Devoir de Philosophie

L'âge industriel en France

Publié le 05/01/2023

Extrait du document

« CHAPITRE 4 - HISTOIRE L’INDUSTRIALISATION ET L’ACCELERATION ECONOMIQUES ET SOCIALES EN FRANCE (1848-1870) DES TRANSFORMATIONS Lorsqu’il arrive au pouvoir, en 1848, le futur Napoléon III entend moderniser la France pour améliorer le sort des Français : celui des paysans, qui sont la base de son électorat, mais aussi celui des ouvriers, qui constituent une de ses principales préoccupations.

Il bénéficie d’une situation économique favorable, qu’il amplifie, faisant ainsi entrer la France dans l’ère industrielle.

20 ans plus tard, le pays s’est profondément transformé. Comment ce processus a-t-il touché la FRANCE ? I-Une période de prospérité sans précédent permettant l’industrialisation et la modernisation économique Comment la France est-elle entrée dans la révolution industrielle et s’est-elle modernisée ? A-Une politique impériale volontariste dans une conjoncture favorable POINT DE PASSAGE : Le Paris d’Haussmann, la transformation d’une ville, p.122-123, questions 1 à 3 (Le Livre scolaire : GAR ou Internet) Le décollage industriel de la France s’effectue dans un contexte de forte croissance économique (= phase d’expansion économique) jusqu’au milieu des années 1860, qui se situe autour de 2% par an. De 1851 à 1869, la prod° industrielle augmente de 79% et la consommation de charbon triple. Cela permet à l’empereur Napoléon III de mettre en place un programme de grands travaux et d’aménagements, avec par ex : - La rénovation de Paris par le baron Haussmann - préfet de la Seine (destruction de nombreux taudis, création de grands axes de circulation, nouveaux monuments bâtis, éclairage urbain au gaz, aménagement d’immenses parcs – bois de Boulogne et de Vincennes, Buttes-Chaumont - et d’un réseau d’égouts conformément aux théories hygiénistes), mais aussi de grandes villes ou de villes moyennes de province - La plantation de la forêt de pins des Landes au sud de Bordeaux - L’assèchement des marais des Dombes non loin de Lyon Napoléon III est persuadé que ce programme permettra au pays d’accéder à la prospérité, de rattraper le Royaume-Uni et de réduire la pauvreté.

Pour y arriver, il monopolise des moyens nouveaux : - il s’entoure de tout un réseau d’entrepreneurs inspirés du saint-simonisme (= doctrine éco + morale visant à établir une société fraternelle et sans Etat où les industriels exerceraient le pouvoir pour guider le peuple vers le bonheur) et dotés d’une foi inébranlable dans le progrès social.

Napoléon III a lui-même été initié au saint-simonisme. - il a recours à l’endettement de l’Etat et il encourage le crédit.

Un véritable système bancaire se dvpe pour financer l’économie : les banques familiales y sont concurrencées par les banques de dépôts ou d’affaires, organisées autour d’entrepreneurs comme les frères Pereire et Achille Fould (fondateurs du Crédit mobilier en 1852) ou Henri Germain (fondateur du Crédit lyonnais en 1863). - les lois de libéralisation des sociétés anonymes de 1863 et 1867 favorisent la naissance d’un capitalisme français (= système économique caractérisé par la propriété privée des 1 moyens de prod° et la recherche maximale de profit).

Par ex, l’apparition des SARL (Société A Responsabilité Limitée = entreprise où la responsabilité des associés est limitée à l’apport de capital initial, ce qui constitue un gage de protection) caractérise le fonctionnement de nombreuses entreprises françaises à la fin du XIXe siècle. - sur les conseils du saint-simonien Michel Chevalier, très opposé au protectionnisme , il oriente le pays vers le libre-échange (= liberté de commercer par l’abolition des barrières douanières entre les pays) avec le Royaume-Uni, dont l’avancée technologique peut bénéficier à la France.

Il conclut avec lui un grand traité de libre-échange en 1860. Cette politique d’ouverture permet une forte hausse des exportations : de 1848 à 1870, le volume du commerce extérieur est multiplié par 6,5.

De grands chantiers, comme le canal de Suez, inauguré en 1869, sont mis en œuvre pour raccourcir les trajets des navires à vapeur et dynamiser les échanges. L’empereur souhaite ainsi stimuler la croissance économique et permettre le libéralisme (= doctrine économique qui revendique la liberté d’entreprendre et de commercer B-Une vraie modernisation du pays L’essor des moyens de transports est la réalisation la plus visible de cette modernisation : - les chemins de fer connaissent une formidable expansion / extension : près de 3 600 km de voies ferrées en 1852 et + de 17 000 km en 1870.

Ce réseau permet aux matières premières et aux produits agricoles et manufacturés de circuler plus rapidement et en plus grandes quantités. - de nouveaux canaux sont construits. - de grands ports sont modernisés et agrandis : ce sont ceux du Havre, de Bordeaux, de Nantes et de Marseille. - De grandes compagnies maritimes sont créées. - Le navire en fer et à vapeur supplante le navire en bois et à voile. - Le télégraphe électrique se dvpe et couvre tout le pays dès les années 1860. Ainsi, le pays profite d’un véritable désenclavement qui permet l’apparition d’un marché national de production et de consommation uni et qui facilite le commerce avec l’étranger. Les campagnes bénéficient largement de ce désenclavement.

L’agriculture, comme dans la plupart des pays européens, reste le 1er secteur économique.

En France, elle connaît de meilleurs rendements et les paysans s’enrichissent au point que l’on parle d’un « âge d’or des campagnes ». L’industrie connaît d’importants progrès de productivité, notamment les industries métallurgiques, sous l’impulsion d’entrepreneurs comme les Schneider au Creusot ou les de Wendel en Lorraine, qui investissent massivement et s’ouvrent aux innovations techniques.

Les procédés Bessemer et Martin, par ex, permettent la conversion de la fonte en acier.

Dans l’industrie textile, encore très dispersée dans la plupart des régions françaises, la mécanisation s’accélère dans la filature et le secteur cotonnier. De nombreuses innovations industrielles sont présentées lors des expositions universelles de Paris en 1855 et en 1867 que fait organiser l’empereur.

C’est l’occasion de montrer que la France est la 2 e puissance industrielle mondiale et qu’elle est en pleine prospérité économique.

Les articles de luxe, comme les soieries lyonnaises ou les miroirs de la manufacture Saint-Gobain, représentent encore une part importante des exportations et sont la fierté de ces expositions. 2 C-Une expansion cependant limitée Le dvpt économique du pays n’est cependant ni complet ni durable.

En effet, les villes se dvpent, mais les progrès dans les campagnes sont faibles.

Dès les années 1860, la situation économique de la France semble se détériorer malgré les mesures prises par l’empereur pour accroître le libéralisme accru et stimuler la création d’entreprises.

Les dernières années de l’Empire sont économiquement moins brillantes.

La Grande Dépression, phase de crise, touche la France dans la décennie suivante. De plus, le traité de libre-échange n’a pas tous les effets escomptés par l’empereur : - négocié secrètement (avec la grande rivale britannique), plusieurs élus politiques et manufacturiers l’ont qualifié de « coup d’Etat douanier » - les entrepreneurs subissent la concurrence du Royaume-Uni, qui garde donc son avance, sans que cette ouverture.... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles