Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Que pensez-vous de cette réflexion de d'Alembert (Réflexions sur la poésie) : « Quand on prend la peine de lire des vers, on cherche et on espère un plaisir de plus que si on lisait de la prose » ?

Définitions des termes :
  • Poésie : 1 Art de suggérer par des images, des sons, des rythmes et en général par l'emploi du vers, une connaissance des êtres et des choses qui ne saurait être ramenée aux idées claires qu'exprime la prose. La définition de la poésie varie suivant les écoles, mais deux éléments permanents peuvent être distingués : a) un langage différent de celui de la prose, ce qui a amené certains écrivains à considérer que la poésie n'exprime pas des idées essentiellement différentes de celles de la prose, mais en modifie l'expression en les rendant, grâce au vers, plus frappantes, plus nobles, plus spirituelles, etc.; en ce sens la poésie se limite à la rhétorique et à la versification : Exemple: la poésie des grands rhétoriqueurs, des postclassiques; b) une vision du monde, traduisible seulement par le langage poétique et qui donne une connaissance intuitive essentiellement différente de celle de la prose : dès lors la poésie est un instrument de connaissance qui exprime ce qui n'est pas concevable par la raison : la Pléiade la considère comme une « fureur » d'origine divine, les romantiques comme le langage du coeur, Baudelaire comme le moyen de déchiffrer les mystérieuses correspondances de l'Univers. En ce sens, la poésie dépasse la versification, si bien qu'on a pu qualifier de poétiques des oeuvres qui n'étaient pas en vers. 2 Par extension de cette conception, on appelle poésie tout ce qui dépasse la connaissance claire, tout ce qu'on sent plutôt qu'on ne le comprend : Exemple: la poésie du foyer, 3 Par opposition à poème (1), pièce en vers de peu d'étendue.
  • chercher : Essayer, se donner les moyens d?atteindre quelque chose. Action volontaire du sujet.
  • plaisir : Du latin placere, être agréable à .. a) Sensation ou émotion agréable, liée à la satisfaction d'un besoin, d'un désir. b) Principe de plaisir : chez Freud, principe primaire en vertu duquel nous cherchons d'abord à nous procurer du plaisir et à fuir le déplaisir.
  • prose : Forme d'expression qui s'oppose à la poésie par le fait qu'elle n'est pas soumise aux lois d'un rythme régulier, qu'elle utilise beaucoup moins les images, se rapproche davantage du langage parlé et, par sa souplesse, permet une analyse intellectuelle plus poussée. Une prose poétique est une prose qui se rapproche de la poésie par l'abondance des images et la recherche d'un certain rythme. Les traités de rhétorique distinguent : a) la prose narrative (histoire, roman) ; b) la prose démonstrative ; prose oratoire (éloquence) et prose didactique (traités, dialogues, lettres).

Extrait du corrigé : Et dans les poèmes modernes, l'absence de ponctuation, la longueur variable des vers, les appositions brutales donnent au texte un caractère hermétique. Le vocabulaire ne facilite pas la compréhension : jusqu'à la période romantique, les «mots nobles » sévissent dans les vers ; et bien que Victor Hugo ait mis « un bonnet rouge au vieux dictionnaire », la périphrase élégante, héritée des Précieux, reste en usage durant tout le XIXe siècle ; elle disparaît avec Verlaine, mais la langue poétique n'en fut pas dépouillée pour autant de ses difficultés : La Chanson du Mal Aimé d'Apollinaire suppose de la part du lecteur une véritable érudition. Et chez Mallarmé, comme chez Valéry, la langue poétique s'oriente délibérément vers des arcanes bien éloignés de la prose. Au-delà même de la syntaxe et du vocabulaire, la poésie repose sur des images, sur des métaphores, sur des symboles qui la rendent parfois peu accessible : bien des lecteurs trouvent vaines ces comparaisons qui chez Du Bellay constituent tout un sonnet des Antiquités, ces métaphores qui forment des développements entiers de la Légende des Siècles, ces images rapides qui se succèdent dans les poèmes d'Apollinaire ou des surréalistes. C'est ainsi que, « langage dans le langage » selon le mot de Valéry, la poésie se défend contre une approche facile - et peut-être est-ce une des conditions de son charme. II. LE PLAISIR POÉTIQUE Tournés principalement vers l'efficacité de la parole, cherchant avant tout à convaincre, les philosophes du XVIIIe siècle purent considérer la poésie comme inutile, mais à la fin du siècle, . chez Diderot, chez J.-J. Rousseau, apparurent les premières manifestations de l'enthousiasme romantique : on commença à entrevoir de nouveau la valeur du plaisir esthétique et l'intérêt de ,1'univers auquel la poésie fait accéder le lecteur.

Corrigé : Corrigé de 1618 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Que pensez-vous de cette réflexion de d'Alembert (Réflexions sur la poésie) : « Quand on prend la peine de lire des vers, on cherche et on espère un plaisir de plus que si on lisait de la prose » ?" a obtenu la note de : aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :