Podcast littérature

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN FRANCAIS

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: Comment le théâtre permet-il de persuader et d'émouvoir ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: théâtre persuader ou théâtre émouvoir

POUR LE SUJET: Les écrivains écrivent-ils seulement pour amuser ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: écrivains amuser
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
» inscrits
Partager

Sujet : Musset, Lorenzaccio - Acte III, scène 3

Extrait étudié : Musset, Lorenzaccio - Acte III, scène 3 LORENZO. Tu me demandes pourquoi je tue Alexandre ? Veux-tu donc que je m'empoisonne, ou que je saute dans l'Arno ? veux-tu donc que je sois un spectre, et qu'en frappant sur ce squelette (il frappe sa poitrine), il n'en sorte aucun son ? Si je suis l'ombre de moi-même, veux-tu donc que je m'arrache le seul fil qui rattache aujourd'hui mon coeur à quelques fibres de mon coeur d'autrefois ? Songes-tu que ce meurtre, c'est tout ce qui me reste de ma vertu ? Songes-tu que je glisse depuis deux ans sur un mur taillé à pic, et que ce meurtre est le seul brin d'herbe où j'aie pu cramponner mes ongles ? Crois-tu donc que je n'aie plus d'orgueil, parce que je n'ai plus de honte ? et veux-tu que je laisse mourir en silence l'énigme de ma vie ? Oui, cela est certain, si je pouvais revenir à la vertu, si mon apprentissage du vice pouvait s'évanouir, j'épargnerais peut-être ce conducteur de boeufs. Mais j'aime le vin, le jeu et les filles ; comprends-tu cela ? Si tu honores en moi quelque chose, toi qui me parles, c'est mon meurtre que tu honores, peut-être justement parce que tu ne le ferais pas. Voilà assez longtemps, vois tu, que les républicains me couvrent de boue et d'infamie ; voilà assez longtemps que les oreilles me tintent, et que l'exécration des hommes empoisonne le pain que je mâche ; j'en ai assez de me voir conspué par des lâches sans nom qui m'accablent d'injures pour se dispenser de m'assommer, comme ils le devraient, j'en ai assez d'entendre brailler en plein vent le bavardage humain ; il faut que le monde sache un peu qui je suis et qui il est. Dieu merci, c'est peut-être demain que je tue Alexandre ; dans deux jours j'aurai fini.
Extrait du commentaires : Dès l'adolescence, Alfred de Musset fait une entrée éblouissante dans la carrière littéraire : sa grâce désinvolte séduit les habitués du Cénacle; ses premières poésies, d'un romantisme tapageur, sont accueillies avec enthousiasme. Rebelle à toute servitude, Musset s'écarte bientôt de ses compagnons et fixe les grandes lignes d'une esthétique qui fait de la poésie la transcription sincère des passions exaltées. Un grand désespoir d'amour vient, comme à point nommé, lui fournir l'aliment nécessaire à son inspiration; mais, tout en fécondant son génie, la douleur l'a marqué pour toujours. Il lui arrive encore, après la crise, de s'abandonner, aux heures d'oubli, à une verve pleine d'élan et de fraîcheur, mais certains aveux révèlent son épuisement. Au-delà de la trentième année, sa veine se tarit; et il meurt prématurément. Musset a été tour à tour le poète de la fantaisie, de la passion et de la détresse : aux jeux brillants du virtuose et à l'éloquence somptueuse du passionné, on peut préférer la poignante simplicité de l'homme qui décrit sa misère sans aucun artifice et sur le ton de la confidence.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Musset, Lorenzaccio - Acte III, scène 3" a obtenu la note de :
aucune note

LE SITE D'AIDE À LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN LITTERATURE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Nom/Pseudo :

email :
 
Demandez votre sujet :