Devoir de Philosophie

PEINTURE: Jean Goujon (v. 1510-v. 1564/1569)

Extrait du document

Jean Goujon est l'un des plus grands sculpteurs de la Renaissance française. Il fut architecte du roi Henri II et contribua à la décoration du Louvre. Son chef-d'oeuvre est la fontaine des Innocents dont il sculpta les bas-reliefs. Son art, tout de grâce et de souplesse, s'inspire directement de la sculpture antique. Au service du roi Henri II. On ne sait pas grand chose de la jeunesse de Jean Goujon, sinon qu'il est vraisemblablement d'origine normande. Nous ignorons quelle fut sa formation, mais sa connaissance de l'Antiquité et de la Renaissance italienne laissent penser qu'il effectua un voyage en Italie. Il débute à Rouen où il sculpte la tribune des orgues de Saint-Maclou. Vers 1544, il collabore avec Pierre Lescot : jubé de Saint-Germain l'Auxerrois, hôtel de Ligneris (musée Carnavalet). Il entre alors au service du duc de Montmorency et décore le château d'Ecouen. En 1547, Henri II le nomme architecte du roi. Il prépare l'entrée solennelle du roi à Paris, qui aura lieu deux ans plus tard. Il conçoit des décors temporaires et sculpte les célèbres nymphes de la fontaine des Innocents.

« Jean Goujon (v.

1510-v.

1564/1569) Jean Goujon est l'un des plus grands sculpteurs de la Renaissance française.

Il fut architecte du roi Henri II et contribua à la décoration du Louvre.

Son chef-d'oeuvre est la fontaine des Innocents dont il sculpta les bas-reliefs. Son art, tout de grâce et de souplesse, s'inspire directement de la sculpture antique. Au service du roi Henri II. On ne sait pas grand chose de la jeunesse de Jean Goujon, sinon qu'il est vraisemblablement d'origine normande. Nous ignorons quelle fut sa formation, mais sa connaissance de l'Antiquité et de la Renaissance italienne laissent penser qu'il effectua un voyage en Italie.

Il débute à Rouen où il sculpte la tribune des orgues de Saint-Maclou.

Vers 1544, il collabore avec Pierre Lescot : jubé de Saint-Germain l'Auxerrois, hôtel de Ligneris (musée Carnavalet).

Il entre alors au service du duc de Montmorency et décore le château d'Ecouen.

En 1547, Henri II le nomme architecte du roi.

Il prépare l'entrée solennelle du roi à Paris, qui aura lieu deux ans plus tard.

Il conçoit des décors temporaires et sculpte les célèbres nymphes de la fontaine des Innocents. Les années suivantes, il travaille au Louvre : il réalise les allégories de la Cour Carrée, les cariatides de la tribune des musiciens.

C'est alors que l'on perd sa trace.

On sait seulement qu'il fut payé par le Louvre de 1552 à 1562.

Les guerres de Religion commencent et Goujon, protestant, se réfugie à Bologne où il finit probablement sa vie. Une inspiration antique. Jean Goujon excelle dans la sculpture des bas-reliefs : ses sujets, adaptés à la forme du monument, s'y intègrent parfaitement.

Tout, dans son œuvre, rappelle la statuaire grecque : l'inspiration mythologique, les personnages souples et graciles, pleins de retenue, les effets de draperies mouillées.

La sinuosité et la sensualité des formes s'inscrivent dans l'esthétique maniériste, alors au goût du jour mais la délicatesse de son trait et la pureté de son modelé font de lui un sculpteur original, une figure majeure de la Renaissance française. Témoignage. "Jean Goujon, le plus grand de tous, n'a pas mis les pieds dans le siècle.

Il est huguenot, mais plus pur et doux qu'austère, il erre de la Loire à Fontainebleau, il ne quitte jamais du regard les blés et les eaux qui s'argen-tent sous le passage du vent." Elie Faure, Histoire de l'Art. Repères chronologiques. 1526-1547 : école de Fontainebleau, protégée par François Ier; des artistes italiens introduisent le maniérisme en France - 1547-1559 : règne d'Henri II - 1562-1598 : guerres de Religion.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles