Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Marivaux, Les Fausses Confidences, acte III, scène 8

Extrait étudié : Marivaux, Les Fausses Confidences, acte III, scène 8 ARAMINTE, MADAME ARGANTE, MONSIEUR REMY, LE COMTE, DORANTE, MARTON MARTON, froidement Ne vous pressez pas de le renvoyer, Madame ; voilà une lettre de recommandation pour lui, et c'est Monsieur Dorante qui l'a écrite. ARAMINTE, Comment ! MARTON, donnant la lettre au comte Un instant, Madame cela mérite d'être écouté. La lettre est de monsieur, vous dis je. LE COMTE, lit haut Je vous conjure mon cher ami , d'être demain sur les 9h du matin chez vous ; j'ai bien des choses à vous dire ; je crois que je vais sortir de chez la dame que vous savez ; elle ne peut ignorer la malheureuse passion que j'ai prise pour elle, et dont je ne guérirai jamais. MADAME ARGANTE De la passion, entendez-vous, ma fille ? LE COMTE, lit Un misérable ouvrier que je n'attendais pas est venu ici pour m'apporter la boîte de ce portrait que j'ai fait d'elle. MADAME ARGANTE C'est à dire que le personnage sait peindre. («le personnage»=dorante. Intention méprisante.) LE COMTE, lit J'étais absent, il l'à laissée à une fille de la maison. MADAME ARGANTE, à Marton Fille de la mais cela vous regarde. LE COMTE, lit On a soupçonné que ce portrait m'appartenait ; ainsi , je pense qu'on va tout découvrir, et qu'avec le chagrin d'être renvoyé et de perdre le plaisir de voir tous les jours celle que j'adore... MADAME ARGANTE Que j'adore ! Ah ! Que j'adore ! LECOMTE, lit J'aurais encore celui d'être méprisé d'elle. MADAME ARGANTE Je crois qu'il n'à pas mal deviné celui-là, ma fille. LE COMTE,lit Non pas à cause de la médocrité de ma fortune, sorte de mépris dont je n'oserais la croire capable... MADAME ARGANTE Eh ! Pourquoi non ? LE COMTE, lit Mais seulement du peu que je vaux auprès d'elle, tout honoré que je suis de l'estime de tant d'honnêtes gens. MADAME ARGANTE Et en vertu de quoi l'estiment-ils tant ? LE COMTE, lit Auquel cas je n'ai plus que faire à Paris. Vous êtes à la veille de vous embarquer, et je suis déterminé à vous suivre. MADAME ARGANTE Bon voyage au galant MONSIEUR REMY Le beau motif d'embarquement ! MADAME ARGANTE Eh bien ! En avez-vous le coeur net ma fille ? LE COMTE L'éclaircissement m'en paraît complet. ARAMINTE, à Dorante Quoi ! Cette lettre n'est pas d'une écriture contrefaite ? Vous ne la niez point ? DORANTE Madame... ARAMINTE Retirez-vous. Dorante sort. MONSIEUR REMY Eh bien ! Quoi ? C'est de l'amour qu'il a ; ce n'est pas d'aujourd'hui que les belles personnes en donne et, tel que vous le voyez, il n'en a pas pris pour toutes celles qui auraient bien voulu lui en donner. Cet amour-là lui coûte 15000 livres de rent, sans compter les mers qu'il veut courir ; voilà le mal ; car au reste, s'il était riche, le personnage pourrait bien dire qu'il adore. (contrefaisant Madame Argante.) Et cela ne serait point si ridicule. Acommodez vous, au reste, je sui votre serviteur, Madame. Il sort.
Extrait du commentaires :

Marivaux

(Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, 1688-1763) Poète, auteur dramatique et romancier français.

Après des études de droit, il se destine à une carrière dans la finance. Sa rencontre avec l'un des plus beaux esprits de l'époque, l'académicien Fontenelle (1657-1757), l'engage à commencer une carrière littéraire. Il publie sa première comédie, le Fils prudent et équitable (1712). Il mène une vie mondaine et écrit dans un ton parodique l'Homère travesti (1716). Il subit des revers de fortune et se voit contraint d'écrire pour vivre. Ses comédies sont jouées par les acteurs italiens, elles lui apportent le succès : Arlequin poli par l'amour (1720), la Surprise de l'amour (1722), la Double Inconstance (1723), le Prince travesti (1724), l'Ile des esclaves (1725), le Jeu de l'amour et du hasard (1730), le Triomphe de l'amour (1732), les Fausses Confidences (1737). Il est également l'auteur de romans psychologiques, la Vie de Marianne (1726-1741) et le Paysan parvenu (1735), qui esquissent une critique sociale : l'individu n'est pas reconnu dans la société pour son mérite, idée que la Révolution balaiera. Son activité littéraire se relâche après son élection à l'Académie française en 1742.

Marivaux a donné son nom au marivaudage, qui désigne le raffinement, parfois excessif, dans l'expression ou l'analyse du sentiment amoureux.

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Marivaux, Les Fausses Confidences, acte III, scène 8" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :