Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Je hais les livres; ils n'apprennent qu'à parler de ce qu'on ne sait pas, écrit Jean Jacques Rousseau dans son essai sur l'éducation, Emile. Vous discuterez ce point de vue.

Définitions des termes :
  • parler : Faire usage d'une langue. Exprimer sa pensée.
  • rousseau : Deux grandes questions ont préoccupé Rousseau: la liberté, qui est selon lui la véritable destination de l'homme, et l'alliance de la nature et de la société. Rousseau, quoique mal compris à son époque, est l'un des plus grands esprits du siècle des Lumières.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • essai : Texte d'idées, ouvrage de réflexion.
  • éducation : 1. Processus consistant en ce qu'une ou plusieurs fonctions se développent graduellement par l'exercice et se perfectionnent. 2. Suite des opérations par lesquelles des adultes développent les qualités de l'enfant ( apprentissage, enseignement ; l'éducation a un caractère global). 3. Résultat de 1 ou de 2.

Extrait du corrigé : Dans Madame Bovary, ainsi, le personnage d'Emma manque sa vie parce qu'elle a lu trop de livres en les prenant pour la réalité : s'attendant à un réel aussi riche, brillant et tumultueux que celui qu'elle a vu dans les romans de chevalerie, elle est déçue par sa vie réelle et est conduite au suicide. Cette déception est aussi présente dans ces vers de Pétrus Borel, dans son poème Sur l'Amour : « ... et ne sais rien de plus/Qu'avant d'avoir veillé sur ces bouquins feuillus ». Pétrus Borel, dans son poème Sur l'Amour. Les livres seraient la cause d'un rapport faussé au monde ; il faudrait leur préférer la confrontation directe au monde, seul moyen de parler pertinemment de ce que l'on sait.   II. Les livres et le savoir Pourtant, l'une des vocations majeures des livres est de conserver et transmettre un savoir ; Montaigne, par exemple, soutient dans ses Essais qu'il faut fréquenter les grands auteurs pour nous imprégner de leur expérience de la vie, ce qui permet de dépasser notre point de vue individuel et d'avoir des connaissances plus larges que celles que nous permet simplement notre expérience personnelle. Les livres sont le lieu de l'accumulation de la pensée universelle, et donc du progrès : ils permettent de consigner le savoir et de l'augmenter, de ne pas recommencer à zéro toute réflexion. Le philosophe du Moyen-Âge Bernard de Chartres exprimait cela ainsi : « Nous sommes des nains perchés sur les épaules de géants ». Loin de nous faire parler de ce que nous ne savons pas, les livres nous permettent alors de nous constituer un savoir et de faire progresser la pensée en ne nous en tenant pas uniquement à notre expérience individuelle, nécessairement limitée.   III.

Corrigé : Corrigé de 1221 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Je hais les livres; ils n'apprennent qu'à parler de ce qu'on ne sait pas, écrit Jean Jacques Rousseau dans son essai sur l'éducation, Emile. Vous discuterez ce point de vue." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :