Devoir de Philosophie

Léon DIERX (1838-1912) (Recueil : Les lèvres closes) - Les rythmes

Extrait du document

Léon DIERX (1838-1912) (Recueil : Les lèvres closes) - Les rythmes Rythme des robes fascinantes, Qui vont traînantes, Balayant les parfums au vent, Ou qu'au-dessus des jupes blanches Un pas savant Balance et gonfle autour des hanches ! Arbres bercés d'un souffle frais Dans les forêts, Où, ruisselant des palmes lisses, Tombent des pleurs cristallisés Dans les calices Roses encor de longs baisers ! Soupir des mers impérissable, Qui sur le sable, Dans l'écume et dans les flots bleus Pousses l'amas des coquillages ; Flux onduleux Des lourdes lames vers les plages ! Air plaintif d'instruments en choeur Qui prends le coeur, Et, traversant la symphonie, Viens ou pars, sonore ou noyé Dans l'harmonie, Et renais sourd ou déployé ! Hivers, printemps, étés, automnes, Jours monotones, Souvenirs toujours rajeunis ; Mêmes rêves à tire d'ailes, Loin de leurs nids Tourmentés de douleurs fidèles ! Vous m'emplissez de désirs fous, Je bois en vous La soif ardente des mirages, Reflets d'un monde harmonieux ! Et vos images Se mêlent toutes en mes yeux : Rythme lent des robes flottantes, Forêts chantantes, Houles des mers, lointaines voix, Airs obsédants des symphonies, Jours d'autrefois, Ô vous, extases infinies !

Liens utiles