Devoir de Philosophie

Paul Verlaine

Extrait du document

Paul Verlaine Paul Verlaine est né dans les Ardennes, à Metz, en mars 1844, sous le signe de Saturne, ainsi que Baudelaire. Il reconnaîtra un jour avec inquiétude l'influence de la fauve planète ; il finira par s'y abandonner sans révolte. Son enfance fut heureuse, couvée sous l'édredon bourgeois. Au lycée Bonaparte, à Paris, à peine adolescent, il est saisi par une fureur d'aimer "n'importe quand, n'importe quel et n'importe où" ; elle ne devait pas le quitter. Amitié, élan, amour ; homme, femme, l'un ou l'autre ; les uns et les autres. C'est l'amitié pour Lepelletier, Valade, Charles de Sivry, son futur beau-frère. C'est en autres "garçonneries" l'idylle invertie avec le jeune Lucien Viotti. C'est en même temps le besoin de calmer le "remuement de la chose coupable" avec les filles à dix francs. En lui s'alertent aussi ­ et de très bonne heure ­ la vocation de la poésie et la fraternelle reconnaissance des écrivains et des artistes. Il n'est pas encore reçu bachelier qu'il correspond avec des hommes célèbres et fréquente les milieux littéraires (salons de la Marquise de Ricard, de Nina de Callias). Aux vacances, il chasse le lapin dans la propriété d'un de ses oncles ; rejoint sa mère, sa tante Grandjean ou la bonne cousine Elisa Moncomble. Lecluse, Paliseul, Fampoux ou Bouillon, pays des parents chers ; il y reviendra souvent reprendre courage et santé. Il aime ces oasis de la halte et de la tendresse, cette sécurité. Coups de tête ou de coeur l'éloigneront du tuf maternel ; ils ne pourront jamais l'en arracher tout à fait. Captif de son passé, de son coeur, il ne sait oublier ni s'oublier. Le lâcher tout d'un Rimbaud, la nudité d'un Germain Nouveau, il ne peut. Il remâche, se souvient. Fidèle à ce qu'il a vu, connu, possédé. Ainsi pour tout, jusqu'à la fin. Il débute comme employé d'une Compagnie d'Assurances ; devient bureaucrate à l'Hôtel de Ville de Paris (1864). Il en sort après la Commune mais ne cessera, jusqu'en 1882, de demander sa réintégration. Emplois, professorat, contrats qu'il voudrait solides et lucratifs avec les éditeurs, il courra toujours après quelque position stable.

« Paul Verlaine Paul Verlaine est né dans les Ardennes, à Metz, en mars 1844, sous le signe de Saturne, ainsi que Baudelaire.

Il reconnaîtra un jour avec inquiétude l'influence de la fauve planète ; il finira par s'y abandonner sans révolte.

Son enfance fut heureuse, couvée sous l'édredon bourgeois.

Au lycée Bonaparte, à Paris, à peine adolescent, il est saisi par une fureur d'aimer "n'importe quand, n'importe quel et n'importe où" ; elle ne devait pas le quitter.

Amitié, élan, amour ; homme, femme, l'un ou l'autre ; les uns et les autres.

C'est l'amitié pour Lepelletier, Valade, Charles de Sivry, son futur beau-frère.

C'est en autres "garçonneries" l'idylle invertie avec le jeune Lucien Viotti.

C'est en même temps le besoin de calmer le "remuement de la chose coupable" avec les filles à dix francs. En lui s'alertent aussi et de très bonne heure la vocation de la poésie et la fraternelle reconnaissance des écrivains et des artistes.

Il n'est pas encore reçu bachelier qu'il correspond avec des hommes célèbres et fréquente les milieux littéraires (salons de la Marquise de Ricard, de Nina de Callias).

Aux vacances, il chasse le lapin dans la propriété d'un de ses oncles ; rejoint sa mère, sa tante Grandjean ou la bonne cousine Elisa Moncomble.

Lecluse, Paliseul, Fampoux ou Bouillon, pays des parents chers ; il y reviendra souvent reprendre courage et santé.

Il aime ces oasis de la halte et de la tendresse, cette sécurité.

Coups de tête ou de coeur l'éloigneront du tuf maternel ; ils ne pourront jamais l'en arracher tout à fait.

Captif de son passé, de son coeur, il ne sait oublier ni s'oublier.

Le lâcher tout d'un Rimbaud, la nudité d'un Germain Nouveau, il ne peut.

Il remâche, se souvient.

Fidèle à ce qu'il a vu, connu, possédé.

Ainsi pour tout, jusqu'à la fin.

Il débute comme employé d'une Compagnie d'Assurances ; devient bureaucrate à l'Hôtel de Ville de Paris (1864).

Il en sort après la Commune mais ne cessera, jusqu'en 1882, de demander sa réintégration.

Emplois, professorat, contrats qu'il voudrait solides et lucratifs avec les éditeurs, il courra toujours après quelque position stable. Et certes non moins fort que le besoin de bien-être et de sécurité, de sagesse et d'enracinement, il y a en lui le démon de la bougeotte, l'impérieux appel des quais et des gares, les fatalités de l'âme et du corps en aventure.

Mais il faut les autres pour qu'il soit entraîné.

Lui, rien de l'aigle ; toujours dessous et pris.

Ses colères brutales et parfois ignominieuses (il sera incarcéré en 1885, sous l'inculpation d'avoir tenté d'étrangler sa mère) se déchaînent dans d'énormes soûleries où, très jeune, il s'adonnera.

Mauvais garçon sans doute, mais la malignité du sort, il faut bien le reconnaître, lui réserva d'illustres compagnons, d'exceptionnelles complicités : Rimbaud, Villiers de L'Isle-Adam, Nouveau.

Sans l'irruption de Rimbaud, la rue Nicolet, où il habita après son mariage avec Mathilde Mauté (août 1870) l'aurait peut-être retenu.

Le pied à peine sur le sol anglais, le voilà à regretter sa femme ("C'est moi le quitté !"), à réclamer les biens dont il ne peut se passer : deux habits noirs, un chapeau rond, des livres luxueusement reliés, des toiles : un Courbet, un Monticelli, un Bazile, une douzaine de dessins japonais, etc.

Voyageur sans bagages, vagabond, nu ? Point du tout.

Toujours le coeur gros d'être fidèle, et dans l'âme le plomb des souvenirs et des remords. Il abandonne sa femme, mais lui reste profondément, jalousement attaché ; il rêve et parle avec entêtement de réconciliation jusqu'au jour où elle se remarie.

Alors il la poursuit d'adorations, de sarcasmes, de requêtes ; l'oubli ne viendra jamais.

Son fils Georges ? Il fera tout pour le revoir, suivre ses études, le ramener à lui ; astuces, larmes, supplications, avocats.

Rimbaud ? Qu'on songe aux ruptures, aux reprises.

Quand "le plus beau des mauvais anges" prend le parti d'en finir, le coup de revolver de Bruxelles (juillet 1873) n'est encore que l'atroce geste d'aimer et de retenir.

Condamné à deux ans d'internement cellulaire à la prison de Mons (Hainaut), il en sort converti à la foi chrétienne, poursuit Rimbaud en Allemagne.

Discussion et coups.

A l'aube, sur les bords du Neckar, paysans trouvent Verlaine à moitié mort.

L'oubli de l'époux infernal ne vient pas pour autant : une fidélité patiente, lucide, commence à rassembler les oeuvres du poète maudit.

Les autres amours ? Le jeune Lucien Létinois, son élève du collège de Rethel ? Le jeune peintre Cazals ? Même ferveur, même constance.

Après l'entreprise agricole manquée de Coulommes, seule la mort de Létinois les sépare.

Et la sienne, enfin, l'arrache à Cazals.

Il peut s'en aller ; il ne sait quitter.

Il souffre mal, surtout après l'affaire de Bruxelles et la conversion, l'éloignement des siens et des amis, l'accusation de vagabondage, d'homosexualité.

Fier de la qualification "d'honnête homme" que lui donne un juge de paix du 12e arrondissement, il s'efforce de recouvrer l'équilibre, le sérieux, la parfaite dignité.

Il enseigne dans les collèges anglais, puis en France.

Après 1873, son conformisme bourgeois s'était étendu : famille, religion, patrie.

Il rêve de réaliser des économies ; s'y applique, mais reste jusqu'à sa mort "avec la lune dans son tablier".

Dès 1886, voici en effet les pauvres, les presque quotidiennes lettres, écrites de garni en hôpital.

A son éditeur : "O Vannier, un peu de courage à la poche", "Petit mandat, p'tit mandat tout de suite S.

V.

P.", ou à son docteur : "Pour remèdes éventuels, avec un mot de vous, ne puis-je me procurer à la Centrale (pharmacie !) tel salicylate, bromure...

oculairement ?" ou encore : "Broussais : Je suis le n° 22 de la salle Follin." Un crève-coeur. Les dernières années, glorieuses enfin, mais si défaites, titubantes et démunies, il reste englué à ses "belles amies". Philomène Boudin et Eugénie Krantz furent les moins occasionnelles.

Trompé, bafoué, volé par elles (on devine d'abjectes promiscuités, les sordides menaces de gens du milieu), "en ménage" avec Eugénie, il meurt le 8 janvier 1896, rue Descartes à Paris.

Soigné du moins par elle (tardivement, Barrès, avec le concours du beau monde, avait formé un Comité d'Entraide au poète), il agonise toute la nuit qui précède sa mort, au bas du lit, sur le carreau d'où elle n'a pu le soulever. Comme toute vie, sa vie ne fut sans doute que ce qu'elle pouvait être.

Mais parmi ces scandaleuses ou déchirantes vicissitudes, l'honneur restera au poète d'avoir reconnu son destin.

Fort peu goûté et même presque ignoré jusqu'en 1890, Verlaine apparut en effet au XXe siècle comme un de nos grands poètes modernes, à l'égal de Baudelaire ou. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles