Devoir de Philosophie

Arthur RIMBAUD (1854-1891) (Recueil : Poésies) - Roman

Extrait du document

Arthur RIMBAUD (1854-1891) (Recueil : Poésies) - Roman I On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. - Un beau soir, foin des bocks et de la limonade, Des cafés tapageurs aux lustres éclatants ! - On va sous les tilleuls verts de la promenade. Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin ! L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ; Le vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin - A des parfums de vigne et des parfums de bière... II - Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon D'azur sombre, encadré d'une petite branche, Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond Avec de doux frissons, petite et toute blanche... Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser. La sève est du champagne et vous monte à la tête... On divague ; on se sent aux lèvres un baiser Qui palpite là, comme une petite bête... III Le coeur fou robinsonne à travers les romans, - Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère, Passe une demoiselle aux petits airs charmants, Sous l'ombre du faux col effrayant de son père... Et, comme elle vous trouve immensément naïf, Tout en faisant trotter ses petites bottines, Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif... - Sur vos lèvres alors meurent les cavatines... IV Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août. Vous êtes amoureux. - Vos sonnets La font rire. Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût. - Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire !... - Ce soir-là..., - vous rentrez aux cafés éclatants, Vous demandez des bocks ou de la limonade... - On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.

« Essai d'introduction Image rêveuse de l'adolescence, Roman fut peut-être en son temps, et est longtemps resté, une image de liberté : à l'adolescent penché sur ses livres, à l'image de l'écolier qui attendait pour connaître la « vraie vie », il substituait un adolescent sollicité par les premiers désirs sensuels; le texte assumait cette sensualité au lieu de la censurer. Mais Roman prend-il au sérieux cette image qu'il donne, ou la tourne-t-il en dérision, en se moquant de la naïveté et, finalement, du conformisme anti-conformiste de cette adolescence? 1) Littérature et expression de soi Par le choix de son titre, le poème se trouve placé sous le signe de la littérature, qu'il utilise sans cesse (le modèle de rédaction versifiée vient tout droit, par exemple, de Musset) et avec laquelle, en même temps, il rompt. Roman désigne une histoire imaginaire, et plutôt une histoire d'amour. Et le poème bâtit en effet un roman, l'histoire de la naissance d'un amour. Rien n'y manque : personnages, décor, rythme du récit, rêves qui se mêlent à l'intrigue... et qui se nourrissent justement d'autres romans, de ceux dont il est question au vers 17, grâce auxquels le cœur robinsonne (ne pas comprendre seulement : «vit les aventures de Robinson Crusoé»; l'expression s'est affranchie de ses origines et renvoie ici à toute la littérature d'aventures) : partout dans ce poème les références sont romanesques, parce que sans doute c'est dans les livres, par les livres, que se vivent les premières aventures et que le désir ou la sensualité s'éveillent pour la première fois. Le poème prend son départ non à partir d'une expérience réelle, mais à partir des histoires que les livres racontent. Et il est normal que, le véritable apprentissage une fois fait ou les vraies découvertes une fois accomplies, ce soit au texte littéraire qu'on les « confie ». Ici au poème Roman. C'est pourquoi les lieux, la manière de suggérer l'atmosphère de ces « soir de juin » sont empreints de conventions : — La nuit (plus « sentimentale » que le jour, c'est bien connu !) ; les tilleuls (à cause de leur parfum); juin (qui sent déjà les vacances?, et qui voit sortir des jeunes filles...). — La sève comparée au Champagne et les émois sans cause et sans aboutissement. — Et même les sonnets — forme traditionnelle, mondaine, reçue, que le jeune homme écrit ! C'est pourquoi aussi le poème abonde en points de suspension : procédé romanesque pour suggérer une foule de choses qu'on ne peut dire, puisque ces moments sont ineffables, etc. Mais ces références implicites ou explicites à la littérature ont dans le texte un autre effet : elles permettent la moquerie, l'ironie, les sourires sur « l'aventure de ce soir de juin ». « On » éprouve sans doute, mais « on » sait en même temps qu'on n'éprouve qu'au travers de clichés, d'images reçues, etc., ce que Rimbaud, plus tard, appellera « la forme vieille », et qui « étrangle », selon lui, les poètes romantiques. C'est pourquoi « on » joue, avec les majuscules (« vos sonnets La font rire ») ou avec les mots extrêmes utilisés dans les romans d'amour : « puis un soir l'adorée a daigné vous écrire... » Il y a ainsi dans le poème une mise à distance permanente, qui empêche de prendre le texte tout à fait au sérieux et qui fait rupture. 2) Authenticité et poésie Malgré l'ironie, le poème ne devient pas satirique . Les références conventionnelles à la littérature ou aux lieux communs sentimentaux n'en épuisent pas le pouvoir et cela d'abord parce que Roman est le récit d'une initiation vécue et la découverte d'une joie et d'un bonheur fugitifs et « pas sérieux », mais vrais. a) L'initiation Le lieu de l'adolescent c'est, au début du texte, le café, où boire des bocks et de la limonade appartient à l'univers des hommes et de ceux qui sont en passe de devenir hommes à leur tour : les jeunes gens. Le café, cependant, où l'on va boire « comme un homme » ne déniaise qu'à demi. A l'univers du café manque la femme. C'est pourquoi à cet univers « mâle », où bruit et lumière sont les signes de l'affirmation de soi, s'oppose le paysage tendre de la promenade : parfumé, doux, à peine éclairé, « mignon » (tout petit chiffon, petite branche, doux frissons...), lieu féminin, que le regard de l'adolescent féminise plus encore : le coin de ciel avec sa mauvaise étoile (une pauvre petite étoile, une étoile de carton-pâte) devient femme (chiffon, se fond, doux frissons) et le petit bout de ciel provincial, qui ne doit plus rien aux firmaments romantiques ou littéraires , est vraiment émouvant dans son baroque et dans son bricolé. Alors que dans tout le reste du poème on a une éloquence et une rhétorique « décoratives », dans lesquelles il est difficile de faire la part de la sincérité et de la parodie, cette fois on a une vision qui ne doit rien à personne, qui ne « décrit » rien mais présente des fragments éclatés d'impressions mi-réelles (l'azur sombre) mi-rêvées (chiffon, frissons, à rapprocher de « Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou », Ma Bohème). C'est certainement le moment « imperméable » du texte, celui où le bon élève qui sait composer des sonnets non seulement oublie ses règles mais donne l'exemple d'une poésie nouvelle que ne comprendrait sûrement pas Monsieur Prud-homme. De ce petit coin de ciel, et après le succès de la première rencontre, on passe à nouveau dans la lumière des cafés qui ne sont plus tapageurs, mais qui ont gardé leur éclat : la lumière cette fois n'est plus, cependant, celle des lustres, c'est celle de la joie. Après le détour par l'univers féminin, après l'épreuve de la solitude (« Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût ») avec Elle, le retour aux cafés est un retour triomphant de jeune homme désormais vraiment devenu homme... b) L'amour Quel que soit son caractère risible (exagéré, on l'a vu plus haut, par les rapprochements et les souvenirs littéraires), l'amour a au moins ceci d'authentique qu'il a permis, du moins le croit-on, de réaliser ce passage à « l'âge d'homme ». Peu importe que le Vous êtes amoureux soit aussitôt suivi du destructeur : Loué jusqu'au mois d'août, « paysannisme » »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles