Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : ROUSSEAU - Rêveries du promeneur Solitaire - Septième Promenade.

Extrait étudié : Les plantes semblent avoir été semées avec profusion sur la terre comme les étoiles dans le ciel, pour inviter l'homme par l'attrait du plaisir et de la curiosité à l'étude de la nature, mais les astres sont placés loin de nous, il faut des connaissances préliminaires, des instruments, des machines, de bien longues échelles pour les atteindre et les rapprocher à notre portée. Les plantes y sont naturellement. Elles naissent sous nos pieds et dans nos mains pour ainsi dire, et si la petitesse de leurs parties essentielles les dérobe quelquefois à la simple vue, les instruments qui les y rendent sont d'un beaucoup plus facile usage que ceux de l'astronomie. La botanique est l'étude d'un oisif et paresseux solitaire : une pointe et une loupe sont tout l'appareil dont il a besoin pour les observer. Il se promène, il erre librement d'un objet à l'autre, il fait la revue de chaque fleur avec intérêt et curiosité, et sitôt qu'il commence à saisir les lois de leur structure il goûte à les observer un plaisir sans peine aussi vif que s'il lui en coûtait beaucoup. Il y a dans cette oiseuse occupation un charme qu'on ne sent que dans le plein calme des passions mais qui suffit seul alors pour rendre la vie heureuse et douce. ROUSSEAU - Rêveries du promeneur Solitaire - Septième Promenade.
Extrait du commentaires :

A la fin de sa vie, Rousseau cherche à donner l'impression de la sérénité retrouvée après de longs dérèglements et d'une paisible préparation à la mort, se présente « comme un navigateur entrant au port après avoir échappé au naufrage et s'abandonnant désormais, la tempête apaisée, au doux ^bercement des flots ». Il feint de croire que le temps de « penser assez profondément » est pour lui passé et ne veut plus que s'adonner à la rêverie et à la botanique. . Des dix promenades qui constituent le dernier livre, inachevé, de Rousseau, les Rêveries du promeneur solitaire, la septième, entièrement consacrée à la botanique et à ses plaisirs est l'une des plus développées, montrant bien ainsi le lien qui existe entre ces deux occupations de l'écrivain dans ses derniers mois. Mais c'est aussi la rêverie après laquelle Rousseau s'arrête pour un temps d'écrire — il ne reprendra son ouvrage qu'au printemps suivant — car peu à peu, l'un des divertissements prend le pas sur l'autre, la botanique devenant la seule occupation pendant la belle saison et empêchant toute autre activité : « le recueil de mes longs rêves est à peine commencé, et déjà je sens qu'il touche à sa fin. Un autre amusement lui succède, m'absorbe, et m'ôte même le temps de rêver ». Ainsi commence cette septième promenade.
 Il fallait donc que le goût de Jean-Jacques pour la botanique fût bien puissant pour le soustraire ainsi aussi bien à son inquiétude naturelle qu'à son travail. C'est ce qui transparaît dans le texte que nous examinons et où Rousseau, avec enthousiasme et lyrisme expose les raisons qui le poussent à répondre ainsi à l'invitation de la Nature.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "ROUSSEAU - Rêveries du promeneur Solitaire - Septième Promenade." a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :