Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Guy de Maupassant, Nuit de Noël

Extrait étudié : Guy de Maupassant, Nuit de Noël Je hâtai le pas, je rejoignis cette femme errante, et , sous un bec de gaz, je me retournai brusquement. Elle était charmante, toute jeune, brune, avec de grands yeux noirs. Je fis ma proposition qu'elle accepta sans hésitation. Un quart d'heure plus tard, nous étions attablés dans mon appartement. Elle dit en entrant : "Ah ! on est bien ici." Et elle regarda autour d'elle avec la satisfaction visible d'avoir trouvé la table et le gîte en cette nuit glaciale. Elle était superbe, tellement jolie qu'elle m'étonnait, et grosse à ravir mon coeur pour toujours. Elle ôta son manteau, son chapeau, s'assit et se mit à manger ; mais elle ne paraissait pas en train, et parfois sa figure un peu pâle tressaillait comme si elle eût souffert d'un chagrin caché. Je lui demandai : "Tu as des embêtements ?" Elle répondit : "Bah ! oublions tout." Et elle se mit à boire. Elle vidait d'un trait son verre de champagne, le remplissait et le revidait encore, sans cesse. Bientôt un peu de rougeur lui vint aux joues ; et elle commença à rire. Moi, je l'adorais déjà, l'embrassant à pleine bouche, découvrant qu'elle n'était ni bête, ni commune, ni grossière comme les filles du trottoir. Je lui demandai des détails sur sa vie. Elle répondit : "Mon petit, cela ne te regarde pas !" Hélas ! une heure plus tard ... Enfin, le moment vint de se mettre au lit, et, pendant que j'enlevais la table dressée devant le feu, elle se déshabilla hâtivement et se glissa sous les couvertures. Mes voisins faisaient un vacarme affreux, riant et chantant comme des fous ; et je me disais : "J'ai eu rudement raison d'aller chercher cette belle fille ; je n'aurai jamais pu travailler." Un profond gémissement me fit retourner. Je demandai : "Qu'as-tu, ma chatte ?" Elle ne répondit pas, mais elle continuait à pousser des soupirs douloureux, comme si elle eût souffert horriblement. Je repris : "Est-ce que tu te trouves indisposée ?" Et soudain elle jeta un cri, un cri déchirant. Je me précipitai, une bougie à la main.
Extrait du commentaires :

Maupassant, Guy de

(1850-1893) Ecrivain français. 

Il est l'un des nouvellistes français les plus importants du XIXe siècle : il peint admirablement les moeurs de la société de son temps et plonge dans les profondeurs de la vie intérieure, peuplée d'angoisses, de hantises, de folie.

Normand natif de Fécamp, il passe son enfance dans le Pays de Caux, fait ses études au lycée de Rouen. Le jeune homme est mobilisé lors de la guerre de 1870 : l'invasion prussienne à laquelle il assistera lui inspirera de nombreux contes. Devenu fonctionnaire à Paris, il s'adonne à sa passion : il canote sur la Seine. Gustave Flaubert, ami d'enfance de la mère de Maupassant, désapprouve sa vie de plaisirs : il le pousse à se consacrer entièrement à l'écriture et se pose en père et maître. C'est par l'entremise de Flaubert que Maupassant rencontre tous les romanciers qui vont former l'école naturaliste : Emile Zola, les frères Goncourt et Alphonse Daudet. La nouvelle Boule de suif vaut en 1880 un grand succès à son auteur.

Il vit désormais de ses nouvelles, contes, romans publiés dans des journaux : la Maison Tellier et autres récits (1881), Mademoiselle Fifi (1882), les Contes de la Bécasse (1883), le roman Une vie (1883), les Contes du jour et de la nuit (1885), enfin le roman Bel-Ami (1885). Talentueux et fortuné, il mène une vie luxueuse et fréquente les salons littéraires. Deux romans paraissent en 1887 et 1888, Mont-Oriol et Pierre et Jean.

Gravement atteint par la syphilis, il connaît une déchéance rapide. Il souffre affreusement et se drogue à l'éther, ce qui aggrave ses crises nerveuses. C'est dans cette dernière période qu'il écrit, encore lucide, le recueil de contes fantastiques : le Horla (1887). Il sombre dans la folie en 1892.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Guy de Maupassant, Nuit de Noël" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :