Devoir de Philosophie

Marie d'Agoult

Extrait du document

Grande très mince, avec les yeux bleus, les cheveux blonds et un cou flexible, la comtesse d'Agoult, pour oublier un mari qui l'adorait et l'ennuyait, accueillait, vers 1830, dans son salon du quai Malaquais, les écrivains et les artistes de son temps : Lamartine, Vigny, Sainte-Beuve, Eugène Sue. Berlioz écrivait un arrangement de sa Symphonie fantastique pour son piano, sur lequel Chopin jouait ses mazurkas. En 1833, on lui présenta Liszt, déjà célèbre ; elle lui trouva “ l'air distrait, inquiet, et comme d'un fantôme qui va rentrer dans les ténèbres ”. D'emblée, écrira-t-elle “ cet ardent besoin d'aimer éclata en moi avec une force terrible ”. Une force qui emporta tous les obstacles : mari, enfants, principes, situation sociale ; après un an de rencontres secrètes, de luttes, de mensonges, la comtesse d'Agoult, que la famille royale accueillait si volontiers aux Tuileries, bravant le scandale, passe la frontière avec son amant à qui elle donnera, à Genève, une fille, Blandine. George Sand, admirant le courage de celle qu'elle appelle “ la princesse fantastique ”, rejoindra les amants à Chamonix, les invitera à Nohant. Entre le musicien de génie, toujours fidèle à la foi de son enfance, et cette créature qui ne Connaît d'autre dieu que l'Amour, la passion reste violente, dramatique, et bientôt l'amertume infiltre leur âme tourmentée. Des salles en délire, des admiratrices sans pudeur, des élèves trop sensibles attendent le bel Hongrois dans toutes les capitales, toutes les villes d'Europe, et les applaudissements lui sont aussi nécessaires que l'argent de ces concerts qui séparent Liszt de Marie et lui arrachent ce cri poignant : “ Ma vie se consume dans un désir âcre et morne de vous voir, de vous posséder, d'être à vous divinement. ” Mais ce tourmenté est infidèle, et comment Marie ignorerait-elle ses aventures avec Marie Duplessis, la dame aux Camélias, avec Lola Montez ? En 1845, c'est la rupture. Sous le pseudonyme de Daniel Stern, Marie commence courageusement une carrière de femme de lettres. Elle règne sur un salon où ne vont guère que des hommes. Encore belle et courtisée, elle reste fidèle à son seul amour. Son fils Daniel, sa fille Blandine meurent très jeunes, et les beaux yeux qui inspiraient Liszt quand il composait Le roi de Thulé, La Lorelei ne verseront plus que les larmes d'une mère malheureuse.

« Marie d'Agoult 1805-1876 Grande très mince, avec les yeux bleus, les cheveux blonds et un cou flexible, la comtesse d'Agoult, pour oublier un mari qui l'adorait et l'ennuyait, accueillait, vers 1830, dans son salon du quai Malaquais, les écrivains et les artistes de son temps : Lamartine, Vigny, Sainte-Beuve, Eugène Sue.

Berlioz écrivait un arrangement de sa Symphonie fantastique pour son piano, sur lequel Chopin jouait ses mazurkas.

En 1833, on lui présenta Liszt, déjà célèbre ; elle lui trouva “ l'air distrait, inquiet, et comme d'un fantôme qui va rentrer dans les ténèbres ”.

D'emblée, écrira-t-elle “ cet ardent besoin d'aimer éclata en moi avec une force terrible ”.

Une force qui emporta tous les obstacles : mari, enfants, principes, situation sociale ; après un an de rencontres secrètes, de luttes, de mensonges, la comtesse d'Agoult, que la famille royale accueillait si volontiers aux Tuileries, bravant le scandale, passe la frontière avec son amant à qui elle donnera, à Genève, une fille, Blandine.

George Sand, admirant le courage de celle qu'elle appelle “ la princesse fantastique ”, rejoindra les amants à Chamonix, les invitera à Nohant.

Entre le musicien de génie, toujours fidèle à la foi de son enfance, et cette créature qui ne Connaît d'autre dieu que l'Amour, la passion reste violente, dramatique, et bientôt l'amertume infiltre leur âme tourmentée.

Des salles en délire, des admiratrices sans pudeur, des élèves trop sensibles attendent le bel Hongrois dans toutes les capitales, toutes les villes d'Europe, et les applaudissements lui sont aussi nécessaires que l'argent de ces concerts qui séparent Liszt de Marie et lui arrachent ce cri poignant : “ Ma vie se consume dans un désir âcre et morne de vous voir, de vous posséder, d'être à vous divinement.

” Mais ce tourmenté est infidèle, et comment Marie ignorerait-elle ses aventures avec Marie Duplessis, la dame aux Camélias, avec Lola Montez ? En 1845, c'est la rupture.

Sous le pseudonyme de Daniel Stern, Marie commence courageusement une carrière de femme de lettres.

Elle règne sur un salon où ne vont guère que des hommes.

Encore belle et courtisée, elle reste fidèle à son seul amour.

Son fils Daniel, sa fille Blandine meurent très jeunes, et les beaux yeux qui inspiraient Liszt quand il composait Le roi de Thulé, La Lorelei ne verseront plus que les larmes d'une mère malheureuse.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles