Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Un critique écrit : « Ne confondons pas versification et poésie. Le versificateur n'est qu'un technicien ; la qualité d'un poète au contraire réside dans la puissance de suggestion qu'il emprunte aux sonorités, aux rythmes, aux images en accord étroit avec le sentiment. » En illustrant votre exposé d'exemples précis, vous commenterez ce jugement. ?

Définitions des termes :
  • critique : Ce mot désigne l'examen, par la raison, de la valeur logique d'une démonstration.
  • Poésie : 1 Art de suggérer par des images, des sons, des rythmes et en général par l'emploi du vers, une connaissance des êtres et des choses qui ne saurait être ramenée aux idées claires qu'exprime la prose. La définition de la poésie varie suivant les écoles, mais deux éléments permanents peuvent être distingués : a) un langage différent de celui de la prose, ce qui a amené certains écrivains à considérer que la poésie n'exprime pas des idées essentiellement différentes de celles de la prose, mais en modifie l'expression en les rendant, grâce au vers, plus frappantes, plus nobles, plus spirituelles, etc.; en ce sens la poésie se limite à la rhétorique et à la versification : Exemple: la poésie des grands rhétoriqueurs, des postclassiques; b) une vision du monde, traduisible seulement par le langage poétique et qui donne une connaissance intuitive essentiellement différente de celle de la prose : dès lors la poésie est un instrument de connaissance qui exprime ce qui n'est pas concevable par la raison : la Pléiade la considère comme une « fureur » d'origine divine, les romantiques comme le langage du coeur, Baudelaire comme le moyen de déchiffrer les mystérieuses correspondances de l'Univers. En ce sens, la poésie dépasse la versification, si bien qu'on a pu qualifier de poétiques des oeuvres qui n'étaient pas en vers. 2 Par extension de cette conception, on appelle poésie tout ce qui dépasse la connaissance claire, tout ce qu'on sent plutôt qu'on ne le comprend : Exemple: la poésie du foyer, 3 Par opposition à poème (1), pièce en vers de peu d'étendue.
  • poète : Celui qui écrit des poèmes (en vers ou en prose).
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • puissance : Faculté de produire un effet, capacité; la force ou le caractère qui en résulte. Capacité, pouvoir (de faire, de devenir quelque chose) Pouvoir d'exercer de l'influence, d'imposer son autorité (sur quelqu'un, quelque chose)
  • image : du latin imago, représentation, image, portrait; représentation matérielle d'un objet; représentation mentale de ce qui a déjà été perçu.
  • accord : Etat qui résulte d'une communauté ou d'une conformité de pensées, de sentiments; c'est une entente. Être d'accord, c'est être du même avis, partager la même idée.
  • avec : En compagnie de, en présence de.
  • sentiment : État affectif stable et durable lié à des représentations ou des émotions
  • exemple : 1. Ce qui peut être imité en tant que modèle. 2. (Logique, math.) Cas particulier quelconque sur lequel on entend démontrer une proposition de portée générale. 3. Invalidation par contre-exemple : raisonnement qui consiste à réfuter une proposition universelle quelconque en exhibant un cas particulier qui ne la vérifie pas.
  • jugement : Le jugement de réalité (ou d'existence) est un jugement porté sur les faits. Il s'oppose au jugement de valeur, qui est une appréciation subjective sur la valeur d'un objet, d'une action. Le jugement synthétique, d'après Kant, correspond au jugement de réalité, par opposition au jugement analytique, qui correspond aux propositions tautologiques de la logique (par exemple: un triangle a trois angles). JUGEMENT ESTHETIQUE : Acte de l'esprit par lequel nous déterminons si une chose est belle ou laide.

Extrait du corrigé : Là encore, en dépit de la forme versifiée, il ne saurait être question de poésie. Bien plus, quand la maîtrise de la technique s'étale dans un exercice de pure virtuosité, c'est le versificateur qui entre seul en jeu. Le couplet de Chantecler, où Rostand accumule une cascade de sonorités qui suggère étonnamment le chant du coq, s'impose comme un remarquable tour de force. Mais il n'ajoute rien à la gloire du poète : « Au lieu d'être coquets de vos cocoricos Vous rêvez d'être, ô coqs, de drôles de cocos... ... Et vous ne serez plus, vieux cocâtres qu'on casse Que des coqs rococos pour ce coq plus cocasse. » II. LA MAITRISE DE LA VERSIFICATION AU SERVICE DE LA POÉSIE Les sonorités Sans doute une technique éprouvée est-elle indispensable à un poète. Mais dans ses réussites les plus parfaites elle se fait presque oublier, car sa puissance de suggestion se trouve comme fondue dans la tonalité de l'ensemble. C'est ainsi d'abord que les sonorités du vers s'harmonisent étroitement avec la qualité du sentiment exprimé.

Corrigé : Corrigé de 1025 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Un critique écrit : « Ne confondons pas versification et poésie. Le versificateur n'est qu'un technicien ; la qualité d'un poète au contraire réside dans la puissance de suggestion qu'il emprunte aux sonorités, aux rythmes, aux images en accord étroit avec le sentiment. » En illustrant votre exposé d'exemples précis, vous commenterez ce jugement. ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :