Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Tchékhov, La Cerisaie, acte I.

Extrait étudié : Tchékhov, La Cerisaie, acte I. LOPAKHINE : Je voudrais vous dire des choses très agréables, qui vous réjouissent. (Consultant sa montre) Mais je pars à l'instant, pas le temps de bavarder... deux ou trois mots seulement. Vous le savez déjà, votre Cerisaie sera vendue pour dettes, la vente est fixée au vingt-deux août, mais ne vous inquiétez de rien, chère amie, dormez en paix. Il y a une solution. Voici mon projet. Je réclame toute votre attention. Votre propriété est située à vingt verstes seulement de la ville, n'est-ce pas, le chemin de fer passe tout près, eh bien, lotissez la Cerisaie et le terrain qui longe la rivière, louez ces lots aux estivants, et c'est pour vous, au bas mot, vingt-cinq mille roubles de revenu annuel. GAEV : Quelles bêtises, excusez-moi. LOPAKHINE : Demandez-leur au minimum vingt-cinq roubles de loyer annuel par déciatine, et si vous vous dépêchez de mettre l'annonce, je vous le garantis par tout ce que vous voudrez, vous n'aurez plus un lopin de terre disponible à l'automne, tout y aura passé. Bref, je vous félicite, vous voilà sauvés. La situation ici est ravissante, la rivière est profonde. Naturellement, il faudra arranger tout cela, nettoyer... ainsi, par exemple, démolir tous les vieux bâtiments, cette maison qui ne vaut plus rien... abattre la vieille cerisaie... LIOUBOV ANDRÉEVNA : Abattre la cerisaie ? Excusez-moi, mon cher, mais vous n'y comprenez rien. S'il y a quelque chose d'intéressant, voire de remarquable dans notre district, c'est uniquement la cerisaie. LOPAKHINE : Elle n'est remarquable que par ses dimensions. Elle ne donne de fruits qu'une fois tous les deux ans, et encore on ne sait que faire des cerises, personne n'en achète. GAEV : Même dans le Dictionnaire Encyclopédique il est question de ce jardin. LOPAKHINE, consultant sa montre : Si nous ne trouvons rien et n'aboutissons à rien, votre cerisaie et toute la propriété seront vendues aux enchères le vingt-deux août. Décidez-vous ! Je vous jure qu'il n'y a pas d'autre solution. Il n'y en a pas et il n'y en a pas. FIRS : Dans le temps, il y a quarante ou cinquante ans de cela, la cerise, on la faisait sécher, macérer, mariner, on en faisait de la confiture et quelquefois... GAEV : Tais-toi, Firs. FIRS : Quelquefois, la cerise séchée, on en envoyait de pleins chariots à Moscou, à Kharkov. De l'argent à la pelle ! Et la cerise alors, elle était douce, juteuse, sucrée, parfumée... On connaissait un procédé... LIOUBOV ANDRÉEVNA : Eh bien, ce procédé ? FIRS : On l'a oublié. Personne ne s'en souvient. PICHTCHIK : Et à Paris ? Comment était-ce ? Avez-vous mangé des grenouilles ? LIOUBOV ANDRÉEVNA : J'ai mangé des crocodiles. PICHTCHIK : Pas croyable... LOPAKHINE : Jusqu'à présent, on ne voyait à la campagne que des seigneurs et des moujiks, mais voilà que les estivants ont fait leur apparition. Aujourd'hui, toutes les villes, même les plus insignifiantes, sont entourées de datchas. Et l'on peut prévoir que d'ici une vingtaine d'années, l'estivant va se multiplier d'une façon extraordinaire. Il ne fait encore que boire du thé sur sa terrasse, mais il se peut qu'il veuille cultiver un jour son bout de terrain, et alors votre cerisaie deviendra heureuse, riche, magnifique... GAEV, indigné : Quelles bêtises ! Entrent Varia et Yacha. VARIA : Il est arrivé deux télégrammes pour vous, petite maman. (Elle prend une clef à son trousseau et ouvre la vieille armoire qui fait entendre un tintement.) Les voilà. LIOUBOV ANDRÉEVNA : C'est de Paris. (Elle déchire les télégrammes sans les lire.) Paris, c'est fini...
Extrait du commentaires :

Tchekhov, Anton

(Anton Pavlovitch, 1860-1904) Ecrivain et dramaturge russe. Anton Tchekhov fait des études de médecine, puis exerce simultanément sa profession de médecin et celle d'écrivain. Il publie en premier lieu des nouvelles et très rapidement s'oriente vers l'écriture théâtrale : les Méfaits du tabac (1886), l'Ours (1888). Il pointe dans ses pièces les travers de la société russe à la veille de la révolution. En 1896, il publie la Mouette, qui est mise en scène en 1898 par Constantin Stanislavski au Théâtre de Moscou et qui demeure une pièce fondamentale du répertoire théâtral contemporain. Anton Tchekhov réalise plusieurs voyages dans son pays, à l'île de Sakhaline notamment, et en France entre 1897 et 1898. Il est élu académicien en 1900 mais démissionne deux ans plus tard pour marquer sa protestation concernant l'exclusion de Maxime Gorki de l'Académie. Il porte dans ces pièces un regard lucide et plein d'humanité sur chacun de ses personnages, du plus humble au plus veule.

Oeuvres

- Oncle Vania (1897) ;

- Douchetchka (1898) ;

- la Dame au petit chien (1899) ;

- les Trois Soeurs (1901) ;

- la Fiancée (1903) ;

- la Cerisaie (1904).

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Tchékhov, La Cerisaie, acte I." a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :