Devoir de Philosophie

Gustave Flaubert, Mémoires d'un fou

Extrait du document

Gustave Flaubert, Mémoires d'un fou Ils me regardèrent ainsi longtemps, puis ils s'écartèrent, et je vis que tous avaient un côté du visage sans peau et qui saignait lentement. Ils soulevèrent tous mes vêtements, et tous avaient du sang; ils se mirent à manger, et le pain qu'ils rompirent laissait échapper du sang qui tombait goutte à goutte; et ils se mirent à rire comme le râle d'un mourant. Puis, quand ils n'y furent plus, tout ce qu'ils avaient touché, les lambris, l'escalier, le plancher, tout cela était rougi par eux. J'avais un goût d'amertume dans le cœur, il me sembla que j'avais mangé de la chair, et j'entendis un cri prolongé, vague, aigu, et les fenêtres et les portes s'ouvrirent lentement, et le vent les faisait battre et crier, comme une chanson bizarre dont chaque sifflement me déchirait la poitrine avec un stylet. Ailleurs, – c'était dans une campagne verte et émaillée de fleurs, le long d'un fleuve; – j'étais avec ma mère qui marchait du côté de la rive, elle tomba. Je vis l'eau écumer, des cercles s'agrandir et disparaître tout à coup; l'eau reprit son cours, et puis je n'entendis plus que le bruit de l'eau qui passait entre les joncs et faisait ployer les roseaux. Tout à coup, ma mère m'appela : Au secours!... au secours! ô mon pauvre enfant, au secours! à moi! Je me penchai à plat ventre sur l'herbe pour regarder, je ne vis rien; les cris continuèrent. Une force invincible m'attachait sur la terre, et j'entendais les cris : je me noye! je me noye! à mon secours! L'eau coulait, coulait limpide, et cette voix que j'entendais du fond du fleuve m'abîmait de désespoir et de rage...

Liens utiles