Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : L'héroïsme est-il la négation, par le héros, de la condition humaine ? Le héros peut-il avoir encore quelque chose d'humain ?

Définitions des termes :
  • héros : Personnage principal d'un roman ou d'une pièce de théâtre. Demi-dieu dans la mythologie grecque, homme exceptionnel divinisé à la suite de ses exploits magnifiques, le héros est devenu, en termes littéraires, un personnage qui, s'il ne se distingue pas par des actions grandioses, n'en demeure pas moins chargé d'une mission exceptionnelle : conduire l'action dans un récit, incarner les valeurs, les rêves, les mythes du lecteur, dont il va être l'exutoire.
  • condition : Ensemble de faits dont dépend quelque chose ; données, circonstances. 1. Dans la proposition « si A alors B », A est condition de B ; se dit aussi du premier terme d'une relation causale réelle (les conditions d'un phénomène). 2. Condition nécessaire et suffisante : A est condition nécessaire et suffisante de B, si quand A on a toujours B et sans A jamais B. 3. Manière d'être, situation (la condition humaine), situation sociale. 4. Conditionné : a) Qui dépend d'une condition. b) Qui a subi un conditionnement. 5. Conditionnement : processus par lequel un comportement en vient à être déterminé par des conditions données ; modification d'un comportement par établissement de réflexes conditionnés (cf. réflexe). 6. Conditionnel : qui dépend d'une condition ; pour QUINE, nom de l'implication matérielle.
  • humain : Sens 1: Personne humaine. Synonyme: individu. Sens 2: Qui a trait à l'homme. Sens 3: Sensible, compréhensif. Synonyme: accessible.
  • peut : Est-il possible, est-il légitime.
  • chose : 1. Désigne la réalité (res en latin : chose) en gén. ; cf. DESCARTES : « chose pensante » (âme), « chose étendue » (matière). 2. Désigne la réalité, envisagée comme déterminée et statique, existant hors de la représentation ; en ce sens, KANT utilise l'expression « chose en soi ». 3. (Par ext.) À partir du sens 2, désigne la réalité inanimée, hors de son rapport à la pensée (le monde des choses). Rem. : la chose se distingue de l'objet en ce que ce dernier est construit ; cela n'implique pas que la chose soit chose en soi ; ce qui est chose se constitue comme ce qui est maniable, ce qui est disponible ; autrement dit, l'objet se réfère à la pensée, la chose à l'action ; le monde des choses, c'est le monde qui se détermine dans la pratique, et y résiste ; à partir du sens 3, le réaliste confond volontiers la chose et l'objet (cf. DURKHEIM : « Il faut considérer les faits sociaux comme des choses »). 4. Chosisme : attitude qui consiste à considérer la réalité comme une chose au sens 2.

Extrait du corrigé : L'ironie de Cervantès confine à la cruauté lorsqu'il décrit l'agonie de son personnage :       « Le notaire se trouva présent et affirma qu'il n'avait jamais lu dans aucun livre de chevalerie qu'aucun chevalier errant fut mort dans son lit avec autant de calme et aussi chrétiennement que Don Quichotte. »       Au moins cependant et avant l'instant fatal, un éclair de lucidité fait comprendre au vieil homme l'absurdité de ses quêtes et l'influence néfaste de ses lectures. A défaut d'avoir été un héros, il accède toutefois à la sagesse en recouvrant la raison. Si la mort est si importante pour les héros ; à tel point que dans certaines traditions on ne va pas au paradis si la mort n'est pas violente, c'est parce qu'il est nécessaire d'être un héros jusqu'au bout, jusqu'au moment ultime de l'existence qui fige définitivement le caractère héroïque ou vulgaire de l'individu. Dans la mythologie nordique par exemple, seuls les guerriers morts au combat étaient emmenés par les Valkyries jusqu'au « Valhöll », demeure d'Odin et séjour des bienheureux réservé à l'élite. Les autres étaient conduits aux enfers. Vivre en héros est donc une condition nécessaire mais pas suffisante, il faut également que la mort soit digne d'une existence héroïque et à la limite, c'est elle qui lui donne sens de manière rétrospective. C'est ainsi que Nietzsche interprète la mort de Socrate par exemple. D'après lui, Socrate devait mourir ; c'est du moins ce qu'il montre dans La naissance de la tragédie et qu'il reprend seize ans plus tard dans Le crépuscule des idoles. On se souvient que dans le Criton, Socrate refuse l'aide que lui proposent ses amis pour s'enfuir et échapper ainsi au sort inique que lui réserve Athènes.

Corrigé : Corrigé de 6598 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " L'héroïsme est-il la négation, par le héros, de la condition humaine ? Le héros peut-il avoir encore quelque chose d'humain ?" a obtenu la note de : aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :