Devoir de Philosophie

Le théâtre peut-il , selon vous, constituer une arme efficace pour dénoncer des probléme sociaux , politique ou idéologique ?

Extrait du document

·        Le drame romantique a pour objet de représenter le passé historique dans sa complexité afin de permettre au spectateur de comprendre le présent. Les dramaturges souhaitent souligner le rôle de l'individu dans la société, d'autant que le drame romantique est caractérisé par le choix qu'il opère de peindre les bouleversements politiques. Les auteurs évitent donc la censure grâce à un procédé ingénieux et proposent un projet plus profond que l'unique bouleversement des codes de la dramaturgie. Ils signalent l'importance d'une époque en mouvements (le romantisme naît dans un moment charnière de l'histoire de France, celui qui sépare l'Empire napoléonien de la Seconde République. Les régimes se succèdent et s'achèvent dans une crise plus ou moins sanglante). Ils symbolisent également le fait que la littérature est en recherche permanente (dominée par la contestation du présent, la littérature romantique se présente comme une recherche de voies nouvelles à explorer). III/ Une « machine infernale » qui impose la Vérité : ·        Dans la Machine Infernale, Cocteau met en scène la vie d'Oedipe au destin tragique. : « Il tuera son père. Il épousera sa mère. ».

« Définition : Le théâtre occidental remonte à la plus haute Antiquité.

De la sorte, il est fondamentalement le miroir réfléchissant d'une société en mutation et des grandes périodes que celle-ci a connu : époque grecque, époque classique, époque du drame et époque contemporaine.

On retient quatre modèles de société correspondant à ces périodes, telles que la démocratie athénienne, la monarchie absolue, la période révolutionnaire, puis la période moderne.

Il en résulte que ces différentes périodes se caractérisent par des dramaturgies, des dispositifs scéniques et des rapports auteurs/spectateurs significatifs, lesquels marquent l'Antiquité, le Classicisme, le drame moderne et le "modernisme". Dans la mesure où le théâtre existe depuis si longtemps, il est légitime d'affirmer qu'il suscite l'intérêt du plus grand nombre. Mais il reste à comprendre quelles en sont les raisons : le théâtre est-il capable de divertir et de dénoncer dans le même temps ? S'il est considéré comme une arme « idéologique » auprès de qui (de quoi) est-il au service? Par quels moyens le texte et la mise en scène d'une œuvre dramatique parviennent-ils à révéler des problèmes sociaux ou politiques? I/ La place de « la critique » au cœur du spectacle : · · Le théâtre comprend différents types de pièces (comédie, drame, tragédie, tragi-comédie).

Son idéal est de représenter, c'est-àdire étymologiquement de « rendre présent ».

La mise en scène, l'exhibition des acteurs, l'ensemble des éléments capables de faire vivre cette représentation du monde réel (cf.

mimésis : « imitation » en grec, théorie élaborée par Aristote) sont au cœur du spectacle, mais pas uniquement.

Certes, sa fonction principale est de divertir, c'est la raison pour laquelle ce sont souvent les grandes émotions humaines qui y sont représentées (tels que les drames de la destinée, les conflits du pouvoir, les mythes fondamentaux de la condition humaine, le procès éternel des mystifications sociales…).

Mais, le théâtre a également pour objet de critiquer, d'instruire et d'édifier, car l'on peut en tirer certaines « leçons ».

En effet, il ne cesse de donner à l'homme à méditer sur les multiples dimensions de son destin.

De la sorte, Molière va marquer au fer rouge le siècle classique de nombreuses critiques virulentes à travers l'ensemble de ses pièces (L'Avare, L'école des femmes, Le misanthrope ou encore le Malade imaginaire…) La mise en scène du ridicule est très souvent déguisée par le rire, un ressort de la comédie qui lui assurera un véritable succès (selon cet adage castigat ridendo mores notons que la comédie corrige les mœurs par le rire).

L'intention du dramaturge réside tout autant dans sa volonté de divertir que de dénoncer les abus et le ridicule de cette société de faux-semblants. Mais jusqu'au XVII e siècle la comédie est un genre risqué, car déprécié dans la Poétique d'Aristote.

Elle peint une image du monde sans valeur et dénigre l'espèce humaine.

Qui plus est, oeuvre de la pensée grecque, elle demeure le double négatif de la tragédie, résultant de procédés traditionnels comiques et sans finesse.

Malgré cela les poètes latins vont lui offrir une nouvelle voie. Avec Horace (castigat ridendo mores) la comédie doit certes faire rire mais elle doit surtout se conformer le plus possible au réel, et d'après Térence, elle doit délivrer des intentions moralisatrices évidentes, afin de dénoncer des problèmes idéologiques. II/ Une arme « idéologique » au service de la défense et de la critique de la société : · Tous les genres littéraires sont exploités au théâtre, c'est la raison pour laquelle c'est une arme efficace, capable de dénoncer les abus d'une société en perte de repères (critique des travers psychologiques comme l'avarice, l'entêtement, l'orgueil; et des comportements sociaux : préciosité, hypocrisie, refus de la loi).

Afin de critiquer « tout en douceur » ou avec plus d'agressivité certaines de ces dérives, le théâtre a recourt aux moyens de la satire, de la caricature ou de la parodie.

La satire fait rire parce qu'elle fustige une anormalité, un écart par rapport à un idéal ou à un bon sens.

Par le rire elle tend à susciter une prise de conscience.

De ce fait, elle peut se révéler une arme redoutable dans la critique des institutions et de la société.

Notons que le théâtre est un genre appartenant à l'apologue.

Un type de narration à visée morale, didactique et philosophique.

Dans ses Lettres persanes (1721) par exemple, Montesquieu imagine que deux Persans, Usbeck et Rica, visitent la France.

Étrangers à nos mœurs, à notre système politique et à notre civilisation, ils portent un regard étonné, naïf, sur les français et leur régime politique.

Leur naïveté fait sourire.

Elle leur permet d'énoncer des vérités premières et dérangeantes. · Le drame romantique a pour objet de représenter le passé historique dans sa complexité afin de permettre au spectateur de comprendre le présent.

Les dramaturges souhaitent souligner le rôle de l'individu dans la société, d'autant que le drame romantique est caractérisé par le choix qu'il opère de peindre les bouleversements politiques.

Les auteurs évitent donc la censure grâce à un procédé ingénieux et proposent un projet plus profond que l'unique bouleversement des codes de la dramaturgie.

Ils signalent l'importance d'une époque en mouvements (le romantisme naît dans un moment charnière de l'histoire de France, celui qui sépare l'Empire napoléonien de la Seconde République.

Les régimes se succèdent et s'achèvent dans une crise plus ou moins sanglante). Ils symbolisent également le fait que la littérature est en recherche permanente (dominée par la contestation du présent, la littérature romantique se présente comme une recherche de voies nouvelles à explorer). III/ Une « machine infernale » qui impose la Vérité : · · Dans la Machine Infernale, Cocteau met en scène la vie d'Œdipe au destin tragique.

: « Il tuera son père.

Il épousera sa mère. ».

Cette fatalité est annoncée dès le début de la représentation par une voix : « La voix ».

Le spectacle de la machine infernale, c'est le déroulement mécanique et inévitable (cela malgré les efforts que les personnages, pauvres ou mortels, déploient pour éviter le piège) d'une vie, depuis le départ programmée pour être brisée.

Comme l'évoque le titre, la vie est une machine infernale, et le théâtre est ici représentation de la vie.

En résumer, le théâtre est bien plus qu'une arme au service de la société.

Il est sans conteste capable de dénoncer ses méfaits et ses abus, mais il nous fait également « toucher des yeux » la fatalité de notre propre existence. Grâce à la fiction, le théâtre diverti, dénonce et énonce des vérités qui nous affectent.

Il nous rappelle sans ménagement que le destin est cruel et que la vie est fragile.

En ce sens il est donc « donneur de leçons » de philosophie ou de morale.

Depuis l'origine, le théâtre a pour fonction de créer un lien tangible avec la réalité.

Mais il apparaît que sa fonction moralisatrice est renforcée au XXe siècle (sans oublier que la catharsis, est un concept imaginé pour la première fois dans la Poétique d'Aristote).

Prenons l'exemple du théâtre de l'absurde et de tous ces nouveaux genres théâtraux en marche vers la modernité (Artaud, Le théâtre et son double ; Ionesco, Rhinocéros ou La Cantatrice chauve ; Becket, En attendant Godot ou Fin de partie).

Il semble qu'ils aient pour vocation principale de nous enseigner une conception particulière de la vie.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles