Devoir de Philosophie

Molière, Le Dépit amoureux, acte IV, scène III (1656).

Extrait du document

Molière, Le Dépit amoureux, acte IV, scène III (1656). [Éraste et Lucile s'aiment, mais Éraste croit que Lucile a épousé Valère et lui fait de violents reproches injustifiés. Le malentendu les amène au bord de la rupture.] LUCILE Quand on aime les gens, on les traite autrement; On fait de leur personne un meilleur jugement. ÉRASTE Quand on aime les gens, on peut de jalousie, Sur beaucoup d'apparence, avoir l'âme saisie : Mais alors qu'on les aime, on ne peut en effet Se résoudre à les perdre; et vous, vous l'avez fait. LUCILE La pure jalousie est plus respectueuse. ÉRASTE On voit d'un oeil plus doux une offense amoureuse. LUCILE Non, votre coeur, Éraste, était mal enflammé. ÉRASTE Non, Lucile, jamais vous ne m'avez aimé. LUCILE Eh ! je crois que cela faiblement vous soucie : Peut-être en serait-il beaucoup mieux pour ma vie, Si je... Mais laissons là ces discours superflus : Je ne dis point quels sont mes pensers là-dessus. ÉRASTE Pourquoi ? LUCILE Par la raison que nous rompons ensemble, Et que cela n'est plus de saison, ce me semble. ÉRASTE Nous rompons ? LUCILE Oui, vraiment; quoi ? n'en est-ce pas fait ? ÉRASTE Et vous voyez cela d'un esprit satisfait ? LUCILE Comme vous. ÉRASTE Comme moi ! LUCILE Sans doute. C'est faiblesse De faire voir aux gens que leur perte nous blesse. ÉRASTE Mais, cruelle, c'est vous qui l'avez bien voulu. LUCILE Moi ? point du tout; c'est vous qui l'avez résolu. ÉRASTE Moi ? je vous ai cru là faire un plaisir extrême. LUCILE Point, vous avez voulu vous contenter vous-même. ÉRASTE Mais si mon coeur encor revoulait sa prison ? Si, tout fâché qu'il est, il demandait pardon ?... LUCILE Non, non, n'en faites rien; ma faiblesse est trop grande, J'aurais peur d'accorder trop tôt votre demande. ÉRASTE Ah ! vous ne pouvez pas trop tôt me l'accorder, Ni moi sur cette peur trop tôt le demander : Consentez-y, madame; une flamme si belle, Doit, pour votre intérêt, demeurer immortelle. Je le demande enfin, me l'accorderez-vous, Ce pardon obligeant ? LUCILE Ramenez-moi chez nous.

Liens utiles