Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Pour être poète, suffit-il de se laisser emporter par son imagination et d'arriver, comme le dit Rimbaud, à l'inconnu, qui fait de lui un voleur de feu ?

Définitions des termes :
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • poète : Celui qui écrit des poèmes (en vers ou en prose).
  • imagination : L'image est, en psychologie, une représentation mentale d'objets non présents. L'imagination est, dans la psychologie classique, une activité de l'esprit qui fabrique des combinaisons nouvelles d'images. Pour Sartre (qui nie comme Alain la réalité de l'image mentale, reflet passif du réel) l'imagination, ou fonction imageante, n'est qu'une manière de viser un objet réel : le viser, l'« intentionner » comme n'étant pas là. Est dit imaginaire, tout produit de l'imagination, en tant qu'il se distingue du réel. L'esprit humain est doué de diverses facultés, l'intuition sensible, l'entendement et l'imagination : celle-ci permet aux hommes de se représenter mentalement des objets non présents, autrement dit de les imaginer. Elle joue également un rôle essentiel dans l'invention, c'est-à-dire dans la production de fictions. Mais quelle est la puissance créatrice de l'imagination ? Il semble que l'imagination est limitée aux objets que nous avons antérieurement perçus.
  • comme : De même que, tel que, à l'instar de.
  • fait : Ce qui est ou ce qui arrive, et qui se donne ou même s'impose à nous dans l'expérience. On distingue souvent le fait brut, qui s'offre immédiatement à l'observation dans l'expérience ordinaire, et le fait construit (fait scientifique), qui résulte d'une élaboration théorique et expérimentale (Bachelard appelle «phénoménotechnique» cette construction du fait). Cependant, même le fait brut est imprégné de théorie, même s'il peut s'agir d'une théorie pré-scientifique, c'est-à-dire de préjugés. Le fait (ce qui est) se distingue par principe du droit (ce qui doit être). De même, une question de fait porte sur le pourquoi ou le comment, alors qu'une question de droit porte sur la valeur et la légitimité. On oppose l'état de fait à l'état de droit, c'est-à-dire conforme au droit (légal ou légitime).

Extrait du corrigé : L'étymologie du verbe inspirer est à ce titre révélateur : in-spirare  : « souffler dans ». 1)      le poète comme intermédiaire entre dieu et les hommes Pour Platon, l'excellence poétique ne résulte pas d'un art (technè), mais d'un don divin (theia moira). Ainsi, dans Ion, Socrate défend l'idée d'un poète possédé par la Muse, qui ne serait que l'un des anneaux d'une chaîne qui relierait les hommes aux dieux avec  pour intermédiaire le poète mais aussi les rhapsodes ou les acteurs. « Il (le poète) n'est pas en état de composer avant de se sentir inspiré par le dieu, d'avoir perdu la raison et d'être dépossédé par l'intelligence qui est en lui. » 2)      la théorie des fureurs Au XVIème siècle, cette conception du poète inspiré est toujours omniprésente, notamment avec le mouvement néoplatonicien. On considère alors la création comme nécessitant un état de transe, de délire, un accès de fureur. Ronsard parle quant à lui d'un « ravissement de l'âme », le verbe ravir étant ici à entendre dans le sens d'enlèvement. Selon lui, la fureur, même si elle provient de l'amour ou du vin est à souhaiter pour le poète. En effet, il s'agit de s'éloigner de la prison du corps et d'élever son âme. « Mais quand du tout cette ardeur se retire, [...] Je ne suis rien qu'un corps mort et perclus.

Corrigé : Corrigé de 1447 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Pour être poète, suffit-il de se laisser emporter par son imagination et d'arriver, comme le dit Rimbaud, à l'inconnu, qui fait de lui un voleur de feu ?" a obtenu la note de : aucune note

Les derniers sujets consultés :

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :