Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Baudelaire, dans des notes prises sur Les liaisons dangereuses, résume l'intrigue en ces termes : « Comment vient la brouille entre Valmont et la Merteuil. Pourquoi elle devait venir. La Merteuil a tué la Tourvel. Elle n'a plus rien à vouloir de Valmont. Valmont est dupe. Il dit à sa mort qu'il regrette la Tourvel, et de l'avoir sacrifiée. Il ne l'a sacrifiée qu'à son Dieu, à sa vanité, à sa gloire, et la Merteuil le lui dit même crûment, après avoir obtenu ce sacrifice. C'est la brouille de deux scélérats qui amène le dénouement. »Avec quel point de vue Baudelaire lit-il Les liaisons dangereuses ? Après avoir reformulé et mis au net sa thèse, discutez-la en l'illustrant de manière pertinente.

pertine

Définitions des termes :
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • intrigue : L'enchaînement des faits et des actions qui aboutit au dénouement. L'intrigue peut résulter du jeu des passions ou naître d'événements extérieurs. On appelle, au XVIIe s., pièces d'intrigue celles dans lesquelles l'intrigue est de ce dernier type. D'AUBIGNAC : « Les premiers (sujets) sont d'incidents, intrigues ou événements, lorsque d'acte en acte et presque de scène en scène, il arrive quelque chose de nouveau qui change la face des affaires du théâtre. » De nos jours intrigue est syn. d'action : Exemple: l'intrigue d'un roman; et on appelle pièces d'intrigue, celle dont le principal intérêt vient de la complication de l'action : Exemple: Le Barbier de Séville est une pièce d'intrigue.
  • pourquoi : Pour quelle raison, quel motif: raison intellectuelle de parler ou d'agir OU pour quel mobile, force irrationnelle qui pousse à parler ou à agir.
  • rien : Le néant, l'absence, la nullité.
  • vouloir : La volonté se définit comme la faculté de choix : pouvoir de se déterminer librement à agir ou à s'abstenir d'agir, en vertu de motifs. La volonté implique une délibération consciente : par ce trait, l'acte volontaire s'oppose à l'acte qui procède de l'instinct, de l'impulsion, d'un réflexe ou d'une habitude. Vouloir, c'est donc poursuivre une fin déterminée et conscient. On peut déjà noter que la volonté inclue également une faculté de représentation.
  • mort : Du latin mors, «mort». Cessation complète et définitive de la vie. Seul parmi les animaux, l'homme se sait mortel: cruelle certitude qui limite son horizon et l'oblige à composer avec sa propre disparition, comme avec celle des êtres auxquels il est attaché. Pour Platon, la mort est un «beau risque à courir». Dans le Phédon, Socrate définit la mort comme la séparation de l'âme et du corps; délivrée de sa prison charnelle, l'âme immortelle peut librement regagner le ciel des Idées, patrie du philosophe. Épicure tient la mort pour un non-événement, puisque jamais nous ne la rencontrons. Tant que nous sommes en vie, la mort n'est pas; et quand la mort est là, c'est nous qui ne sommes plus. Pour Heidegger au contraire, la vie humaine s'inscrit dans la finitude: «Dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir».
  • même : Analogue, aussi, égal, identique, uniforme.
  • dénouement : Partie finale d'une pièce de théâtre où l'action s'achève, où les problèmes soulevés durant la crise trouvent leur solution. Le dénouement est le moment où les conflits se résolvent (dans la comédie), où la mort et le malheur l'emportent (dans la tragédie). Quelques principes classiques doivent cependant être respectés, notamment la vraisemblance : l'arrivée d'un deus ex machina que personne n'attend et qui, ayant tout pouvoir, résout les problèmes par enchantement doit rester exceptionnelle. Si, en principe, il répond à toutes les questions que le spectateur se pose, on remarque cependant que, dans le théâtre contemporain, il ne respecte pas toujours cette dernière règle : il peut laisser ouverte la réflexion ou interpeller le spectateur s'apprêtant à quitter le théâtre {Ubu roi, d'Alfred Jarry, ou le Balcon de Jean Genêt, par exemple).
  • avec : En compagnie de, en présence de.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet " Baudelaire, dans des notes prises sur Les liaisons dangereuses, résume l'intrigue en ces termes : « Comment vient la brouille entre Valmont et la Merteuil. Pourquoi elle devait venir. La Merteuil a tué la Tourvel. Elle n'a plus rien à vouloir de Valmont. Valmont est dupe. Il dit à sa mort qu'il regrette la Tourvel, et de l'avoir sacrifiée. Il ne l'a sacrifiée qu'à son Dieu, à sa vanité, à sa gloire, et la Merteuil le lui dit même crûment, après avoir obtenu ce sacrifice. C'est la brouille de deux scélérats qui amène le dénouement. »Avec quel point de vue Baudelaire lit-il Les liaisons dangereuses ? Après avoir reformulé et mis au net sa thèse, discutez-la en l'illustrant de manière pertinente." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :