Devoir de Philosophie

Corneille, Le Cid, Acte III, scène 4.

Extrait du document

Corneille, Le Cid, Acte III, scène 4. CHIMÈNE Malgré des feux si beaux qui troublent ma colère, Je ferai mon possible à bien venger mon père ; Mais, malgré la rigueur d'un si cruel devoir, Mon unique souhait est de ne rien pouvoir. DON RODRIGUE Ô miracle d'amour ! CHIMÈNE Ô comble de misère ! DON RODRIGUE Que de maux et de pleurs nous coûteront nos pères ! CHIMÈNE Rodrigue, qui l'eût cru ? DON RODRIGUE Chimène, qui l'eût dit ? CHIMÈNE Que notre heur fût si proche, et sitôt se perdît ? RODRIGUE Et que si près du port, contre toute apparence Un orage si prompt brisât notre espérance ? CHIMÈNE Ah ! mortelles douleurs ! DON RODRIGUE Ah ! regrets superflus ! CHIMÈNE Va-t'en, encore un coup, je ne t'écoute plus. DON RODRIGUE Adieu ; je vais traîner une mourante vie, Tant que par ta poursuite elle me soit ravie. CHIMÈNE Si j'en obtiens l'effet, je t'engage ma foi De ne respirer pas un moment après toi. Adieu ; sors, et surtout garde bien qu'on te voie. Elvire Madame, quelques maux que le ciel nous envoie... Chimène Ne m'importune plus, laisse-moi soupirer. Je cherche le silence et la nuit pour pleurer.

« Corneille, Le Cid, acte III, scène 4. CHIMÈNE Malgré des feux si beaux qui troublent ma colère, Je ferai mon possible à bien venger mon père ; Mais, malgré la rigueur d'un si cruel devoir, Mon unique souhait est de ne rien pouvoir. DON RODRIGUE Ô miracle d'amour ! CHIMÈNE Ô comble de misère ! DON RODRIGUE Que de maux et de pleurs nous coûteront nos pères ! CHIMÈNE Rodrigue, qui l'eût cru ? DON RODRIGUE Chimène, qui l'eût dit ? CHIMÈNE Que notre heur fût si proche, et sitôt se perdît ? DON RODRIGUE Et que si près du port, contre toute apparence Un orage si prompt brisât notre espérance ? CHIMÈNE Ah ! mortelles douleurs ! DON RODRIGUE Ah ! regrets superflus ! CHIMÈNE Va-t'en, encore un coup, je ne t'écoute plus. DON RODRIGUE Adieu ; je vais traîner une mourante vie, Tant que par ta poursuite elle me soit ravie. CHIMÈNE Si j'en obtiens l'effet, je t'engage ma foi De ne respirer pas un moment après toi. Adieu ; sors, et surtout garde bien qu'on te voie. ELVIRE Madame, quelques maux que le ciel nous envoie... CHIMÈNE Ne m'importune plus, laisse-moi soupirer. Je cherche le silence et la nuit pour pleurer.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles