Devoir de Philosophie

Molière, Tartuffe, Acte IV, scène 4.

Extrait du document

Molière, Tartuffe, Acte IV, scène 4. Elmire, Orgon. ELMIRE. Approchons cette table, et vous mettez dessous. ORGON. Comment ? ELMIRE. Vous bien cacher est un point nécessaire. ORGON. Pourquoi sous cette table ? ELMIRE. Ah, mon Dieu ! laissez faire : J'ai mon dessein en tête, et vous en jugerez. Mettez-vous là, vous dis-je ; et quand vous y serez, Gardez qu'on ne vous voie et qu'on ne vous entende. ORGON. Je confesse qu'ici ma complaisance est grande ; Mais de votre entreprise il faut vous voir sortir. ELMIRE. Vous n'aurez, que je crois, rien à me repartir. (A son mari qui est sous la table.) Au moins, je vais toucher une étrange matière : Ne vous scandalisez en aucune manière. Quoi que je puisse dire, il doit m'être permis, Et c'est pour vous convaincre, ainsi que j'ai promis. Je vais par des douceurs, puisque j'y suis réduite, Faire poser le masque à cette âme hypocrite, Flatter de son amour les désirs effrontés, Et donner un champ libre à ses témérités. Comme c'est pour vous seul,et pour mieux le confondre, Que mon âme à ses voeux va feindre de répondre, J'aurai lieu de cesser dès que vous vous rendrez, Et les choses n'iront que jusqu'où vous voudrez. C'est à vous d'arrêter son ardeur insensée, Quand vous croirez l'affaire assez avant poussée, D'épargner votre femme, et de ne m'exposer Qu'à ce qu'il vous faudra pour vous désabuser : Ce sont vos intérêts ; vous en serez le maître, Et... L'on vient. Tenez-vous, et gardez de paraître.

Liens utiles