Podcast littérature
NoCopy.net

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Jean Joinville

Extrait du corrigé : Jean de Job, de Champagne, vassal du comte Thibault qui était aussi roi de Navarre, avait environ vingt-quatre ans quand, au moins d'août 1248, il s'embarqua à Marseille, avec le roi Louis IX et la fleur de la noblesse française, pour entreprendre la septième croisade, pieuse aventure qui finit assez mal, après avoir retenu Joinville six années hors de France. Le sénéchal était octogénaire quand, en 1305, la reine Jeanne de Navarre, femme de Philippe le Bel et fille de son suzerain, lui demanda d'écrire le Livre des saintes paroles et des bons faits de Louis IX qui, ayant fini d'être roi sur la terre en 1270, était devenu saint dans le ciel en 1297. Depuis un demi-siècle, Joinville racontait la septième croisade, qui avait été la grande aventure de sa vie, au demeurant fort paisible. Il en parlait avec tant de verve, de liberté et de dévotion pour le saint roi que la reine Jeanne, en s'adressant à lui, pensait bien que l'hagiographie de rigueur se lirait comme une histoire. Il est permis de croire que la chronique, achevée en 1309, ne fut pas composée tout entière après la canonisation. Joinville ne se contentait pas de parler ses histoires, il les avait écrites. Le récit de la croisade, qui constitue le gros du texte, n'est pas d'une autre encre, elle est d'un autre ton, d'un autre âge que le pieux panégyrique dont le vieux sénéchal enveloppa ses souvenirs de campagne pour répondre à l'attente de la reine et transformer en vie de saint les mémoires d'un jeune capitaine qui vénérait son maître mais qui parlait de lui-même plus encore que du roi. L'élévation du roi Louis à la sainteté ne surprit pas Joinville : la sainteté se dégageait si naturellement des propos et des actes du monarque que, lorsque le sénéchal lui consacra un autel dans la chapelle de son château, la dévotion du féal n'eut pas à se modifier pour devenir la dévotion du fidèle, et Joinville s'agenouilla pour la prière dans le même sentiment de vénération totale qu'il l'avait fait pour l'hommage.

Corrigé : Jean Joinville Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean Joinville" a obtenu la note de : aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :