Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Préférez-vous les romans dont le héros est un personnage positif ? Vous répondrez à cette question dans un développement composé, en prenant appui sur les textes du corpus, ceux que vous avez étudiés en classe et vos lectures personnelles.

Définitions des termes :
  • héros : Personnage principal d'un roman ou d'une pièce de théâtre. Demi-dieu dans la mythologie grecque, homme exceptionnel divinisé à la suite de ses exploits magnifiques, le héros est devenu, en termes littéraires, un personnage qui, s'il ne se distingue pas par des actions grandioses, n'en demeure pas moins chargé d'une mission exceptionnelle : conduire l'action dans un récit, incarner les valeurs, les rêves, les mythes du lecteur, dont il va être l'exutoire.
  • personnage : Individu qui joue un rôle plus ou moins important dans un récit. Le personnage est une notion difficile à cerner. Dans le roman traditionnel, il est assimilé à une personne : ses traits naissent de l'imagination d'un écrivain (personnage fictif, ex. : Meursault dans l'Étranger, d'Albert Camus) ou sont empruntés à l'histoire (personnage historique, ex. : Richelieu dans les Trois Mousquetaires, d'Alexandre Dumas). Souvent, il présente une nature mixte, lorsque l'auteur, s'inspirant d'un personnage ayant véritablement existé, romance plus ou moins consciemment les données de l'histoire à des fins dramatiques (ex. : d'Artagnan). Dans le roman moderne et contemporain, le personnage est devenu une conscience qui construit le récit à partir de sa propre expérience du monde. Le « il » du roman traditionnel a laissé place au « je qui est à la fois le narrateur et le personnage (ex. : Marcel dans A la recherche du temps perdu, de Marcel Proust). Dans une oeuvre, il n'est pas toujours aisé de distinguer le personnage principal des personnages secondaires. En effet, l'importance d'un personnage ne se mesure pas à ses fréquences d'apparition, mais à sa fonction dans le texte — c'est-à-dire à la mission qui lui revient dans la construction du récit. C'est ici que. la notion d'« actant », empruntée à l'analyse structurale du récit, peut être d'un grand secours.
  • droit positif : Ensemble des lois écrites en vigueur dans une société, un pays.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • développement : Extension, progrès, croissance.

Extrait du corrigé : Le héros épique, courageux peut devenir prévisible, du fait de sa force exceptionnelle ; il ne ménage donc aucun effet de surprise. Par ailleurs, le héros incarnant des valeurs positives et héroïques peut s'avérer trop moralisateur, entravant le plaisir de la lecture.(cf. romans pédagogiques de Fénelon à Les aventures de Télémaque, destiné à l'éducation du duc de Bourgogne.   2)      L'intérêt du héros noir et fantastique : créateur d'émotions (suspense et peur)   Un héros « négatif », c'est-à-dire, mauvais, incarnant des valeurs a-morales peut aussi susciter l'intérêt du lecteur lui procurant une émotion souvent plus intense que le héros positif à la quête du Bien. Ce héros noir suscite la peur, l'angoisse chez le lecteur ; à travers sa faculté à provoquer des émotions intenses chez le lecteur, le héros « mauvais » se rapproche du héros fantastique (opposé a héros « positif » au sens de réaliste) qui lui aussi suscite souvent la peur, ménage le suspense et sait maintenir l'intérêt du lecteur. Ex : ·                          les héros des romans de Jean Genet, glorifiés par leur crime et leur débauche peuvent s'apparenter à des héros noirs ou « mauvais » ·                          Le professeur Frankenstein et son monstre dans le roman éponyme de Marie Schelley.   3)      L'intérêt de l'anti-héros : caractéristique de l'humanité, il pousse à la réflexion   En opposition à la domination dans le roman du héros positif, certains romanciers préfèrent mettre en avant un anti-héros, héros déceptif qui prétend défendre des valeurs héroïques (parfois obsolètes) mais qui n'en a pas les capacités et en devient parfois ridicule. L'exemple par excellence de cet anti-héros est Don Quichotte, défenseur des valeurs chevaleresques dans un monde où ces valeurs n'ont plus de sens et qui va de méprise en méprise. Don Quichotte se présente comme le personnage fondateur du héros romanesque moderne.

Corrigé : Corrigé de 1573 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Préférez-vous les romans dont le héros est un personnage positif ? Vous répondrez à cette question dans un développement composé, en prenant appui sur les textes du corpus, ceux que vous avez étudiés en classe et vos lectures personnelles." a obtenu la note de :

5.5 / 10

Sujets connexes :

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :