Devoir de Philosophie

Comment expliquer la séduction des récits fantastiques ?

Extrait du document

  2)      Des personnages fascinants   Les récits fantastiques sont souvent fondés autour de personnages surnaturels inquiétants mais fascinants par leurs attributs extraordinaires. Ces récits mettent en scène des monstres ou des créatures artificielles créés par l'homme, ainsi que des hommes aux capacités et à l'intelligence extraordinaires.             Ex : Frankenstein de Marie Schelley et ses deux héros fascinants : le savant Frankenstein et le monstre qu'il a créé. Les personnages de vampires   3)      Une intrigue ménageant un suspense intense   L'intrigue fantastique ménage un doute et une hésitation permanents. Cf. Définition de Jean Bellemin-Noël dans l' Histoire littéraire de France : Le fantastique vit d'ambiguïté. [...]En lui, le réel et l'imaginaire doivent se rencontrer, voire se contaminer ; de plus, contrairement à tant d'autres fictions, il n'exige à ses mystères aucun éclaircissement, même s'il refuse toute solution rationnelle ou technique. à le récit fantastique ménage donc un mystère permanent, non forcément résolu au dénouement. Ex : Prosper Mérimée qui laisse toujours peser le doute et quoiqu'il éclaire les manifestations surnaturelles de ses récits avec objectivité, aucune affirmation ne peut jamais être faite.

« Analyse du sujet et problématisation : Le sujet interroge la puissance de séduction de la littérature fantastique.

Le terme « récit » implique que l'on s'intéresse aux nouvelles, aux contes et aux romans fantastiques. Le fantastique est un genre littéraire fondé sur la fiction, racontant l'intrusion du surnaturel dans un cadre réaliste, autrement dit l'apparition de faits inexpliqués et théoriquement inexplicables dans un contexte connu du lecteur. La fantastique laisse le lecteur dans une perpétuelle hésitation : doit-il reconnaître l'évidence du phénomène surnaturel ou se conforter dans son rationalisme? Le fantastique est très souvent lié à une atmosphère particulière, une sorte de crispation due à la rencontre de l'impossible.

La peur est souvent présente, que ce soit chez le héros ou dans une volonté de l'auteur de provoquer l'angoisse chez le lecteur ; néanmoins ce n'est pas une condition sine qua non du fantastique. L'idée de séduction concernant le récit fantastique semble donc paradoxale : elle implique que l'inexplicable et l'inexpliqué, voir l'angoissant puisse plaire, charmer voire fasciner. Problématique : En quoi les récits fantastiques peuvent-ils obtenir les faveurs des lecteurs ? Quels sont les intérêts des récits fantastiques ? I) Le récit fantastique : une évasion fascinante 1) Une évasion dans un monde inconnu Les fictions fantastiques permettent au lecteur de s'évader de son quotidien réel pour pénétrer dans un monde inconnu.

Ce monde imaginaire a souvent un caractère cauchemardesque mais c'est ce caractère même qui est un atout de séduction , ressentir de la « fausse » peur étant un plaisir partagé par de nombreux lecteurs.

Le récit fantastique peut se révéler une sorte de refuge, de recours contre dures réalités du monde et en effet son apparition correspond aux débuts de la société industrielle, et donc au moment où le règne de la raison s'impose à tous grâce aux progrès immenses de la science. Ex : Le roman gothique (« préhistoire » du fantastique) : cf.

les œuvres d'Ann Radcliffe ou Le Moine de Lewis.

à goût pour les apparitions horrifiantes, les ambiance inquiétantes et les décors sombres. 2) Des personnages fascinants Les récits fantastiques sont souvent fondés autour de personnages surnaturels inquiétants mais fascinants par leurs attributs extraordinaires.

Ces récits mettent en scène des monstres ou des créatures artificielles créés par l'homme, ainsi que des hommes aux capacités et à l'intelligence extraordinaires. Ex : Frankenstein de Marie Schelley et ses deux héros fascinants : le savant Frankenstein et le monstre qu'il a créé. Les personnages de vampires 3) Une intrigue ménageant un suspense intense L'intrigue fantastique ménage un doute et une hésitation permanents.

Cf.

Définition de Jean Bellemin-Noël dans l' Histoire littéraire de France : Le fantastique vit d'ambiguïté.

[...]En lui, le réel et l'imaginaire doivent se rencontrer, voire se contaminer ; de plus, contrairement à tant d'autres fictions, il n'exige à ses mystères aucun éclaircissement, même s'il refuse toute solution rationnelle ou technique. à le récit fantastique ménage donc un mystère permanent, non forcément résolu au dénouement. Ex : Prosper Mérimée qui laisse toujours peser le doute et quoiqu'il éclaire les manifestations surnaturelles de ses récits avec objectivité, aucune affirmation ne peut jamais être faite.

( cf.

La Vénus d'Ille) Guy de Maupassant, Chroniques, "Le Fantastique", 1883 : Quand l'homme croyait sans hésitation, les écrivains fantastiques ne prenaient point de précautions pour dérouler leurs surprenantes histoires [...]Mais quand le doute eut pénétré enfin dans les esprits, l'art est devenu plus subtil.

L'écrivain a cherché les nuances, a rôdé autour du surnaturel plutôt que d'y pénétrer.

Il a trouvé des effets terribles en demeurant sur la limite du possible, en jetant les âmes dans l'hésitation, dans l'effarement.

Le lecteur indécis ne savait plus, perdait pied comme une eau dont le fond manque à tout instant, se raccrochait brusquement au réel pour s'enfoncer tout aussitôt, et se débattre de nouveau dans une confusion pénible et enfiévrante comme un cauchemar * Henry James dans sa nouvelle La Tour d'Ecrou, plonge le lecteur une perplexité totale.

Grâce à son style allusif, James amène le lecteur à douter de chacun des personnages tour à tour, de sorte que la vérité sur cette histoire est impossible à établir II) Le récit fantastique : une puissance critique. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles