Devoir de Philosophie

Jean de La Bruyère : «Du Souverain» (Les Caractères, fragment XXIX, 1688)

Extrait du document

Jean de La Bruyère : «Du Souverain» (Les Caractères, fragment XXIX, 1688) Quand vous voyez quelquefois un nombreux troupeau qui, répandu sur une colline vers le déclin d'un beau jour, paît1 tranquillement le thym et le serpolet, ou qui broute dans une prairie une herbe menue et tendre qui a échappé à la faux du moissonneur, le berger, soigneux et attentif, est debout auprès de ses brebis; il ne les perd pas de vue, il les suit, il les conduit, il les change de pâturage; si elles se dispersent, il les rassemble; si un loup avide paraît, il lâche son chien, qui le met en fuite; il les nourrit, il les défend; l'aurore le trouve déjà en pleine campagne, d'où il ne se retire qu'avec le soleil : quels soins ! quelle vigilance ! quelle servitude ! Quelle condition vous paraît la plus délicieuse et la plus libre, ou du berger ou des brebis ? Le troupeau est-il fait pour le berger, ou le berger pour le troupeau ? Image naïve des peuples et du Prince qui les gouverne, s'il est bon Prince. Le faste et le luxe dans un souverain, c'est le berger habillé d'or et de pierreries, la houlette2 d'or entre ses mains; son chien a un collier d'or, il est attaché avec une laisse d'or et de soie : que sert3 tant d'or à son troupeau ou contre les loups ? 1. du verbe paître : manger. 2. bâton de berger. 3. A quoi sert.

Liens utiles