Devoir de Philosophie

ÉCOLE PROTESTANTE

Publié le 06/03/2022

Extrait du document

sien devenu Genevois. Installé à Paris dès sa jeunesse comme banquier, ambassadeur, contrôleur général, tenant par sa femme le-principal salon ~de la fin de la monarchie, Jacques Necker resta en France ' jusqu’à la soixantaine.. Et- pourtant il peut passer pour le premier en date des' écrivains proprement genevois,, avec les qualités- et-les défauts que comportent toutes les branches de cette famille littéraire : Considérations à la manière de sa fille (Essai sur l' Importance des Opinions religieuses) ; prêche de pasteur qui a appris le beau style dans Thomas (Cours deMorale religieuse); humour un peu laborieux, mais agréable et fin comme celui de Topffer et 'de Petit-Senn (Le Bonheur des Sols). Il est enfin l'homme dont-le Suisse Meister a dit que « dans les premières années de son séjour à Paris, il lui était arrivé-qent fois de rester plus d'un quart d'heure dans son fiacre avant de parvenir-à se décider sur la maison où'il devait se faire conduire d'abord » et qui a écrit des centaines de pages intimes -parfaitement amiéliennes.-Nous ne parions pas de ses écrits de finance, d'administration et de politique : ils sont d'un patricien qui veut faire les affaires de l'Etat français, comme il-a fait les affaires de sa banque, et comme il ferait, s'il y était-resté, les affaires de sa petite république. Il manqua toujours aux Necker et à leur descendance de bien connaître les Français. , C'est le second des-citoyens de Genève qui aient' eu sur la ' France une immense influence. Des historiens ont fait de son ministère la cause principale de 'la chute de la monarchie. Laissons cela. Seuls les quinze volumes de ses Œuvres nous importent. Et surtout sa place de fondateur et de chef d'une grande famille littéraire' qui, par les Broglie et.les d'Haussonville, a duré jusqu'au xxe siècle. SUZANNE NECKER. Si nous avons quinze volumes d'œuvres diverses de Necker, nous avons six volumes de Mélanges de sa femme, Suzanne Curchod. Fille de pasteur, sans autre fortune que la fraîcheur de sa beauté et de sa conversation, portant avec une grâce sérieuse ce qu'on appelait un esprit élevé, reine du pays de Vaud, elle avait, comme une bergère un roi, épousé le banquier genevois. La chanson rustique de noces qui avertit la jeune.

« C' É·COLE PROTESTANTE LA RENTRÉE LIT'I'.ÊRAIRE DES ..

PROTESTANTS. . . La persécution officiellé contre les réformés µ'ayànt éessé, en somme, qu'à la fin du règne de Louis· XVI, la première génération de protestants qui ait pu respirer librèment l'air français est celle de Guizot, qui a_,.

deux ans en 1-789� Encore, à six ans, eut-.il l'occasion de·regre�ter les troupes du roi·ql!i logeaient des balles dans les jupes de sa grand-mère aux.

assemblées du· Désert; p_uisque la Révolution guillotina· son père, confisqua ses biens, .et que sa mère dût l'emmener à Genève, où il fut élevé.

Guizot fera d,pnc· à peine exception· ,si nous disons que, Roùsseau restant à pàrt, la r�ntrée qu protestantisme dans la vie spirituelle française, \a révocation littéraire de la révocation de l:éç.it de Nantes, commencent en Suisse.

romande; sont le fait de Genève et de Vaud,_ de la bande de· cu\ture protestante qui s'était conservée le long du Jura entre la France gallicane et }q Savoie ultràmontaine. "' Lyon, .Suisse.

romande et Savoie forment· par ·ailleur$ une gi:ande région littéraire : culture provinciale et étrangère sous­ traite en partie à l'influence de Paris - patri�ienne, mais, non.

parlementaire - et, malgré Ferney, conservàtrice _de cet esprit et de ces formes religieuses que Paris, l'Académie, la culture encyclopédiste et la langue analytique.

avaient à la e siècle momentanément.

déclass.ées. fin.

du xvm , - L_!,:S NE_f:KER: JACQUES NECKEJl. A cette époque, en Suissè romande, une grande famille _devient célèbre, celle des Necker.

Necker était fils d'un Prus-. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles