Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Nicolas Boileau, Art poétique, chant I (1674)

Extrait étudié : Nicolas Boileau, Art poétique, chant I (1674) Surtout qu'en vos écrits la langue révérée Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée. En vain vous me frappez d'un son mélodieux, Si le terme est impropre, ou le tour vicieux; Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme1. Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin Est toujours, quoi qu'il fasse, un méchant écrivain. Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse, Et ne vous piquez point d'une folle vitesse; Un style si rapide, et qui court en rimant, Marque moins trop d'esprit, que peu de jugement. J'aime mieux un ruisseau qui sur la molle arène Dans un pré plein de fleurs lentement se promène, Qu'un torrent débordé qui, d'un cours orageux, Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux. Hâtez-vous lentement; et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse et le repolissez; Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. C'est peu qu'en un ouvrage où les fautes fourmillent, Des traits d'esprit semés de temps en temps pétillent. Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu; Que le début, la fin répondent au milieu; Que d'un art délicat les pièces assorties N'y forment qu'un seul tout de diverses parties : Que jamais du sujet le discours s'écartant N'aille chercher trop loin quelque mot éclatant. Craignez-vous pour vos vers la censure publique? Soyez-vous à vous-même un sévère critique. 1. "barbarisme", "solécisme" : incorrections.
Extrait du commentaires :

A la suite de Malherbe au commencement du XVII e siècle, Boileau intervient au temps de Louis XIV pour prescrire un usage raisonné, exigeant et limpide de la langue française et tout particulièrement de la poésie. Son œuvre la plus célèbre, L’Art poétique, se présente en effet comme une sorte de traité en vers sur l’art de l’écriture poétique. Boileau  s’inscrit donc dans toute une tradition de la compréhension de la littérature et de l’art en général que l’on nomme le classicisme. En effet, Boileau se fait le défenseur d’une esthétique purement classique en prônant un usage de la langue française dépourvue de barbarismes, solécismes et de toute liberté prise avec la grammaire établie par l’Académie Française. L’exigence de limpidité et de pureté de l’expression, ainsi que la valeur du travail exigeant et méticuleux sont placées au centre de cette esthétique, qu’un vers fameux de Boileau lui-même peut dans une certaine mesure résumer : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ».
Dans le texte célèbre que nous avons à étudier aujourd’hui nous pouvons voir que Boileau se livre précisément au projet annonce par le titre de son ouvrage, a savoir a écrire un Art Poétique, c'est-à-dire un ouvrage prescrivant un certain nombre de règles pour ceux qui se mêlent d’écrire. Nous pouvons observer que la leçon donnée par Boileau dans ce texte est en réalité une triple leçon : il s’agit pour lui de donner une leçon sur l’art de l’écriture poétique elle-même, conçue dans sa spécificité (exigences de la rime, exigence du choix des mots et dans le maniement de la syntaxe). Mais Boileau nous donne aussi une leçon d’écriture, a savoir une leçon qui porte sur la manière d’écrire adéquate pour un poète (temps consacre a l’écriture, valeurs sous tendant cette pratique, telles que la patience et la précision minutieuse). Enfin, Boileau nous donne également une leçon par l’exemple, en écrivant un texte qui répond rigoureusement aux principes qu’il énonce lui-même. En ce sens nous pouvons parler d’un autotelisme du texte, c'est-à-dire d’une dimension autoréférentielle : le poème est précisément ce que Boileau prescrit aux poèmes en général d’être.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Nicolas Boileau, Art poétique, chant I (1674)" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :