Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre. Vivre n'a donc pas d'autre sens que ça. Tout ce que nous propose la civilisation, tout ce qu'elle nous apporte, tout ce qu'elle nous apportera, n'est rien si nous ne comprenons pas qu'il est plus émouvant pour chacun de nous de vivre un jour que de réussir en avion le raid sans escale Paris-Paris autour du monde. Comment comprenez-vous ces lignes, écrites par Jean Giono dans Rondeur des jours ? Répondent-elles à votre propre manière d'envisager la vie ?

Définitions des termes :
  • nature : 1° L'inné par opposition à l'acquis (nature opposée à culture, ou chez les anthropologues anglo-saxons nature opposée à nurture); 2° Essence, ensemble des propriétés qui caractérisent un objet ou un être (la nature de l'homme par exemple); 3° L'ensemble des phénomènes matériels, liés entre eux par des lois scientifiques. En ce sens, le naturel peut s'opposer au surnaturel qui désigne une intervention transcendante de la divinité; 4° Spinoza distingue la nature naturante, c'est-à-dire la substance infinie et la nature naturée, les divers modes par lesquels s'exprime cette substance. Le mot nature est ambigu. Le naturalisme du xviiie siècle par exemple est contradictoire. D'une part son épistémologie réduit la nature à un mécanisme (des faits soumis à des lois nécessaires) indifférent aux valeurs humaines. D'autre part, sa morale prétend se fonder sur la nature, c'est-à-dire sur des tendances spontanées, supposées bonnes; la nature devient alors la Mère-Nature, une sorte de providence bienveillante.
  • tout : La totalité sans exception.
  • savoir-faire : Ensemble de procédés de gestes habituels permettant la réalisation régulière de certains buts.
  • vivre : Exister, être au monde.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.
  • sens : Du latin sensus, organe des sens, façon de sentir ou de penser . (a) Faculté d'éprouver des sensations d'un certain ordre (exemple : le sens du toucher). (b) Intelligence intuitive ou immédiate (exemple : le sens du commerce). (c) Intention de celui qui parle ou agit, signification des mots qu'on emploie. (d) Direction ou orientation d'un mouvement. (e) Bon sens : faculté de bien juger, de distinguer le vrai d'avec le faux (synonyme de raison chez Descartes). (f) Sens commun : ensemble d'opinions et de jugements reçus dans un milieu déterminé.
  • civilisation : Ce terme, selon Febvre, n'est apparu dans la langue française que vers la moitié du 18e siècle. S'y rattachent nécessairement les notions de progrès et d'évolution.
  • rien : Le néant, l'absence, la nullité.
  • sans : A l'exclusion de, exprime l'absence.
  • monde : Ensemble des réalités matérielles qui constitue l'univers, mais aussi le monde humain, les relations entre les hommes.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.

Extrait du corrigé : Les candidats se trouvent devant un sujet délicat : certes la citation est facile à comprendre, mais les problèmes qu'elle soulève sont malaisés à appréhender à leur âge. En effet, ont-ils, comme le demande le sujet, un point de vue précis sur la manière d'envisager la vie ? Pour la plupart d'entre eux, cela reste encore confus. Et pourtant, il y a moyen de s'en tirer avec la seule citation et les deux questions que comporte le sujet. 1. « Comment comprenez-vous ces lignes ? » invite le candidat à une explication préalable. Cette explication, bien menée, peut être dynamique en engageant tout de suite la discussion sur les deux points de vue extrêmes : celui de Giono (1er paragraphe de la citation) et celui qu'il récuse (le 2e paragraphe de la citation contient les éléments d'un point de vue contradictoire). 2. La deuxième question (« Répondent-elles à votre propre manière d'envisager la vie ? ») peut faire l'objet d'une troisième partie où le candidat fera la part des choses en essayant de concilier les deux points de vue précédents. Cette démarche est 154 Français, préparation au bac 84 la démarche classique de la dissertation : thèse, antithèse, synthèse. Si le candidat adopte l'un des deux points de vue de l'explication, il argumente tout de suite pour ou contre, ce qui ramène le devoir à un débat en deux parties : pour ou contre Giono.

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet " Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre. Vivre n'a donc pas d'autre sens que ça. Tout ce que nous propose la civilisation, tout ce qu'elle nous apporte, tout ce qu'elle nous apportera, n'est rien si nous ne comprenons pas qu'il est plus émouvant pour chacun de nous de vivre un jour que de réussir en avion le raid sans escale Paris-Paris autour du monde. Comment comprenez-vous ces lignes, écrites par Jean Giono dans Rondeur des jours ? Répondent-elles à votre propre manière d'envisager la vie ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :