Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : BAUDELAIRE écrit dans son grand article sur Victor Hugo : Quand on se figure ce qu'était la poésie française avant qu'il apparût, et quel rajeunissement elle a subi depuis qu'il est venu, quand on imagine le peu qu'elle eût été s'il n'était pas venu, combien de sentiments mystérieux et profonds, qui ont été exprimés, seraient restés muets; combien d'intelligences il a accouchées, il est impossible de ne pas le considérer comme un de ces esprits rares et providentiels qui opèrent, dans l'ordre littéraire, le salut de tous, comme d'autres dans l'ordre moral, et d'autres dans l'ordre politique. Le mouvement créé par Victor Hugo se continue encore sous nos yeux. («Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains », Revue fantaisiste, 15 juin 1861). Vous examinerez cette appréciation d'un créateur sur un autre créateur, en tenant compte du fait qu'un artiste en juge toujours un autre au nom de son esthétique personnelle. Le mouvement créé par Victor Hugo s'est-il continué longtemps après BAUDELAIRE ?

Définitions des termes :
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • Poésie : 1 Art de suggérer par des images, des sons, des rythmes et en général par l'emploi du vers, une connaissance des êtres et des choses qui ne saurait être ramenée aux idées claires qu'exprime la prose. La définition de la poésie varie suivant les écoles, mais deux éléments permanents peuvent être distingués : a) un langage différent de celui de la prose, ce qui a amené certains écrivains à considérer que la poésie n'exprime pas des idées essentiellement différentes de celles de la prose, mais en modifie l'expression en les rendant, grâce au vers, plus frappantes, plus nobles, plus spirituelles, etc.; en ce sens la poésie se limite à la rhétorique et à la versification : Exemple: la poésie des grands rhétoriqueurs, des postclassiques; b) une vision du monde, traduisible seulement par le langage poétique et qui donne une connaissance intuitive essentiellement différente de celle de la prose : dès lors la poésie est un instrument de connaissance qui exprime ce qui n'est pas concevable par la raison : la Pléiade la considère comme une « fureur » d'origine divine, les romantiques comme le langage du coeur, Baudelaire comme le moyen de déchiffrer les mystérieuses correspondances de l'Univers. En ce sens, la poésie dépasse la versification, si bien qu'on a pu qualifier de poétiques des oeuvres qui n'étaient pas en vers. 2 Par extension de cette conception, on appelle poésie tout ce qui dépasse la connaissance claire, tout ce qu'on sent plutôt qu'on ne le comprend : Exemple: la poésie du foyer, 3 Par opposition à poème (1), pièce en vers de peu d'étendue.
  • sentiment : État affectif stable et durable lié à des représentations ou des émotions
  • impossible : Fait qui ne peut être réalisé, qui sort des limites du possible. Irréalisable. Improbable.
  • considérer : Etre d'avis, croire, estimer.
  • comme : De même que, tel que, à l'instar de.
  • esprit : La notion d'esprit revêt plusieurs sens. Elle désigne d'une part l'intellect, la raison, la pensée. Elle désigne d'autre part l'âme, l'être immatériel qui constitue notre intériorité, notre personnalité. Les philosophes classiques ne faisaient pas de différence entre les deux: l'âme, qui relève du sentiment que nous avons de nous-mêmes, est aussi le siège de la pensée. C'est peut-être une indication qu'affectivité et raison sont plus étroitement unies qu'on ne le croit, dans l'esprit, précisément.
  • ordre : L'ordre naturel repose sur des lois que la raison est capable de découvrir. L'ordre social repose sur des décrets qui, idéalement, devraient être des décrets de la raison et qui, de fait, dépendent plus des circonstances, d'intérêts politiques, économiques ponctuels.
  • littéraire : Qui à rapport avec la littérature, les lettres.
  • tout : La totalité sans exception.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.
  • moral : Moral: 1) qui concerne la morale. 2) qui est conforme aux règles de la morale; opposé à immoral. Morale: ensemble des règles de conduite -concernant les actions permises ou défendues- tenues pour universellement et inconditionnellement valables.
  • politique : 1) comme adjectif, qui a rapport aux affaires publiques, à l'État. 2) Comme nom au féminin: science ou art de diriger les affaires publiques, de gouverner un État. 3) Comme nom masculin, personne qui gouverne.
  • fait : Ce qui est ou ce qui arrive, et qui se donne ou même s'impose à nous dans l'expérience. On distingue souvent le fait brut, qui s'offre immédiatement à l'observation dans l'expérience ordinaire, et le fait construit (fait scientifique), qui résulte d'une élaboration théorique et expérimentale (Bachelard appelle «phénoménotechnique» cette construction du fait). Cependant, même le fait brut est imprégné de théorie, même s'il peut s'agir d'une théorie pré-scientifique, c'est-à-dire de préjugés. Le fait (ce qui est) se distingue par principe du droit (ce qui doit être). De même, une question de fait porte sur le pourquoi ou le comment, alors qu'une question de droit porte sur la valeur et la légitimité. On oppose l'état de fait à l'état de droit, c'est-à-dire conforme au droit (légal ou légitime).
  • artiste : Créateur d'oeuvres d'art.
  • toujours : A tout moment, à toute époque ; éternellement, perpétuellement.
  • esthétique : Notion philosophique qui désigne le jugement que l'on porte sur le beau. L'esthétique est une partie dela philosophie qui réfléchit sur l'art, son essence, sa fonction.

Extrait du corrigé : Quand on sait le jugement parfois sévère de BAUDELAIRE sur HUGO, on est surpris de l'emphase d'un pareil éloge. En 1861, l'auteur des Contemplations est, il est vrai, le glorieux banni. Et puis les derniers recueils ne prêtent pas le flanc à la critique par BAUDELAIRE de HUGO, représentant de l'école païenne. Influence de HUGO sur BAUDELAIRE? On pense tout de suite aux « Tableaux parisiens » des Fleurs du mal ou à certains des « Petits Poèmes en prose ». Mais BAUDELAIRE l'élargit ici considérablement à tous les courants poétiques du second demi-siècle, courants dont il est lui-même tributaire. Le passage qui vous est proposé se trouve maintenant dans les Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains, « Victor Hugo, II ». On aura grand intérêt à lire cet admirable article du plus grand critique du XIXe siècle. A propos de V. HUGO, BAUDELAIRE a quelquefois été très dur. Lecture : Salon de 1846, « Eugène Delacroix » (dans le BAUDELAIRE de « la Pléiade », pp. 888-890). Comparer le grand article en faveur des Misérables (BAUDELAIRE de « la Pléiade », pp. 786-793) à l'appréciation brutale que l'auteur des Fleurs du mal en donnait à sa mère dans une lettre : livre « immonde et inepte ». L'existence de jugements si divers semble s'expliquer surtout par le caractère déconcertant de HUGO : génie, mais parfois puéril, grand orchestre, mais parfois claironnant, riche du don de sympathie, mais souvent peu convaincant, etc. On peut donc, selon le point de vue choisi, soit l'accabler (philosophie filandreuse, vers bâclés, bons sentiments et mauvaise littérature...), soit le porter aux nues (visionnaire, torrent verbal, sensibilité au mystère universel, maîtrise du rythme...).

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet " BAUDELAIRE écrit dans son grand article sur Victor Hugo : Quand on se figure ce qu'était la poésie française avant qu'il apparût, et quel rajeunissement elle a subi depuis qu'il est venu, quand on imagine le peu qu'elle eût été s'il n'était pas venu, combien de sentiments mystérieux et profonds, qui ont été exprimés, seraient restés muets; combien d'intelligences il a accouchées, il est impossible de ne pas le considérer comme un de ces esprits rares et providentiels qui opèrent, dans l'ordre littéraire, le salut de tous, comme d'autres dans l'ordre moral, et d'autres dans l'ordre politique. Le mouvement créé par Victor Hugo se continue encore sous nos yeux. («Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains », Revue fantaisiste, 15 juin 1861). Vous examinerez cette appréciation d'un créateur sur un autre créateur, en tenant compte du fait qu'un artiste en juge toujours un autre au nom de son esthétique personnelle. Le mouvement créé par Victor Hugo s'est-il continué longtemps après BAUDELAIRE ?" a obtenu la note de : aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :