Devoir de Philosophie

Faire un éloge paradoxal sur la paresse.

Extrait du document

Voltaire : « j'aime le luxe et la mollesse ». • On laisse tout faire aux autres : en mettant dix minutes à se lever lorsque notre mère nous appelle pour mettre le couvert, en arrivant finalement le couvert a déjà été mis par exemple. Devant notre peu d'envie de faire les choses, les autres les font à notre place. ... À vous de développer ces arguments et s'il le faut, d'en trouver d'autres.       Exemple de début rédigé, afin de vous montrer comment faire :   Quelle bonne chose que la paresse ! Rien n'est plus agréable et meilleur pour la santé qu'être paresseux ! Pourquoi agir ? Pourquoi toujours s'encombrer notre pauvre petite tête de problèmes et surtout de tâches à accomplir alors que l'on est si bien à ne rien faire, à se reposer, à se laisser aller ? Etre paresseux, c'est vivre. On oublie les soucis et ses devoirs. On ne pense qu'à soi. À quoi bon le matin se lever, quand notre lit douillet nous garde tranquillement ! Le réveil sonne, il nous dérange : il vaut mieux l'éteindre et se rendormir.

« Faire un éloge paradoxal sur la paresse. Il s'agit donc de vanter un défaut. Voici quelques avantages que vous pourriez vanter : • En étant paresseux, on ne fait pas grand-chose => donc, on ne se fatigue pas (pas de courbature, pas de fatigue, pas de crampes, pas d'ampoules au pied…). • Chaque personne connaît l'envie de ne rien faire, de se laisser aller.

Cf.

Michaux « L'âme adore nager ».

On pense à soi (on arrête de penser aux autres), on réfléchit sur sa vie… • On prend le temps de vivre : pas de stress, etc.

On se fait bronzer, on profite de la vie tout en douceur (> pas d'infarctus...

!) … • Plaisir de se reposer, d'être inactif.

Cf.

Voltaire : « j'aime le luxe et la mollesse ». • On laisse tout faire aux autres : en mettant dix minutes à se lever lorsque notre mère nous appelle pour mettre le couvert, en arrivant finalement le couvert a déjà été mis par exemple.

Devant notre peu d'envie de faire les choses, les autres les font à notre place. … À vous de développer ces arguments et s'il le faut, d'en trouver d'autres. Exemple de début rédigé, afin de vous montrer comment faire : Quelle bonne chose que la paresse ! Rien n'est plus agréable et meilleur pour la santé qu'être paresseux ! Pourquoi agir ? Pourquoi toujours s'encombrer notre pauvre petite tête de problèmes et surtout de tâches à accomplir alors que l'on est si bien à ne rien faire, à se reposer, à se laisser aller ? Etre paresseux, c'est vivre.

On oublie les soucis et ses devoirs.

On ne pense qu'à soi.

À quoi bon le matin se lever, quand notre lit douillet nous garde tranquillement ! Le réveil sonne, il nous dérange : il vaut mieux l'éteindre et se rendormir.

Si jamais on se lève, on risque de nombreux tracas : on peut se tordre la cheville (et donc, on aura mal, on devra aller chez le médecin puis chez le kinésithérapeute, ce qui creusera encore le trou de la Sécurité sociale), on peut aussi se fatiguer davantage (car nous avons tous encore envie de dormir le matin).

En restant tranquillement chez soi, au fond de son lit, ou à la rigueur dans le canapé, on ne risque rien.

Pas d'ampoules aux pieds, pas de rhume, pas de soucis.

On ne pense qu'à soi, on réfléchit, on lit, on regarde la télévision.

D'ailleurs Voltaire disait aussi : « j'aime le luxe et la mollesse », et il était un homme de grand esprit ! À vous de continuer votre éloge de la paresse ! Bon courage.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles