièvrerie, mais qui sait être tendre ou érotique, frémissante et savante tout à la fois. III.

— Four son rôle d'animateur de l'esprit nouveau. Io Dans le foisonnement des Écoles, et particulièrement entre le mouvement unanimiste et le groupe « fantaisiste » ; 2° Sensible aux tendances nouvelles de l'art, et en particulier, du fauvisme et du cubisme en peinture ; 3° Apollinaire, tout en conservant son originalité, est particulièrement représentatif des tendances de son temps qu'il encourage ; 4° Il est celui qui incarne au plus haut degré l'aventure intellectuelle, et dont une grande part demeure dans la poésie de notre temps. IV.

— Pour las poèmes qui sont « indispensables ». Io Le Pont Mirabeau, chanson triste d'une longue liaison brisée, chef-d'œuvre d'harmonie et de simplicité ; 2° La Chanson du mal-aimé, « broderie poétique » souvent audacieuse, chant de ce héros qui n'est pas nous mais en qui nous nous cherchons ; 3° Les Rhénanes, toutes si belles ; 4° Il y a (dans les Calligrammes) sans doute le plus beau poème d'amour et de guerre. Conclusion Apollinaire est de ces poètes que l'on aurait aimé rencontrer, dans une époque où l'on aurait aimé vivre.

Ses divers recueils, ouverts au hasard, semblent toujours contenir « le » poème dont on a le plus besoin au moment où on le relit.

Et puis, ce jardin enchanté est une source de musique.

Écoutez : Les souvenirs sont cors de chasse Dont meurt le bruit parmi le vent (1) Le choix d'Apollinaire n'est ici nullement subjectif.

Il nous permet de faire une place à un poète souvent proposé en commentaire de texte mais dont nous n'avons pu retenir, dans ce fascicule, aucune page comme nous l'avions fait les années précédentes.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles