Devoir de Philosophie

Le poète doit-il intervenir dans le débat politique ? Vous rédigez un texte manifeste répondant clairement à cette question. Oui, il doit intervenir ou non, ce n'est pas là son rôle. Votre texte sera une lettre ouverte s'adressant à ceux qui défendent la thèse contraire à celle que vous avez choisi de soutenir ?

Extrait du document

Il est un poète charnière et incontournable.   La poésie moderne Dès lors le but est non plus le contenu mais la forme (« Trouver une langue »). Le poète se détourne alors du politique pour ne voir que son art et même au-delà. Pensons ici aussi à l'hermétisme volontaire de la poésie de Mallarmé.   Surréalistes Ce courant se détourne du politique dans sa poésie et perd même le lien avec le réel en privilégiant les jeux de mots. Le poète semble alors dans un autre monde, coupé du réel.       III.             Vouloir ne pas prendre parti, c'est déjà prendre parti   Transformer le réel Une des fonctions de la poésie consiste à transformer le réel. Donc cette tendance à l'hermétisme a bel et bien un but politique. La poésie accuse la condition humaine, dénonce le chaos du monde.

« - A première vue, rien ne laisse présager un rapport possible entre poésie et politique si ce n'est une certaine aisance dans le verbe. Et pourtant, le poète doit-il intervenir dans le débat politique ? I. Poésie et politique sont liées 1. Poésie de circonstance Pour Goethe, « toute poème est une poème de circonstance » ; sachant qu'à une certaine époque, les poètes avaient des protecteurs et que leur rôle principal était de mettre en forme les exploits et les faits des hommes de pouvoir. Poésie et politique étaient donc forcément liées. 2. Poésie engagée Elle peut avoir comme sujet la religion, la guerre, ou un engagement social et politique (Hugo, d'Aubigné, Char, Eluard). Ce type de poésie est de toutes les époques. 3. Le rôle du poète dans la société A partir du 18 e - 19 e le poète se trouve un vrai rôle dans la société : il est un intermédiaire entre l'inspiration et le peuple (Hugo). Puis il trouve l'inspiration dans les maux de la société dont il se fait le chantre. II. L'art pour l'art 1. Baudelaire Il est l'intermédiaire entre la poésie traditionnelle et la poésie moderne qui va naître ensuite. Il dénonce à la fois les problèmes de la société en se focalisant sur les personnes en marge ; et parallèlement il sublime la laideur en privilégiant les formes. Il est un poète charnière et incontournable. 2. La poésie moderne Dès lors le but est non plus le contenu mais la forme (« Trouver une langue »). Le poète se détourne alors du politique pour ne voir que son art et même au-delà. Pensons ici aussi à l'hermétisme volontaire de la poésie de Mallarmé. 3. Surréalistes Ce courant se détourne du politique dans sa poésie et perd même le lien avec le réel en privilégiant les jeux de mots. Le poète semble alors dans un autre monde, coupé du réel. III. Vouloir ne pas prendre parti, c'est déjà prendre parti 1. Transformer le réel Une des fonctions de la poésie consiste à transformer le réel. Donc cette tendance à l'hermétisme a bel et bien un but politique. La poésie accuse la condition humaine, dénonce le chaos du monde. Il y a une volonté de recréer, de conquérir la vraie vie par l'écriture. (Apollinaire, « démarche de distillation du réel »). 2. Le cas des surréalistes Pensons à l'engagement politique de ses auteurs (Breton, Eluard…) ; dans ce cas, il semble que la volonté de donner la priorité aux formes c'est volontairement tourner le dos au réel et donc de prendre déjà parti. 3. Ponge Son recueil Le Parti pris des choses résume à lui seul sa position. Il s'agit pour lui de prendre le parti des choses contre les hommes. Ses poèmes consistent à changer notre regard sur des objets banals qu'il sublime par sa verve. Mais sa démarche est en elle-même politique. Conclusion : Ainsi, même dans une démarche de repli sur elle-même, la poésie agit en lien avec la politique, soit en accord avec elle, soit en réaction contre elle. Le poète est un amoureux du monde, il aime le donner à voir différemment au lecteur : il ne peut donc décemment pas rester indifférent aux évènement, évolutions et débats politiques. Au contraire, il a le devoir de réagir en fonction d'elle avec ses propres armes : les mots. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles