Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Louise LABÉ: Je vis, je meurs...

Extrait étudié : Je vis, je meurs: je me brûle et me noie, J'ai chaud extrême en endurant froidure; La vie m'est et trop molle et trop dure, J'ai grands ennuis entremélés de joie. Tout en un coup je ris et je larmoie, Et en plaisir maint grief tourment j'endure, Mon bien s'en va, et à jamais il dure, Tout en un coup je sèche et je verdoie. Ainsi Amour inconstamment me mène Et, quand je pense avoir plus de douleur, Sans y penser je me trouve hors de peine. Puis, quand je crois ma joie être certaine, Et être en haut de mon désiré heur, Il me remet en mon premier malheur. Louise LABÉ
Extrait du commentaires :

Le sonnet de Louise Labé : « Je vis, je meurs.,. », composé en 1555, s'inscrit dans une tradition poétique qui célèbre l'amour tout en décrivant les tourments qu'il fait endurer à celui ou celle qu'il possède. Mais le mot « tourments » est ici bien insuffisant pour choquer la variété des émotions ressenties par le poète. L'amour l'investit et lui fait perdre tous repères. Il triomphe de sa raison et son pouvoir paraît sans limites. La seule défense que le poète puisse opposer au désordre de l'amour semble bien l'écriture elle-même qui, en quatorze décasyllabes, ordonne la confusion de l'esprit et des sens.
L'amour de la Belle Cordière — c'est ainsi qu'on surnommait Louise Labé — est d'abord une expérience de l'émotion. Non pas une émotion unique que l'on pourrait résumer en un mot. Amour se décline au pluriel. Pluriel de la sensation et du sentiment dont il parcourt toute la gamme. Et s'il engage l'être tout entier, c'est d'abord à travers le corps soumis aux éléments : l'amour-feu, l'amour-flot embrase et engloutit, fait connaître simultanément le chaud et le froid : « je me brûle » (v. 1), « J'ai chaud » (v. 2), « et me noie » (v. 1), « en endurant froidure » (v, 2).

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Louise LABÉ: Je vis, je meurs..." a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :