Devoir de Philosophie

Molière, Tartuffe, Acte III, scène 7

Extrait du document

Molière, Tartuffe, Acte III, scène 7 ORGON. Offenser de la sorte une sainte personne ! TARTUFFE. O Ciel, pardonne-lui la douleur qu'il me donne ! (A Orgon.) Si vous pouviez savoir avec quel déplaisir Je vois qu'envers mon frère on tâche à me noircir... ORGON. Hélas ! TARTUFFE. Le seul penser de cette ingratitude Fait souffrir à mon âme un supplice si rude... L'horreur que j'en conçois... J'ai le coeur si serré, Que je ne puis parler, et crois que j'en mourrai. ORGON. (Il court tout en larmes à la porte par où il a chassé son fils.) Coquin ! je me repens que ma main t'ai fait grâce, Et ne t'ait pas d'abord assommé sur la place. Remettez-vous, mon frère, et ne vous fâchez pas. TARTUFFE. Rompons, rompons le cours de ces fâcheux débats. Je regarde céans quels grands troubles j'apporte, Et crois qu'il est besoin, mon frère, que j'en sorte. ORGON. Comment ? vous moquez-vous ? TARTUFFE. On m'y hait, et je voi Qu'on cherche à vous donner des soupçons de ma foi.

Liens utiles