Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Albert Cohen, Belle du Seigneur

Extrait étudié : Albert Cohen, Belle du Seigneur, 1968 L'action de Belle du Seigneur se déroule à Genève, dans les milieux diplomatiques de la Société des Nations, durant Ventre-deux-guerres. Dans la salle des pas perdus, les ministres et les diplomates circulaient, gravement discutant, l'oeil compétent, convaincus de l'importance de leurs fugaces affaires de fourmilières tôt disparues, convaincus aussi de leur propre importance, avec profondeur échangeant d'inutiles vues, comiquement solennels et imposants, suivis de leurs hémorroïdes, soudain souriants et aimables. (...) Des inférieurs écoutaient des supérieurs, avec une avidité charmée. Quinteux et barbichu, un ministre des affaires étrangères répétait que c'était inadmissible et que son pays ne confentirait1 jamais. Enturbanné d'or, les mains de cendre et les yeux sanguinolents, un radjah2 rêvait. Mouche compétente du coche international, une journaliste américaine interviewait un ministre des affaires étrangères qui lui disait que cette année serait cruciale et marquerait un tournant dans la politique internationale. Bayadère1 obèse aux lunettes d'épaisse écaille, sonnaillante de bracelets et de camées4, poétesse et trente ans auparavant initiatrice d'un jeune roi timide, la déléguée bulgare exhalait des parfums repoussants, citait le supplément d'âme de Bergson, puis insistait, mamelles roulantes, auprès du délégué grec qu'elle tenait par un bouton du veston pour mieux le convaincre. Nez piqué d'insolation, la belle secrétaire du général laissait derrière elle des senteurs de poirier en fleur. De jeunes loups polyglottes et soyeux riaient avec des hardiesses. Hygiénique et savonnée, son lorgnon agrafé au corsage, la déléguée du Danemark écoutait, vierge et morale, un premier ministre qui répondait tardivement à des saluts empressés puis disait que cette année serait cruciale et marquerait un tournant dans la politique internationale, ce que notait subrepticement un journaliste aux aguets.
Extrait du commentaires : L'image d'Albert Cohen que retient le monde est celle d'un homme âgé au crâne lisse, vivant cloîtré à Genève, le monocle à l'œil, le chapelet d'ambre aux doigts, le regard noir, vif et direct. Cette image de la fin de sa vie ne rend pas justice à cette personnalité si extraordinaire et séduisante. Dans son existence se marient l'Orient et l'Occident. Il est né à Corfou en 1985 et ses parents émigrent à Marseille vers 1900. Famille juive de vieille aristocratie sefarade, son père est un homme effacé et discret, en revanche, sa mère est la personnalité forte qui marque sa vie. Dans Le livre de ma mère, il évoque celle-ci, et son enfance au cours de laquelle il découvre à dix ans, à l'occasion d'une dispute entre enfants, l'antisémitisme. Il a fait ses études secondaire au lycée Thiers à Marseille — où il se lie d'amitié avec Marcel Pagnol — puis aborde le droit à Genève et prend rapidement la nationalité suisse. Diplômé, jeune avocat brillant séduisant et même Don Juan, Albert Cohen commence assez rapidement une carrière de fonctionnaire international et de diplomate qu'il consacre à la défense des Juifs et au débuts du sionisme. Lorsque débute la Seconde Guerre mondiale, il pense d'abord prendre les armes avec une Légion juive dont il tente la création puis finalement rejoint la France Libre à Londres. Après la guerre, de retour à Genève, il se consacre à l'écriture. Son génie romanesque fut toutefois reconnu assez tard : L'épopée des Valeureux est l'œuvre de sa vie dont l'écriture a occupé l'essentiel de son temps. Il y a dans ces livres une part autobiographique très forte mais aussi un ton et un style très particulier proche des récits transmis oralement. Notons au passage qu'il dictait ses manuscrits. Son livre le plus célèbre, Belle du Seigneur (1968) a reçu le prix de l'Académie à laquelle il aurait aimé être élu. Le livre de ma mère fut son autre immense succès. Autres œuvres : Mangeclous (1938), Solal (1939), O vous, frères humains (1971), Carnets (1978).

Albert Cohen, Belle du Seigneur Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Albert Cohen, Belle du Seigneur" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :