Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Faut-il forcément une fin inatendue pour faire un roman ou une piéce de théatre réussie ?

Définitions des termes :
  • faut-il : "Faut-il ?" est une question qui peut se poser à deux niveaux et donner lieu à un plan en deux parties : 1) la nécessité physique/matérielle/naturelle/économique/sociale, c'est-à-dire la contrainte des choses. 2) l'obligation morale, le devoir, c'est-à-dire l'impératif de la raison pratique.
  • forcément : Nécessairement, obligatoirement.
  • savoir-faire : Ensemble de procédés de gestes habituels permettant la réalisation régulière de certains buts.
  • Roman : Récit en prose d'aventures imaginaires qui se distingue : a) de la nouvelle, par sa durée prolongée dans le temps ou par le fait que, même dans un récit assez court, nous avons une vue de la psychologie totale des personnages; b) du conte, par le fait qu'il donne l'existence aux choses et aux êtres qu'il décrit, sans les considérer comme des inventions merveilleuses ou des symboles philosophiques. Oeuvre d'imagination en prose, assez longue, qui présente et fait vivre des personnages donnés comme réels, dont elle raconte leurs histoire, aventures, psychologies, destins. Les romans se distinguent par l'importance relative des divers éléments qui coexistent dans la plupart d'entre eux : a) l'action, qui domine dans le roman d'aventures, policier, de cape et d'épée, le roman noir (genre venu d'Angleterre, très à la mode à la fin du XVIIIe s. et au début du XIXe : récit d'aventures merveilleuses et terribles dans des décors effrayants) ; b) l'analyse psychologique qui prédomine dans le roman dit d'analyse, le roman autobiographique (confession de l'auteur sous forme de récit ou de journal), le roman intime ou intimiste, le roman par lettres ou épistolaire; c) la peinture de la société : roman historique, picaresque, de moeurs, paysan, populiste, de la famille, d'une époque; roman fleuve : vaste roman qui se déroule sur un long espace de temps et donne souvent, grâce à plusieurs intrigues simultanées, une large vue de la société d'une époque : Exemple: Les hommes de bonne volonté, de Jules Romains; d) la peinture du monde extérieur : roman exotique, planétaire (c'est-à-dire, après 1920, le roman qui se passe à travers tous les pays du monde); e) les idées : le roman peut avoir un but didactique (roman scientifique, allégorique, symbolique), contribuer à développer le savoir vivre et la politesse (XVIIe s. roman pastoral, précieux), défendre des idées morales et philosophiques (roman à thèse), attaquer la société (roman satirique), proposer un idéal social.

Extrait du corrigé : Les romans à tendance réaliste se présentent comme des reflets directs d'une réalité sociale ou historique et proposent souvent une étude des mécanismes d'une société. Ils ont donc une fin analytique et en cela présentent un intérêt non négligeable pour le lecteur en lui permettant de mieux comprendre son époque, ou une époque passée. Ces types de romans ont donc une valeur pédagogique indéniable et sont caractérisés par leur grande densité cognitive. Ex : Les romans de Balzac ( Le père Goriot ou Les Chouans) ou de Zola ( L'Assommoir, Germinal, Au bonheur des dames) Les pièces de théâtre peuvent aussi véhiculer cette critique sociale et politique. Depuis l'Antiquité, le théâtre assume un rôle politique : il sert à exprimer les problèmes de la polis c'est-à-dire de la cité, représentée sur scène par le choeur. Il tend, au fil des siècle à devenir une véritable tribune politique et sociale ; Ex : Le théâtre de Beaumarchais ( Le Mariage de Figaro), ou de Brecht dans La Vie de Galilée (Brecht y propose une réflexion sur l'autorité et l'entrave à la liberté d'expression)   2)      Intérêt métaphysique   Le roman comme le théâtre ne peuvent se réduire à une simple intrigue bien menée, ménageant suspense et effet de surprise. Ils tiennent leur intérêt et leur succès des réponses qu'ils peuvent apporter aux questions existentielles ou métaphysiques du lecteur et du spectateur. à étudier ici la notion de catharsis telle qu'elle est mise en oeuvre au théâtre (en particulier dans le théâtre antique et classique) : ce concept qui est à l'origine du théâtre apparaît dans la Poétique d'Aristote et désigne mise à jour du refoulé et de l'affrontement intime du spectateur qui a lieu pendant une pièce de théâtre ainsi que sa purification : . En voyant représentés sur la scène les conflits qui le rongent, le spectateur en ressort purgé et purifié. Cette catharsis représente l'intérêt majeur des pièces du théâtre antique et classique, avant même la question du divertissement que procure l'intrigue ;   à le roman, conçu aujourd'hui comme la forme moderne du mythe revêt aussi souvent un grand intérêt métaphysique tentant de révéler le sens de nos existences .

Corrigé : Corrigé de 1705 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Faut-il forcément une fin inatendue pour faire un roman ou une piéce de théatre réussie ?" a obtenu la note de : aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :