Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Paul Valéry donne aux écrivains ce conseil: Entre deux mots il faut choisir le moindre. Vous rapprocherez cette boutade de la définition qu'André Gide propose du classicisme: C'est l'art de la litote. Vous vous demanderez quel aspect du classicisme et, d'une façon générale, quelles positions littéraires sont ainsi définis ?

Définitions des termes :
  • écrivain : Celui qui écrit, l'auteur.
  • mot : 1. Élément du discours, signe d'une idée distincte. 2. Unité linguistique composée et fonctionnant de manière relativement autonome : « Segment de la chaîne parlée ou du texte écrit tel qu'on le puisse séparer de son contexte en le prononçant isolément ou en le séparant par un blanc des autres éléments du texte et lui attribuer une signification et une fonction spécifique » (MARTINET). 3. Au pluriel, souvent synonyme de paroles.
  • faut-il : "Faut-il ?" est une question qui peut se poser à deux niveaux et donner lieu à un plan en deux parties : 1) la nécessité physique/matérielle/naturelle/économique/sociale, c'est-à-dire la contrainte des choses. 2) l'obligation morale, le devoir, c'est-à-dire l'impératif de la raison pratique.
  • choix : Action consistant à se déterminer en arrêtant une conduite à tenir, retenue entre plusieurs possibles. La capacité de choisir est considérée traditionnellement comme caractéristique du libre arbitre.
  • classicisme : Ce qui appartient à l'époque classique => XVIIe siècle (Molière, Louis XIV, Racine...).
  • littéraire : Qui à rapport avec la littérature, les lettres.

Extrait du corrigé : Pour rester en deçà de ce qu'on a à dire, on finit par abuser de la virtuosité : la périphrase néo-classique accomplit des prodiges d'acrobatie pour éviter le mot propre, parce qu'il s'impose trop brutalement; mais elle tombe alors dans l'énigme et le bel esprit ce qui, en un sens, rejoint les défauts de la préciosité. 3. Périodiquement la littérature éprouve le besoin de réactions baroques ou romantiques : couleur des épithètes, images luxuriantes, termes précis... (cf. les Burlesques du XVIIe siècle, ceux que Théophile Gautier appelle les « Grotesques » : Mathurin Régnier, Théophile de Viau...). Le but de cet art est la vie dans toute sa plénitude; c'est au nom du même étendard de la vie que les romantiques dressent leur protestation contre l'art des classiques, qu'ils accusent de ne pas nommer « le cochon par son nom » (cf. Victor Hugo). Sans doute ne faut-il pas confondre baroque et romantisme; mais il faut reconnaître qu'ils sont en réaction analogue contre un art de la litote. Conclusion.

Corrigé : Corrigé de 1119 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Paul Valéry donne aux écrivains ce conseil: Entre deux mots il faut choisir le moindre. Vous rapprocherez cette boutade de la définition qu'André Gide propose du classicisme: C'est l'art de la litote. Vous vous demanderez quel aspect du classicisme et, d'une façon générale, quelles positions littéraires sont ainsi définis ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :