Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 5

Extrait étudié : Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 5 ARNOLPHE, seul. Comme il faut devant lui que je me mortifie! Quelle peine à cacher mon déplaisir cuisant! Quoi! pour une innocente un esprit si présent! Elle a feint d'être telle à mes yeux, la traîtresse, Ou le diable à son âme a soufflé cette adresse. Enfin, me voilà mort par ce funeste écrit. Je vois qu'il a, le traître, embaumé son esprit, Qu'à ma suppression il s'est ancré chez elle ; Et c'est mon désespoir et ma peine mortelle. Je souffre doublement da
Extrait du commentaires :

Le texte à commenter est extrait de L’Ecole des femmes de Molière : un homme d’âge mûr, Arnolphe, cherche à se marier mais redoute que sa future femme ne soit trop libre : pour contourner cette difficulté, il décide d’épouser sa pupille, Agnès, et entreprend de l’éduquer à la docilité à sa sortie du couvent. Mais Agnès aime un jeune homme, Horace, et entend se soustraire aux projets de son tuteur.
L’extrait proposé se situe au moment où Arnolphe vient tout juste d’apprendre l’existence de l’amour d’Horace et d’Agnès, de la bouche d’Horace lui-même, qui s’est confié à Arnolphe sans connaître ses intentions envers sa pupille : il s’agit d’un monologue dans lequel il exprime sa colère d’avoir un rival et d’avoir vu sa pupille le trahir et manifester le désir de se soustraire à sa volonté ; il met donc en place une rhétorique de l’amour et de la colère qui pourra servir de premier axe d’examen du texte.
Le rôle de ce monologue dans le déroulement général de la pièce pourra fournir une autre clé de lecture : en effet, Arnolphe, qui entendait obtenir la main d’Agnès par la manipulation, endosse ici le rôle de l’amant douloureusement refoulé, et en exprime les sentiments typiques – le monologue de l’amant refoulé est en effet un lieu commun du théâtre - : on comprend alors la valeur ironique de ce passage, puisqu’Arnolphe, qui, dans toutes les scènes précédentes, s’est révélé comme un manipulateur sans sentiments, a ici recours à tous les moyens traditionnels d’expression de la douleur amoureuse. La lecture de son monologue est donc double : au premier degré, ce monologue apparaît comme une plainte sincère ; au second degré – qui est celui auquel ont accès le lecteur ou le spectateur de la pièce dans la mesure où ils ont connaissance des épisodes précédents -, ce monologue apparaît comme une parodie grotesque de plainte amoureuse, ce qui contribue à créer un effet comique.
L’extrait à commenter constitue en outre une scène complète : il forme donc une unité de sens et une unité scénique, correspondant à un bref moment de solitude d’Arnolphe : il faudra donc prendre en compte également cette esthétique du monologue et s’interroger sur le rôle qu’un pareil monologue peut assumer dans le cadre de l’intrigue et du sens de la comédie qu’est l’Ecole des femmes : il constitue en effet à la fois un rouage important de l’intrigue, puisque c’est sa déception qui va pousser Arnolphe à mettre en place une machination – qui échouera – pour s’assurer de pouvoir épouser Agnès, et puisque ce monologue est une occasion de concentrer l’attention sur le personnage d’Arnolphe et d’en proposer une satire morale.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 5" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :