Devoir de Philosophie

Joël Egloff, L'Étourdissement - Quand le vent vient de l'ouest, ça sent plutôt...

Extrait du document

Joël Egloff, L'Étourdissement - Quand le vent vient de l'ouest, ça sent plutôt... Quand le vent vient de l'ouest, ça sent plutôt l'oeuf pourri. Quand c'est de l'est qu'il souffle, il y a comme une odeur de soufre qui nous prend à la gorge. Quand il vient du nord, ce sont des fumées noires qui nous arrivent droit dessus. Et quand c'est le vent du sud qui se lève, qu'on n'a pas souvent, heureusement, ça sent vraiment la merde, y a pas d'autre mot. Nous, au milieu de tout ça, ça fait bien longtemps qu'on n'y fait plus attention. C'est qu'une question d'habitude finalement. On se fait à tout. Pour le climat, non plus, on n'est pas vernis. Aussi loin que je me souvienne, il a toujours fait aussi chaud par ici, il a toujours fait aussi sombre. J'ai beau chercher dans ma mémoire, j'ai beau me creuser la cervelle, j'ai pas le souvenir d'un peu de fraîcheur. J'ai pas le souvenir d'une éclaircie, non plus, pas le souvenir d'une trouée dans cette chape grise qui nous tombe même dessus certains jours et nous laisse dans le brouillard du matin au soir et plusieurs jours d'affilée parfois, et des semaines entières si le vent ne se lève pas. Forcément, c'est pas sain comme environnement. Les enfants sont pâlots, les vieillards sont pas bien vieux. On fait d'ailleurs pas toujours la différence entre les deux. Moi en tout cas, je finirai pas ma vie ici, c'est sûr. Un jour, j'irai voir ailleurs, même si on dit que c'est partout pareil, même si on dit qu'il ya des endroits où c'est encore pire. J'ai beau faire des efforts d'imagination, j'ai du mal à y croire, à ça.

Liens utiles